Latest News:

A government lawyer acknowledged Monday that the Trump administration will miss its first court-imposed deadline to reunite about 100 immigrant children under age 5 with their parents. Department of Justice attorney Sarah Fabian said during a court hearing that federal authorities reunited two families and expect to reunite an additional 59 by Tuesday’s deadline. She said the other cases are more complicated, including parents who have been deported or are in prison facing criminal charges, and would require more time to complete reunions. U.S. District Judge Dana Sabraw, who ordered the administration to reunite families separated as part of President Donald Trump’s “zero tolerance” immigration policy, said he will hold another hearing Tuesday morning to get an update on the remaining cases. He said he was encouraged to see “real progress” in the complicated reunification process after a busy weekend when officials from multiple federal agencies tried to sync up parents and children who are spread across the country. STORY FROM LENDINGTREE Crush your mortgage interest with a 15 yr fixed “Tomorrow is the deadline. I do recognize that there are some groups of parents who are going to fall into a category where it’s impossible to reunite by tomorrow,” he said. “I am very encouraged by the progress. I’m optimistic.” Lee Gelernt, an American Civil Liberties Union attorney who leads a lawsuit against the federal government, sounded more skeptical. When asked by the judge if he believed the government was in full compliance of the court order, Gelernt said there was much more work to be done. “Let me put it this way: I think the government in the last 48 hours has taken significant steps,” he said. “We just don’t know how much effort the government has made to find released parents. I don’t think there’s been full compliance.” U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. (Photo: U.S. District Court) The difficulty in reuniting the first 100 children shows the challenge that lies ahead as the Trump administration braces for another deadline in two weeks to reunite nearly 3,000 older children – up to age 17 – with their parents. The process is complicated because of all the different situations that emerged over the weekend. The government initially identified 102 children under age 5 who needed to be reunited but removed three children from that list because investigations into their cases revealed that those children came with adults who were not their parents, Fabian said. Twelve parents were found to be in federal and state custody on criminal charges, making a reunification impossible since the government can’t transfer minors to state and local prisons to protect the well-being of the child. Nine parents were deported, and the government established contact with only four of them, Fabian said. Four children had been scheduled to be released from government custody to relatives who weren’t their parents, leading the government to question whether to allow that process to be completed or to redirect the child back to a parent. Gelernt said he understood many of the hurdles but urged the judge to force the government to scrap its time-consuming investigation into every single case and start a 48-hour clock to reunify families that remain separated by Tuesday. Sabraw said he would decide that during Tuesday’s hearing. Fabian said one of the silver linings of the busy weekend is that her office worked closely with its challengers at the ACLU to share information on each child’s case, to ensure that representatives from immigration advocacy groups and volunteer organizations could be present during each reunification. Gelernt said they’re doing that to help the parents, who are often released from custody with no money and nowhere to go. Fabian said that coordination has led to a more formalized process between government agencies and with the immigrants’ lawyers that should make reunifications go more smoothly in the coming weeks. “I think this process over the weekend helped us see what information, and in what form, is the most useful to share,” she said. “I’d like to make that as efficient a process as possible.” -

Monday, July 9, 2018

Trump denies US opposition to WHO breastfeeding resolution -

Monday, July 9, 2018

Mwen se moun nan Panyòl -

Monday, July 9, 2018

ZILE PAM NAN -

Monday, July 9, 2018

Havana plane crash leaves more than 100 dead -

Saturday, May 19, 2018

Shia cleric Moqtada Sadr bloc wins Iraq elections -

Saturday, May 19, 2018

Texas Gov. Greg Abbott: ‘We need to do more than just pray for the victims and their families’ -

Saturday, May 19, 2018

Donald Trump says he will meet North Korea’s Kim Jong Un on June 12 in Singapore -

Thursday, May 10, 2018

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

‘La droite républicaine, salvatrice de la mandature de Martelly’

FRANCISQUE

 

By Francisque Jean-Charles

 October 7, 2012

QC notes –“Francisque Jean-Charles, le President Directeur du journal Le Novateur (bimensuel Nord-Ouest), retourne en Haiti apres avoir passe plus de deux decades aux Etats-Unis d’Amerique ou il est detenteur d’une maitrise en education de l’Universite of Miami

En dépit de ses dérives antidémocratiques et surtout de ses absurdités et bavures politiques, la Droite Républicaine, alliée naturelle du président Michel J. Martelly, ne doit jamais acquiescer à la cause machiavélique de la gauche démocratique, à savoir l’Alternative Démocratique et ses pairs, avec Fanmi Lavalas et alliés – « Que ceux qui ressemblent, s’assemblent », c’est le grand chambardement. Le 56e président de la république parait être un cabochard qui n’écoute que les mauvaises têtes de lavalas/lespwa/Inite lesquelles travaillent éperdument à son échec. Pourquoi refusent-ils d’écouter les conseillers bénévoles de ses alliés de partout? Peut-être il n’est pas briefé par son équipe de communication sur toute une panoplie d’articles publiés dans les colonnes des journaux du pays, tels Le Novateur, Le Nouvelliste, Le Matin et dans certaines émissions de radio, telles Planet Sou Ray, Desiderata et Le Novateur à l’Oral diffusées sur radio Planet FM à Port-de-Paix, Vision2000 à l’écoute, Ranmase et Intersection de radio Caraïbes, etc. Son Excellence, si vous ne retournez pas sur vos pas et ne faites appel à vos alliés naturels et idéologiques tels le colonel Himmler Rébu du GREH, le juriste chevronné Me René Julien de l’ADEBAH, l’économiste Judy C. Roy de REPAREN, l’agronome Jean-André Victor du PLH, l’agronome Hebert Docteur du PAIN, l’industriel Charles H. Baker du Gwoupman Respè, l’ingénieur Dejean Bélizaire du MNP-28, entre-autres, vous ne terminerez pas votre mandature quinquennale. La mère-patrie n’est pas encore prête pour qu’elle soit dirigée par des ennemis politiques. Est-ce pourquoi on note de contrastes d’idées, de sentiments au sein de la présidence et du gouvernement. On dirige avec ses alliés idéologiques, avec compétence et avec ceux-là dotés de sentiment d’appartenance et désintéressés aux richesses infâmes.

Francisque aurait aimé  que le président Martelly réussisse, car je veux que la mère-patrie, Ayiti, réussisse. Mais mon président a récemment pris des décisions politiques telles le forcing au CSPJ pour obtenir trois représentants-alliés au CEP, sa formation avec ses amis et la nomination d’une directrice générale au CEP vont déboucher inévitablement sur « un séisme politique » pour citer l’ex-sénateur lavalas Rudy Hérriveaux qui, a ajouté à l’émission Ranmase que «  si l’exécutif reste figé sur sa position initiale, le pays ira tout droit vers une catastrophe ». En dépit de ses erreurs grossières qui pourraient conduire le pays vers un grand désordre, la Droite Républicaine doit être redoublée de vigilance pour ne pas tomber dans le piège de ses adversaires politiques, le grand courant lavalas – L’Alternative Démocratique et Fanmi Lavalas. S’il y avait une compétition électorale où les deux candidats seraient Jean-Bertrand Aristide et Jean Claude Duvalier, pour lequel des deux les adeptes de l’Alliance voteraient? À leur actif, ils y auraient sans doute quelques abstentions mais certainement pour leur idole Titid. La Droite Républicaine, malgré son désaccord avec les dérives antidémocratiques du président, doit l’accompagner politiquement et idéologiquement en quête d’une solution consensuelle. Tout autre débordement conduira le pays aux mains des lavalassiens qui, au cours des vingt-cinq dernières années avec les américains, ont délibérément travaillé à son anéantissement.

Alliés de la Droite Républicaine, vous avez été cruels envers votre président, et sans réticence, vous êtes les coresponsables de ses tâtonnements et de sa présidence qui périclite depuis les allégations du sénateur Moise en mission pour déstabiliser le pouvoir Martelly. J’ai tenté mais sans succès de vous réveiller de votre léthargie – le président et ses alliés naturels – mais orgueilleux comme des poux; vous vous êtes tombés dans un excès de modestie ridicule. J’ai écrit « 100 premiers jours de tâtonnement » où j’avais fait un plaidoyer  pour un grand parti politique de droite à la manière du feu sociologue Hubert de Ronceray qui montait le « Grand Front Centre Droit ». Apparemment, il voulait fusionner tous les partis de la Droite Républicaine mais les dirigeants faisaient semblant d’ignorer sa demande et de nos jours, dans leur mesquinerie et leur égoïsme, les hommes du pouvoir se sont laissés conseiller par un détraqué, « un cannibale politique » à monter le Parti Haytien Tèt Kale qui rappelle les obsessions maladives de Jean-Bertrand Aristide avec Fanmi Lavalas et celles de René Préval avec Inite. La Droite Républicaine, dans sa lâcheté, a laissé le président s’empêtrer dans cette bêtise humaine. De quoi ont-ils peur? La peur s’est finalement dissipée avec la démission du sénateur Joseph Lambert, un cadeau en or pour la Droite Républicaine à accompagner le président de la république pour sauver sa présidence et construire un électorat solide pour gagner les élections.

Toujours dans les colonnes du journal régional Le Novateur, non lu malheureusement par l’équipe de communication du président, j’ai publié dans les Fora Haytiens et sur Facebook, « Sauvons la présidence et surtout la nation », dans lequel j’avais fait appel à la Société Civile Organisée, Engagée, Souveraine et une représentativité nationale formée de tous les secteurs de la vie nationale pour « convaincre le président à les rejoindre dans un endroit inconnu du public, de la presse, de son entourage politique pour une retraite hebdomadaire sur l’avenir du pays ». Personne a eu la décence de m’écouter sauf des compatriotes sur le web, comme moi, qui ont constaté que leur pays est au bord du gouffre, d’un désarroi national. Que vaut la Droite Républicaine? Absolument rien. Elle travaille avec l’ennemi mortel lavalas pour redonner le pouvoir à lavalas. Quelle absurdité? Quelle étroitesse d’esprit? Quelle ironie? La droite, prend-t-elle ses alliés conjoncturels de 2004 pour des alliés permanents? Si oui, l’idéologie n’existe presque pas en Ayiti.

Le spadassin ayitien Thomas Jefferson, le troisième président américain, disait que « une petite rébellion est une bonne chose » mais votre insubordination face au président Martelly doit cesser; autrement, la Droite Républicaine avec un électorat de moins de 12% renforcera la position extrême du grand courant lavalas qui est la reprise du pouvoir par tous les moyens possibles. C’est Edmond Burke qui a rappelé que « pour triompher, le mal n’a besoin que l’inaction des gens de bien » mais malheureusement vous agissez avec l’ennemi au détriment du bien – une politique de bonne foi, dans la moralité et dans la compétence paraphrasant le colonel Himmler Rébu du GREH. La Droite Républicaine  avec les dirigeants suscités devront dans les prochains jours entamer un dialogue franc avec le président dans le but de trouver une entente idéologique pour refaire les choses à droite. Si j’étais le conseiller du président, je lui conseillerais de former un nouveau gouvernement – avec l’économiste Judi C. Roy comme Premier Ministre, le colonel Himmler Rébu comme ministre de la Défense, l’agronome Jean-André Victor comme ministre de l’Agriculture, l’industriel Charles Henri Baker comme ministre de Commerce et de l’Industrie, l’avocat Me René Julien comme ministre de la Justice plus sept autres ministres au gré du président et de madame Roy – une impérative qui donnerait une autre image au pays. La Droite Républicaine reste la force salvatrice pour aider le président Martelly à boucler sa mandature quinquennale via une politique d’austérité.

Les opinions et commentaires exprimés dans cet article sont ceux de Francisque Jean-Charles.

 

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya