Latest News:

Havana plane crash leaves more than 100 dead -

Saturday, May 19, 2018

Shia cleric Moqtada Sadr bloc wins Iraq elections -

Saturday, May 19, 2018

Texas Gov. Greg Abbott: ‘We need to do more than just pray for the victims and their families’ -

Saturday, May 19, 2018

Donald Trump says he will meet North Korea’s Kim Jong Un on June 12 in Singapore -

Thursday, May 10, 2018

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Le sénateur Wencesclass Lambert s’oppose aux pressions pour faire partir le président Martelly

Lambert

Le sénateur Wencesclass Lambert (sud-est), connu pour sa position affirmée en faveur du président Michel Martelly, a appelé jeudi au respect du mandat du chef de l’État, élu en 2011 pour 5 ans.

Le parlementaire se montre très furieux vis-à-vis de ceux qui appellent au départ du président Michel Martelly accusé de ” graves dérives  anti-démocratiques”.

M. Lambert a  exprimé sa solidarité avec le chef de l’Etat, objet de vives contestations ces dernières semaines, paticulièrement  au  cours de manifestions de milliers de personnes à Port-au-Prnce et en province pour réclamer son départ.

Le 18 novembre dernier, des dizaines de milliers de personnes  ont ainsi gagné les rues dans la capitale  pour le presser de se demetre, alors que certains de ses partisans qui avaient convoqué une manifestation, n’avaient pas réussi à faire recette. D’autres se sont plutôt attaqués aux manifestants anti-gouvernementaux à coups de pierres et d’armes, faisant des blessés dont certains par balles.

“Michel Martelly a un mandat sacré que lui a conféré le peuple et il est temps qu’on apprenne à respecter la durée du mandat des chefs d’État, dit M. Lambert dont le frère, l’ancien sénateur Joseph Lambert, avait récemment déclaré que tant qu’il sera aux côtés du président comme conseiller politique, rien ne peut lui arriver.

Michel Martelly est cependant  constamment accusé ces derniers jours  d’avoir  été dans un passé  récent en première ligne de manifestations pour demander le départ d’un chef d’État qui, comme lui aujourd’hui, avait accédé à la première magistrature, à travers des élections.

Wencesclass Lambert a par ailleurs vanté ce qu’il appelle les grandes réalisations de M. Martelly et estime que le chef de l’État est en train de redresser la situation du pays qui avait été ruiné par la mauvaise gouvernance.

Il accuse particulièrement l’organisation de l’ancien président Jean Bertrand Aristide, Fanmi Lavalas, dont les militants jouent un rôle de premier plan dans la grande mobilisation pour le respect des principes démocratiques, d’avoir fait beaucoup de mal au pays.

Selon lui, la situation difficile dans laquelle le pays se trouve aujourd’hui, fait partie des séquelles de la gouvernance Lavalas.

Pour sa part, le sénateur Moïse Jean-Charles, l’un des principaux opposants à Michel Martelly, a fait savoir que le pays n’est jamais descendu aussi bas. Il a rappelé que M. Martelly n’avait pu obtenir  que  700 mille voix lors des élections de 2010/2011, selon les chiffres fournis par le CEP, alors que, a-t-il dit, plus d’un million de personnes ont récemment investi les rues pour lui demander de partir.
Source: AHP

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya