Latest News:

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

Nelson Mandela inhumé avec ses ancêtres à Qunu

Crédits  APElmond Jiyane

« Tu resteras la lumière qui nous guidera », a lancé le président sud-africain, Jacob Zuma, lors du dernier hommage à Nelson Mandela, dimanche 15 décembre, dans son village d’enfance, Qunu, où l’émotion a pris le dessus sur la solennité. Après dix jours de deuil national et une série d’hommages en Afrique du Sud et dans le monde, une dernière cérémonie officielle s’est tenue dans ce petit village rural du sud-est du pays, où il a été inhumé en milieu de journée dans l’intimité familiale.

Le président Zuma s’est adressé directement au défunt, « un homme si grand et cependant si humble », dont « l’élégance, le rire, l’amour et le leadership »manqueront à tous.

« L’Afrique du Sud va continuer à grandir, parce que nous ne pouvons pas te décevoirTon long chemin vers la liberté s’est achevé (…). Mais notre propre voyage continue (…). Tu resteras la lumière qui nous guidera sur le long chemin pour construirel’Afrique du Sud de tes rêves. »

Lire : Nelson Mandela, l’Africain capital

« TU VAS NOUS MANQUER, TATAMKHULU… »

Coups de canon, escorte militaire, hymnes religieux, chœurs d’enfants, 95 cierges (autant que le nombre d’années de sa vie) : toute la pompe due à un homme d’Etat de sa stature avait été déployée pour ces funérailles, en présence de 4 500 invités.

Mais son vieil ami et camarade de lutte Ahmed Kathrada n’a pas tardé à faire jaillir la personnalité unique du héros de la lutte anti-apartheid, un géant chaleureux et accessible, évoquant « son amour, sa simplicité, son humilité, son courage… »« J’avais vu à l’hôpital un homme impuissant et réduit à l’ombre de lui-même et l’inévitable s’est produit, a-t-il noté d’une voix émue. Ma vie est face à un vide et je ne sais plus vers qui me tourner. »

L’une des petites-filles du défunt, Nandi Mandela, a détendu l’atmosphère en revenant sur les qualités de conteur de son « tatamkhulu » (grand-père). « Il préférait les histoires qui lui permettaient de se moquer de lui-même », a-t-elle rappelé, mais il était « aussi un grand-père strict, attaché à la discipline, qui nous préparait à la vie ». « Tu vas nous manquer, Tatamkhulu. Ta voix sévère quand tu n’étais pas content de nous va nous manquer. Ton rire va nous manquer… »

Même les dirigeants africains appelés au pupitre sont sortis des hommages convenus, la présidente du Malawi, Joyce Banda, évoquant notamment la manière dont « tout le monde tombait amoureux de Mandela », sous les applaudissements de l’assemblée. Quelques personnalités étrangères, le prince Charles, les anciens premiers ministres français Lionel Jospin et Alain Juppé, ou l’entrepreneur britannique Richard Branson, s’étaient glissés dans l’assemblée, où les Sud-Africains dominaient nettement. Son camarade de lutte, le Prix Nobel de la paix Desmond Tutu, était également présent, après avoir un moment créé la stupeur en annonçant qu’il renonçait à ce déplacement faute d’avoir reçu une invitation.

L’INHUMATION DANS LA PLUS STRICTE INTIMITÉ

Après cet ultime hommage, les caméras se sont éteintes. La famille de Nelson Mandela a souhaité le mettre en terre à l’écart des médias. Privée de son patriarche pendant ses vingt-sept ans de prison, obligée de le partager ensuite avec la nation puis le monde entier, elle souhaitait se le réapproprier pour un dernier adieu.

Seules 450 personnes, les plus proches donc, ont assisté à son inhumation,  dirigée par des chefs de la tribu des Thembu, une branche de l’ethnie xhosa. Les anciens se sont adressés à lui en l’appelant Dalibhunga – le nom qui lui avait été donné lors de son initiation rituelle à 16 ans. Un bœuf devait également êtresacrifié pour contenter les esprits des ancêtres et s’assurer qu’ils réservent un bon accueil au père de la nation arc-en-ciel.

Son enterrement met un point final à une semaine de deuil national décrétée après la mort, le 5 décembre à l’âge de 95 ans, de celui qui a réussi à négocier la fin de l’apartheid sans plonger son pays dans la guerre civile. Son crédit, déjà immense auprès de la population noire qu’il a libérée, avait encore grandi lors de sa présidence (1994-1999), placée sous le sceau du pardon envers la minorité blanche.

Source: Le Monde

 

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya