Latest News:

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

Trump’s army secretary nominee Vincent Viola withdraws as candidate -

Saturday, February 4, 2017

State Dept reverses revocation of 60K visas -

Saturday, February 4, 2017

DHS suspends ‘any and all actions’ on Trump travel ban -

Saturday, February 4, 2017

Trump immigration curbs cause worldwide chaos, panic, anger -

Saturday, January 28, 2017

Serena Williams beats Venus Williams to set Grand Slam record -

Saturday, January 28, 2017

Threat of investigations hangs over Clinton and Trump -

Saturday, November 5, 2016

Brazil vs South Africa,Mexico vs Germany,Portugal vs Argentina -

Thursday, August 4, 2016

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points -

Thursday, July 28, 2016

US partners with Costa Rica to protect Central American refugees -

Tuesday, July 26, 2016

Sanders seeks unity at Democratic national convention after chair resigns -

Monday, July 25, 2016

En politique, les absents ont toujours raison

AP, PETER DEJONG

Parmi les singularités nationales, il en est une qui ne se dément pas. Dans les autres grandes démocraties, les responsables politiques quittent la scène quand ils ont fait leur temps. En France, l’on ne meurt jamais en politique. Et les Français raffolent de ces sagas sans fin, de ces éternels retours, de ces histoires de guerriers laissés pour mort un jour et qui, bientôt, remontent sur leur cheval, esquintés mais increvables, pour l’emporter enfin, ou à nouveau.

Au pays du revival politique, nul besoin de faire amende honorable et de confesserses erreurs passées : l’échec surmonté devient une garantie de sagesse, la solitude une preuve de courage et la ténacité un gage de lucidité. Tout se passe comme si, en politique, les absents avaient toujours raison, puisqu’ils ne sont pas comptables des difficultés, de l’inquiétude ou de la défiance du moment.

A ce jeu-là, Nicolas Sarkozy est incontestablement le champion. A l’Elysée, il occupait l’espace avec une énergie confondante. Depuis sa défaite de 2012, il aiguise la curiosité avec un talent consommé. Pas une semaine, désormais, sans qu’une gazette ne s’interroge : va-t-il revenir, quand, comment ? Et chacun de fairele récit de ce « grand retour », hier possible, aujourd’hui probable, demain évident. La palme revient au Figaro Magazine du week-end passé : une douzaine de pages pour tracer le profil du nouveau Sarkozy, « oecuménique » et rassembleur à souhait, assorties d’un sondage flatteur pour l’ancien président, plébiscité par les sympathisants de l’UMP et qui remporterait haut la main, selon l’IFOP, un duel avec François Hollande en 2017. Pour compléter le tableau, le Figaro Madameconsacre un portrait-entretien à son épouse, Carla Bruni, « moderne diva » en bijoux Bulgari…

HOMME PROVIDENTIEL

Nul besoin pour M. Sarkozy de se découvrir trop tôt. Il a suffi d’une phrase mordante, le 8 juillet devant les caciques de l’UMP, pour que chacun comprenne :« Quand je reviendrai, je vous préviendrai. » Depuis, il distille commentaires et fausses confidences à ses nombreux visiteurs de la rue de Miromesnil, ces derniers les répètent à l’envie et dévoilent les ressorts de ce retour annoncé. Du grand art !

Touche après touche, en effet, se dessine le portrait de « l’homme providentiel », fustigé dès juillet par François Fillon. Car, bien évidemment, ce n’est pas par désir de revanche que Nicolas Sarkozy reviendrait dans la mêlée. Mais pour sauver la France de la débâcle où l’entraîne le « nullissime » François Hollande, pourreconstruire ce champ de ruines qu’est devenu l’UMP depuis son retrait, et pourempêcher Marine Le Pen de se qualifier pour le second tour de la présidentielle, puisque lui seul s’en estime capable.

 

 

Alain Juppé arrive à Europe 1, le 25 novembre 2012.

 

 

Preuve que les temps sont troublés, Nicolas Sarkozy n’est pas le seul à rêver de come-back. Sans avoir l’air d’y toucher, Alain Juppé, lui aussi, peut prétendreincarner la figure du recours. L’ancien premier ministre a subi, depuis trente ans, trop de coups et de contrecoups – à commencer par la dissolution ratée de 1997, puis sa condamnation judiciaire en 2004, alors qu’il présidait la nouvelle UMP –, pour s’aventurer à la légère. Sa priorité est de consolider son fief et d’être réélu, si possible au premier tour, maire de Bordeaux.

Lire : Sarkozy sur le chemin du retour, la résistance persiste à l’UMP

HOMME D’EXPÉRIENCE

Mais au-delà ? La « tentation de Venise » et l’exil canadien sont derrière lui. L’air de l’Atlantique et la douceur des Chartrons ont assoupli ses bottes trop raides il y a vingt ans. Les épreuves l’ont patiné. A Matignon comme au Quai d’Orsay, il a peaufiné son image d’homme d’Etat. Sans qu’il ait besoin d’insister, chacun lui reconnaît ses qualités d’homme d’expérience. Depuis un an, il s’est efforcé dejouer les juges de paix dans la crise violente qui a secoué l’UMP, parlant à chacun et courtisé par tous. Longtemps cruels, les sondages désormais l’encouragent. Sera-t-il assez audacieux pour forcer son destin, au risque de perdre cette sérénité retrouvée ? Lui seul le sait.

Enfin, recours, retour et renaissance ne sont pas réservés à la droite. Renaissance ? C’est précisément le thème, à peine subliminal, que Martine Aubry avait développé dans une tribune au Monde, à la fin de l’été, au lendemain d’un passage remarqué à l’université d’été du PS à La Rochelle : une « nouvelle renaissance » pour « rendre l’avenir plus visible et plus désirable ». Et le nom du groupe de réflexion qu’elle a commencé à réunir en novembre. Comme son collègue de Bordeaux, la maire de Lille s’emploie, dans l’immédiat, à sa réélection. Mais rien ne lui interdit de penser à l’avenir, de peser dans le débat et d’apparaître, demain, comme incontournable aux yeux d’une gauche déboussolée. On ne préempte pas Matignon, mais l’on peut s’y préparer, au cas où.

 

 

Martine Aubry, maire PS de Lille, le 18 mars.

 

 

A 74 ans, certes plus jeune que Clemenceau en 1917, Jean-Pierre Chevènementne fait pas ce genre de plan sur la comète. Mais un homme qui a déjà réchappé d’un coma d’une semaine, en 1998, ne saurait bouder le plaisir d’une seconde résurrection. Et il savoure, le « Che », le regain de notoriété que lui vaut son solide essai sur L’Europe sortie de l’histoire depuis 1914 (Fayard, 350 p., 20 €) ; et tout autant les spéculations échevelées qui, ipso facto, ont fait de lui un recours possible pour François Hollande !

Lire (édition abonnés) : Jean-Pierre Chevènement suscite à nouveau la curiosité

Tous les candidats au retour devraient pourtant se méfier de la polysémie du mot. Tant qu’on se tient en retrait, à distance, en réserve, l’on peut susciter curiosité et intérêt. Dès que l’on revient dans l’arène, le retour peut vite prendre des allures de retour en arrière, de répétition ou de régression.

Source: Le Monde

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya