Latest News:

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Saturday Sports! -

Saturday, October 24, 2015

Five things to watch in Tuesday night’s Democratic debate -

Tuesday, October 13, 2015

Sports Plus: Soccer and the rest! -

Tuesday, October 13, 2015

Fifa: Sepp Blatter, Michel Platini & Jerome Valcke suspended -

Thursday, October 8, 2015

En politique, les absents ont toujours raison

Parmi les singularités nationales, il en est une qui ne se dément pas. Dans les autres grandes démocraties, les responsables politiques quittent la scène quand ils ont fait leur temps. En France, l’on ne meurt jamais en politique. Et les Français raffolent de ces sagas sans fin, de ces éternels retours, de ces histoires de guerriers laissés pour mort un jour et qui, bientôt, remontent sur leur cheval, esquintés mais increvables, pour l’emporter enfin, ou à nouveau.

Au pays du revival politique, nul besoin de faire amende honorable et de confesserses erreurs passées : l’échec surmonté devient une garantie de sagesse, la solitude une preuve de courage et la ténacité un gage de lucidité. Tout se passe comme si, en politique, les absents avaient toujours raison, puisqu’ils ne sont pas comptables des difficultés, de l’inquiétude ou de la défiance du moment.

A ce jeu-là, Nicolas Sarkozy est incontestablement le champion. A l’Elysée, il occupait l’espace avec une énergie confondante. Depuis sa défaite de 2012, il aiguise la curiosité avec un talent consommé. Pas une semaine, désormais, sans qu’une gazette ne s’interroge : va-t-il revenir, quand, comment ? Et chacun de fairele récit de ce « grand retour », hier possible, aujourd’hui probable, demain évident. La palme revient au Figaro Magazine du week-end passé : une douzaine de pages pour tracer le profil du nouveau Sarkozy, « oecuménique » et rassembleur à souhait, assorties d’un sondage flatteur pour l’ancien président, plébiscité par les sympathisants de l’UMP et qui remporterait haut la main, selon l’IFOP, un duel avec François Hollande en 2017. Pour compléter le tableau, le Figaro Madameconsacre un portrait-entretien à son épouse, Carla Bruni, « moderne diva » en bijoux Bulgari…

HOMME PROVIDENTIEL

Nul besoin pour M. Sarkozy de se découvrir trop tôt. Il a suffi d’une phrase mordante, le 8 juillet devant les caciques de l’UMP, pour que chacun comprenne :« Quand je reviendrai, je vous préviendrai. » Depuis, il distille commentaires et fausses confidences à ses nombreux visiteurs de la rue de Miromesnil, ces derniers les répètent à l’envie et dévoilent les ressorts de ce retour annoncé. Du grand art !

Touche après touche, en effet, se dessine le portrait de « l’homme providentiel », fustigé dès juillet par François Fillon. Car, bien évidemment, ce n’est pas par désir de revanche que Nicolas Sarkozy reviendrait dans la mêlée. Mais pour sauver la France de la débâcle où l’entraîne le « nullissime » François Hollande, pourreconstruire ce champ de ruines qu’est devenu l’UMP depuis son retrait, et pourempêcher Marine Le Pen de se qualifier pour le second tour de la présidentielle, puisque lui seul s’en estime capable.

 

 

Alain Juppé arrive à Europe 1, le 25 novembre 2012.

 

 

Preuve que les temps sont troublés, Nicolas Sarkozy n’est pas le seul à rêver de come-back. Sans avoir l’air d’y toucher, Alain Juppé, lui aussi, peut prétendreincarner la figure du recours. L’ancien premier ministre a subi, depuis trente ans, trop de coups et de contrecoups – à commencer par la dissolution ratée de 1997, puis sa condamnation judiciaire en 2004, alors qu’il présidait la nouvelle UMP –, pour s’aventurer à la légère. Sa priorité est de consolider son fief et d’être réélu, si possible au premier tour, maire de Bordeaux.

Lire : Sarkozy sur le chemin du retour, la résistance persiste à l’UMP

HOMME D’EXPÉRIENCE

Mais au-delà ? La « tentation de Venise » et l’exil canadien sont derrière lui. L’air de l’Atlantique et la douceur des Chartrons ont assoupli ses bottes trop raides il y a vingt ans. Les épreuves l’ont patiné. A Matignon comme au Quai d’Orsay, il a peaufiné son image d’homme d’Etat. Sans qu’il ait besoin d’insister, chacun lui reconnaît ses qualités d’homme d’expérience. Depuis un an, il s’est efforcé dejouer les juges de paix dans la crise violente qui a secoué l’UMP, parlant à chacun et courtisé par tous. Longtemps cruels, les sondages désormais l’encouragent. Sera-t-il assez audacieux pour forcer son destin, au risque de perdre cette sérénité retrouvée ? Lui seul le sait.

Enfin, recours, retour et renaissance ne sont pas réservés à la droite. Renaissance ? C’est précisément le thème, à peine subliminal, que Martine Aubry avait développé dans une tribune au Monde, à la fin de l’été, au lendemain d’un passage remarqué à l’université d’été du PS à La Rochelle : une « nouvelle renaissance » pour « rendre l’avenir plus visible et plus désirable ». Et le nom du groupe de réflexion qu’elle a commencé à réunir en novembre. Comme son collègue de Bordeaux, la maire de Lille s’emploie, dans l’immédiat, à sa réélection. Mais rien ne lui interdit de penser à l’avenir, de peser dans le débat et d’apparaître, demain, comme incontournable aux yeux d’une gauche déboussolée. On ne préempte pas Matignon, mais l’on peut s’y préparer, au cas où.

 

 

Martine Aubry, maire PS de Lille, le 18 mars.

 

 

A 74 ans, certes plus jeune que Clemenceau en 1917, Jean-Pierre Chevènementne fait pas ce genre de plan sur la comète. Mais un homme qui a déjà réchappé d’un coma d’une semaine, en 1998, ne saurait bouder le plaisir d’une seconde résurrection. Et il savoure, le « Che », le regain de notoriété que lui vaut son solide essai sur L’Europe sortie de l’histoire depuis 1914 (Fayard, 350 p., 20 €) ; et tout autant les spéculations échevelées qui, ipso facto, ont fait de lui un recours possible pour François Hollande !

Lire (édition abonnés) : Jean-Pierre Chevènement suscite à nouveau la curiosité

Tous les candidats au retour devraient pourtant se méfier de la polysémie du mot. Tant qu’on se tient en retrait, à distance, en réserve, l’on peut susciter curiosité et intérêt. Dès que l’on revient dans l’arène, le retour peut vite prendre des allures de retour en arrière, de répétition ou de régression.

Source: Le Monde

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya