Latest News:

ZILE PAM NAN -

Friday, July 20, 2018

A government lawyer acknowledged Monday that the Trump administration will miss its first court-imposed deadline to reunite about 100 immigrant children under age 5 with their parents. Department of Justice attorney Sarah Fabian said during a court hearing that federal authorities reunited two families and expect to reunite an additional 59 by Tuesday’s deadline. She said the other cases are more complicated, including parents who have been deported or are in prison facing criminal charges, and would require more time to complete reunions. U.S. District Judge Dana Sabraw, who ordered the administration to reunite families separated as part of President Donald Trump’s “zero tolerance” immigration policy, said he will hold another hearing Tuesday morning to get an update on the remaining cases. He said he was encouraged to see “real progress” in the complicated reunification process after a busy weekend when officials from multiple federal agencies tried to sync up parents and children who are spread across the country. STORY FROM LENDINGTREE Crush your mortgage interest with a 15 yr fixed “Tomorrow is the deadline. I do recognize that there are some groups of parents who are going to fall into a category where it’s impossible to reunite by tomorrow,” he said. “I am very encouraged by the progress. I’m optimistic.” Lee Gelernt, an American Civil Liberties Union attorney who leads a lawsuit against the federal government, sounded more skeptical. When asked by the judge if he believed the government was in full compliance of the court order, Gelernt said there was much more work to be done. “Let me put it this way: I think the government in the last 48 hours has taken significant steps,” he said. “We just don’t know how much effort the government has made to find released parents. I don’t think there’s been full compliance.” U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. (Photo: U.S. District Court) The difficulty in reuniting the first 100 children shows the challenge that lies ahead as the Trump administration braces for another deadline in two weeks to reunite nearly 3,000 older children – up to age 17 – with their parents. The process is complicated because of all the different situations that emerged over the weekend. The government initially identified 102 children under age 5 who needed to be reunited but removed three children from that list because investigations into their cases revealed that those children came with adults who were not their parents, Fabian said. Twelve parents were found to be in federal and state custody on criminal charges, making a reunification impossible since the government can’t transfer minors to state and local prisons to protect the well-being of the child. Nine parents were deported, and the government established contact with only four of them, Fabian said. Four children had been scheduled to be released from government custody to relatives who weren’t their parents, leading the government to question whether to allow that process to be completed or to redirect the child back to a parent. Gelernt said he understood many of the hurdles but urged the judge to force the government to scrap its time-consuming investigation into every single case and start a 48-hour clock to reunify families that remain separated by Tuesday. Sabraw said he would decide that during Tuesday’s hearing. Fabian said one of the silver linings of the busy weekend is that her office worked closely with its challengers at the ACLU to share information on each child’s case, to ensure that representatives from immigration advocacy groups and volunteer organizations could be present during each reunification. Gelernt said they’re doing that to help the parents, who are often released from custody with no money and nowhere to go. Fabian said that coordination has led to a more formalized process between government agencies and with the immigrants’ lawyers that should make reunifications go more smoothly in the coming weeks. “I think this process over the weekend helped us see what information, and in what form, is the most useful to share,” she said. “I’d like to make that as efficient a process as possible.” -

Monday, July 9, 2018

Trump denies US opposition to WHO breastfeeding resolution -

Monday, July 9, 2018

Havana plane crash leaves more than 100 dead -

Saturday, May 19, 2018

Shia cleric Moqtada Sadr bloc wins Iraq elections -

Saturday, May 19, 2018

Texas Gov. Greg Abbott: ‘We need to do more than just pray for the victims and their families’ -

Saturday, May 19, 2018

Donald Trump says he will meet North Korea’s Kim Jong Un on June 12 in Singapore -

Thursday, May 10, 2018

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

DEUX MILLE QUATORZE : L’ANNÉE DE TOUS LES ESPOIRS

Fresnel Jean

QuestCinq.com/Panorama

Par Me Fresnel JEAN, Av. & T.S.

QC Notes: Me Fresnel Jean, ancien Batonnier du barreau des avocats de Port de Paix et ex-Délégué departemental du Nord-Oest sous le gouvernement provisoir de Madame Erthat P. Trouillot, est aussi un diplomé de la Faculté des Science Humaines de Port au Prince.”

Une nation ne disparait pas tant qu’il y aura des hommes qui pensent, réfléchissent et acceptent de faire des sacrifices sans lesquels rien de grand ne se réalise. C’est le rôle et la vocation de toute élite consciente, avisée et responsable de se constituer en gardienne des intérêts vitaux d’une nation surtout à des moments difficiles de son existence. Elle est appelée à veiller constamment au grain pour qu’il ne meurt. Les étincelles d’une nouvelle crise annoncée en deux mille treize que nous avions prédite l’année de tous les dangers en Haïti si elles ne se sont transformées en une véritable poudrière ne semblent pas en réalité totalement éteintes.

Hannibal Price dans ses analyses a reconnu non sans raison que nous sommes davantage une foule au lieu d’être une nation forte et soudée faute de ce ciment de ralliement qui nous unit, crée un climat propice de vivre ensemble et évite la polarisation sociale, signe annonciateur de la faillite de l’État. Les crises à n’en plus finir n’ont pas eu pour effet de contribuer au renforcement  de la nation voire au progrès et au bien être de ce brave peuple qui a étonné le monde au début du dix-neuvième siècle. Au contraire elles menacent la survie et l’existence même de l’État incapable de relever le défi face au complot permanent de la communauté internationale revancharde.

A l’aube de la fondation du nouvel État aujourd’hui au bord d’un effondrement certain, on prédisait l’incapacité congénitale des Haïtiens de se gouverner. Il leur fallait comme pour se rappeler l’ordre révolu de l’époque coloniale esclavagiste le fouet du commandeur. Malheureusement nous n’arrivons pas encore à transcender ni à faire preuve de notre volonté inébranlable de refonder l’État sur de nouvelles bases avec un nouvel idéal de grandeur et de bien-être commun. Les guerres civiles qui jalonnent et assombrissent l’histoire de notre peuple depuis l’assassinat programmé du père fondateur de l’État-Nation semblent donner raison aux nostalgiques colonisateurs.

La lutte éternelle pour le pouvoir conduit toujours le pays au bord du gouffre et permet à la communauté internationale de s’immiscer dans nos affaires internes en s’imposant comme arbitre de nos querelles fratricides pour mieux cependant sauvegarder ses intérêts n’ayant jamais eu au cours de l’histoire de vrais amis. Si la couronne britannique fit des mamours au Monarque du Nord lors de la crise de dix-huit cent six c’était pour mieux évincer la France de Napoléon et dans le but de mettre Haïti sous sa tutelle refusée d’un revers de main par Dessalines qui entendait traiter d’égal à égal, sur un même pied d’égalité avec toutes les puissances internationales.

Le Mole Saint-Nicolas d’une si grande importance stratégique, longtemps convoité par les Anglais et les Américains les décide jadis à prendre très souvent position dans les guerres civiles inter-haïtiennes. Le général Nord Alexis, Anténor Firmin, Rosalvo Bobo, les Duvalier… pour ne citer que ces acteurs témoins de la vie politique d’Haïti en savent long. Aujourd’hui rares sont les grands du monde qui restent insensibles aux richesses inexploitées de notre sous-sol découvertes suivant certaines recherches non vulgarisées en Haïti. Toute unité haïtienne serait un accroc à leur politique d’exploitation des États qu’ils appellent mineurs faute d’une force armée nationale indispensable à la défense et à la sécurité du territoire.

En deux mille treize, nous avons frôlé la catastrophe et le pays était au bord de l’abîme avec des manifestations tant à la capitale que dans certaines villes de province contre le pouvoir de Michel Martelly-Laurent Lamorthe, tantôt par des leaders de l’opposition, qui pour se venger aujourd’hui des supporteurs du coup d’État du romantique Général Raoul Cédras, et du mouvement populaire GNB qui renversaient M. Aristide du pouvoir ; qui pour réclamer une meilleur gestion des affaires publiques, avec de la transparence, sans népotisme, ni l’arrogance du début de mandat de l’actuel chef de l’État ; qui à tort ou à raison pour défendre unguibus et rostro leur mandat de parlementaire fixé néanmoins par une loi électorale au mépris de la Constitution qui doit toujours prévaloir à leurs yeux.

Le pouvoir heureusement   a appris à jouer au pompier pour colmater les  brèches et éviter le pire. Des programmes jugés certes démagogiques par plus d’un comme Ti Manmanm Chérie, Ti Papam Doudou, Ede Pep, Kore Etudiants, le PSUGO qui permet à des enfants nécessiteux de bénéficier du pain de l’instruction conformément au prescrit de la Constitution de dix-neuf cent quatre- vingt-sept, de petits travaux d’infrastructure  par-ci par-là, particulièrement dans les artères des principales villes du pays ont bien désarmé la mobilisation générale des différentes couches sociales contre le pouvoir autocratique de Martelly-Lamorthe et désamorcé la situation périlleuse que nous vivons en empêchant à la crise de s’envenimer.

Et, M Michel Joseph Martelly pour le meilleur ou le pire survécut à la troisième année de son mandat malgré tous les soubresauts : la mort pour une raison ou une autre suspecte du magistrat Serge Joseph inhabilement exploitée par l’opposition radicale qui tenta de sauter sur cette opportunité pour mettre le pouvoir dos au mur ; le mandat d’invitation inopportune à l’ex-président Aristide qui réveille de leur sommeil les Lavalassiens ; l’arrestation non intelligente de leaders de l’opposition de près ou de loin mêlés à l’assassinat crapuleux du praticien en droit, l’étudiant Duverseau, notamment celle de l’Avocat militant du Barreau de Port-au-Prince, accusateur de la famille présidentielle, Me André Michel qui soulève la colère d’une importante frange de la classe politique qui y voit une tendance au retour de l’arbitraire contre lequel  elle a tant lutté et combattu ; l’arrêt discriminatoire de la Cour Constitutionnel de la République Dominicaine en violation flagrante des droits fondamentaux, qui faillit mettre de l’eau au moulin de l’opposition mais géré avec habileté par l’équipe au pouvoir.

L’espoir pointe à l’horizon et semble bien renaître en Haïti qui n’apparait plus aujourd’hui avec son image de pays maudit après le séisme dévastateur du douze janvier deux mille treize. Le pays de Gobineau, après le triomphe de Roosevelt, à la faveur d’un vote historique accueillera Dany Laferrière l’un des plus dignes fils d’origine d’Haïti en deux mille quatorze à l’académie française pour occuper le siège de l’auteur de l’Esprit des lois, Montesquieu. Anténor Firmin, Etzer Vilaire, Georges Sylvain, Jacques S. Alexis, Jacques Roumain, Léon Laleau, Jean Price Mars, Gerard Pierre-Charles, Lesly F. Manigat…malgré la reconnaissance internationale qu’ils jouissent n’ont pas eu cet honneur tant convoité. L’élection de Dany qui porte fièrement le nom de l’immortelle citadelle Laferrière réunit pour le bonheur de M. Martelly les Haïtiens qui momentanément ne parlent plus de son départ du pouvoir en cette fin d’année.

Néanmoins, la trêve politique ne fera pas long feu en ces temps électoraux et de grands enjeux qui s’approchent  si un accord entre les parties antagoniques n’est trouvé, si les uns et les autres continuent à faire montre d’arrogance, à tirer à boulet rouge sur leurs adversaires, si les acteurs politiques ne font pas taire leurs intérêts égoïstes et mesquins, si le pouvoir et l’opposition ne s’entendent pas pour donner une nouvelle orientation à l’État-Nation d’Haïti un et indivisible, si la confiance  entre les protagonistes ne renait , si l’on ne tient compte des droits économiques, sociaux et culturels du peuple;  bref, si les mesures les plus promptes et nécessaires ne sont prises de commun accord pour un nouveau contrat social porteur de promesses entre les diverses classes de la société haïtienne et si l’élite n’assume désormais ses responsabilités vocationnelles. Que deux mille quatorze soit l’année d’un nouveau départ et de tous les espoirs pour Haïti ! ! !

Les idées et commentaires exprimés dans ce texte sont ceux de Me Fresnel Jean.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya