Latest News:

A government lawyer acknowledged Monday that the Trump administration will miss its first court-imposed deadline to reunite about 100 immigrant children under age 5 with their parents. Department of Justice attorney Sarah Fabian said during a court hearing that federal authorities reunited two families and expect to reunite an additional 59 by Tuesday’s deadline. She said the other cases are more complicated, including parents who have been deported or are in prison facing criminal charges, and would require more time to complete reunions. U.S. District Judge Dana Sabraw, who ordered the administration to reunite families separated as part of President Donald Trump’s “zero tolerance” immigration policy, said he will hold another hearing Tuesday morning to get an update on the remaining cases. He said he was encouraged to see “real progress” in the complicated reunification process after a busy weekend when officials from multiple federal agencies tried to sync up parents and children who are spread across the country. STORY FROM LENDINGTREE Crush your mortgage interest with a 15 yr fixed “Tomorrow is the deadline. I do recognize that there are some groups of parents who are going to fall into a category where it’s impossible to reunite by tomorrow,” he said. “I am very encouraged by the progress. I’m optimistic.” Lee Gelernt, an American Civil Liberties Union attorney who leads a lawsuit against the federal government, sounded more skeptical. When asked by the judge if he believed the government was in full compliance of the court order, Gelernt said there was much more work to be done. “Let me put it this way: I think the government in the last 48 hours has taken significant steps,” he said. “We just don’t know how much effort the government has made to find released parents. I don’t think there’s been full compliance.” U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. (Photo: U.S. District Court) The difficulty in reuniting the first 100 children shows the challenge that lies ahead as the Trump administration braces for another deadline in two weeks to reunite nearly 3,000 older children – up to age 17 – with their parents. The process is complicated because of all the different situations that emerged over the weekend. The government initially identified 102 children under age 5 who needed to be reunited but removed three children from that list because investigations into their cases revealed that those children came with adults who were not their parents, Fabian said. Twelve parents were found to be in federal and state custody on criminal charges, making a reunification impossible since the government can’t transfer minors to state and local prisons to protect the well-being of the child. Nine parents were deported, and the government established contact with only four of them, Fabian said. Four children had been scheduled to be released from government custody to relatives who weren’t their parents, leading the government to question whether to allow that process to be completed or to redirect the child back to a parent. Gelernt said he understood many of the hurdles but urged the judge to force the government to scrap its time-consuming investigation into every single case and start a 48-hour clock to reunify families that remain separated by Tuesday. Sabraw said he would decide that during Tuesday’s hearing. Fabian said one of the silver linings of the busy weekend is that her office worked closely with its challengers at the ACLU to share information on each child’s case, to ensure that representatives from immigration advocacy groups and volunteer organizations could be present during each reunification. Gelernt said they’re doing that to help the parents, who are often released from custody with no money and nowhere to go. Fabian said that coordination has led to a more formalized process between government agencies and with the immigrants’ lawyers that should make reunifications go more smoothly in the coming weeks. “I think this process over the weekend helped us see what information, and in what form, is the most useful to share,” she said. “I’d like to make that as efficient a process as possible.” -

Monday, July 9, 2018

Trump denies US opposition to WHO breastfeeding resolution -

Monday, July 9, 2018

Mwen se moun nan Panyòl -

Monday, July 9, 2018

ZILE PAM NAN -

Monday, July 9, 2018

Havana plane crash leaves more than 100 dead -

Saturday, May 19, 2018

Shia cleric Moqtada Sadr bloc wins Iraq elections -

Saturday, May 19, 2018

Texas Gov. Greg Abbott: ‘We need to do more than just pray for the victims and their families’ -

Saturday, May 19, 2018

Donald Trump says he will meet North Korea’s Kim Jong Un on June 12 in Singapore -

Thursday, May 10, 2018

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

L’OPL, la Fusion et KONTRAPEPLA pour un gouvernement de sauvetage national, un premier ministre et un CEP de consensus, jusqu’à la fin du mandat présidentiel, dans le cadre de la recherche d’un accord politique global

Carte Haiti, Google

“Un consensus national minimal pour le relèvement national”

Publié le mercredi 15 janvier 2014

CONTEXTE

Avec un passé très lourd de conséquences : colonie, société esclavagiste, guerre de la terre brulée pour arracher son indépendance, absence de cadres pour faire fonctionner le nouvel État, mise en quarantaine par les puissances coloniales esclavagistes, spectre de retour de l’ancienne métropole battue par l’armée indigène, occupation militaire américaine directe pendant près de vingt ans, diverses formes d’ingérence et de mise sous tutelle internationale, Haïti, après 210 ans d’existence, traîne un douloureux héritage et n’arrive pas encore à sortir du bourbier. Au contraire, les dernières décennies ont vu cette situation se détériorer complètement. À la perte quasi totale de tous les attributs de souveraineté, à l’approfondissement d’une misère abjecte dans laquelle végète la grande majorité de la population, est venu se greffer le risque d’un chaos généralisé remettant en cause la survie même de cette entité nationale, déjà qualifiée au titre du chapitre VII de la Charte de l’ONU, de menace pour la paix et la sécurité internationales.

Aujourd’hui, le pays atteint un niveau de délabrement plus qu’alarmant après tant de décennies perdues dans des brigandages politiques à répétition, de soumission avilissante au diktat étranger, de violences fratricides gratuites, de gabegies administratives, de corruption, de formes rétrogrades de gouvernance autoritaire et parasitaire. Cette situation qui fait douter plus d’un de la capacité des élites haïtiennes à prendre en main la destinée de leur nation est sur le point de contredire la vielle formule : un pays ne meurt jamais.

Après deux siècles de mauvaise gouvernance, l’échec frappe à nos portes et nous devons tous payer la facture. Après plusieurs années de troubles politiques, le pays bascule totalement dans l’amateurisme et l’irresponsabilité. Le comportement délétère du pouvoir en place pousse une bonne frange du secteur politique et de la société civile à sortir de la stratégie de l’accommodement pour poser de façon sérieuse et définitive le problème de la reconstruction/refondation de l’État-Nation. En un mot, comment sortir Haïti de l’indignité pour en faire un pays où il fait bon vivre pour toutes et pour tous ?

Ce tableau alarmant doit nous interpeller et certainement nous conduire à l’élaboration et à la signature d’un accord global et national. Le président Martelly semble prendre conscience de la nécessité d’un dialogue ; ses visites auprès des partis politiques laissent augurer une ère de recherche de compromis. La Commission de la Conférence Episcopale pour la médiation s’est proposée comme facilitatrice dans le cadre d’un dialogue entre les différents secteurs/acteurs politiques.

Nous, signataires du présent engagement, croyons fermement que chaque secteur de la vie nationale aurait donc intérêt à utiliser la voie du dialogue et à accepter de faire des sacrifices dans la recherche d’un consensus minimal visant la construction d’une nouvelle Haïti.

CONTENU DE L’ACCORD POLITIQUE GLOBAL

L’Accord politique devra aborder, entr’autres, les questions fondamentales suivantes :

• QUELLE HAITI POUR QUELS CITOYEN ET CITOYENNE ?

• QUELLE ECOLE POUR QUELLE SOCIETE ?

• COMMENT AMENAGER LE TERRITOIRE NATIONAL DANS L’INTERET DE LA POPULATION ?

• QUELLE POLITIQUE ENVIRONEMENTALE,

• COMMENT DIVORCER DE FAÇON DEFINITIVE D’AVEC LES ELECTIONS FRAUDULEUSES, VERITABLES SOURCES DE DESTABILISATION DU PAYS ?

• QUEL TYPE DE GOUVERNANCE ?

• QUEL CHOIX ECONOMIQUE ?

• QUELLE POLITIQUE ENERGETIQUE ?

• QUELLE POLITIQUE DE L’HABITAT ?

• QUELLES POLITIQUES PUBLIQUES ?

• QUELLE POLITIQUE ETRANGERE

• COMMENT GARANTIR L’ACCORD ?

STRATEGIE DE MISE EN OEUVRE

Tenant compte de l’état de dislocation de toutes les institutions du pays, il serait utopique de rechercher maintenant un consensus national sur l’ensemble des points qui composent l’Accord. Nous pensons qu’il y a lieu de choisir une stratégie en trois étapes : à court, moyen et long termes.

• A COURT TERME

Conscients de la gravité de la crise politique et institutionnelle que traverse notre pays ;
Convaincus qu’il faut prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour engager des discussions sérieuses entre des acteurs politiques et des organisations de la société civile ;

Considérant qu’il importe de préserver la stabilité politique du pays ;

Considérant les retards successifs enregistrés dans la tenue des élections ;

Considérant que le président de la République a la responsabilité constitutionnelle de garantir le bon fonctionnement des institutions du pays ;

Considérant que les dispositions nécessaires n’ont pas été prises à temps afin de réaliser les élections visant à remplacer le premier tiers du Sénat arrivé en fin de mandat et tous les membres des collectivités territoriales ;

Considérant que l’actuelle machine électorale souffre d’un énorme déficit de crédibilité ;
Considérant qu’il importe de préserver ou de créer un climat d’apaisement favorable à la réalisation de bonnes élections ;

Considérant que la signature et le respect d’un Accord Politique constitue une urgente nécessité pour atteindre ces objectifs ;

Considérant l’absence d’une alternative nationale et solide capable de prendre en main la direction du pays afin d’éviter le chaos qui servira de prétexte à un durcissement de la tutelle internationale ;

L’ACCORD POLITIQUE #1 porte sur les mesures à prendre pour la tenue d’élections à la fin de l’année 2014. Dans cette optique l’Accord inclura :

A- La mise en place d’un gouvernement de sauvetage national dirigé par un Premier ministre de consensus jusqu’à la fin du mandat présidentiel.

Ce gouvernement sera composé de personnalités connues et crédibles du monde politique (partis politiques), de la société civile, du secteur des droits humains, le secteur femme, le secteur paysan. Ce nouveau gouvernement aura une feuille de route avec quatre objectifs principaux :

1. Combattre la corruption ;

2. Harmoniser les rapports entre les trois pouvoirs de l’État ;

3. Créer les conditions pour la réalisation de bonnes élections inscrites dans le cadre de la quête de la souveraineté nationale pour les 2/3 du Sénat, le renouvellement de la chambre des députés et des membres des collectivités territoriales à la fin de l’année 2014 ;

4. Mettre en place les mécanismes en vue de la convocation des États Généraux de la Nation.

B- La mise en place d’un Conseil Électoral Provisoire de consensus qui aura la responsabilité de l’organisation des élections au mois d’octobre 2014.

C- La mise en place dans les trois (3) jours suivant la signature de l’Accord d’un Observatoire National chargé du suivi de l’application du présent Accord.

• MOYEN TERME

L’Accord # 2 portera sur les questions suivantes :

1- L’Elaboration d’un pacte de gouvernabilité ;

2- La mise en application des résolutions du Sénat de la République relatives au départ de la MINUSTAH ;

3- La recherche d’un consensus pour la préparation d’un nouvel amendement constitutionnel.

• LONG TERME

L’Accord # 3 ou final portera sur les questions d’ordre structurel par :

La convocation des États Généraux en vue de la Refondation de l’Etat-Nation impliquant :

1- La recherche d’un consensus national sur la reconstruction d’Haïti ;

2- Le débat national sur l’aménagement du territoire ;

3- L’adoption d’une nouvelle politique de l’habitat ;

4- Le choix d’une nouvelle politique économique et sociale ;

5- Le choix d’une politique énergétique, etc

En guise de conclusion :

POUR ASSURER LA REUSSITE DE CE GRAND PROJET DE SAUVETAGE NATIONAL, LES PARTIES SIGNATAIRES DE L’ACCORD POLITIQUE GLOBAL DOIVENT METTRE EN PLACE UN OBSERVATOIRE NATIONAL CHARGÉ DU SUIVI DES ENGAGEMENTS PRIS. CETTE INSTANCE SERA COMPOSÉE DE PERSONNALITÉS DU SECTEUR RELIGIEUX, DE DIFFÉRENTS SEGMENTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ET DU SECTEUR PRIVÉ DES AFFAIRES.

SA MISSION PRINCIPALE CONSISTERA A :

1. OBSERVER LE COMPORTEMENT DES SIGNATAIRES DE L’ACCORD POLITIQUE GLOBAL ;

2. RAPPELER AUX PARTIES LES ENGAGEMENTS PRIS CHAQUE FOIS QU’IL Y A DÉRIVES ;

3. RAMENER LES PARTIES A LA TABLE DE CONCILIATION.

Fait à Port au Prince, le 14 janvier 2014

Pour l’OPL : Sauveur Pierre Etienne, Vasco Thernelan, François A. Joseph.

Pour la Fusion : Edmonde S. Beauzile, Rosemond Pradel, Victor Benoit.

Pour KONTRAPEPLA : Jean William Jeanty, Rudolph Prudent, Maxime Magloire.

Source: Kiskeya

Comments
One Response to “L’OPL, la Fusion et KONTRAPEPLA pour un gouvernement de sauvetage national, un premier ministre et un CEP de consensus, jusqu’à la fin du mandat présidentiel, dans le cadre de la recherche d’un accord politique global”
  1. Francisque Jean-Charles says:

    La partcipation des provinces est aussi incontournable…Et Evans Paul, selon moi, represente le meilleur candidat au poste de Premier Ministre qui pourra conduire le pays vers la reconciliation nationale…
    Un poste de Ministre a l’Enseignement Superieur et a la Recherche Scientifique dans la cabinet ministeriel est aussi indispensable…Pa plus de dix minsitres au sein du cabinet ministeriel, politique d’austerite oblige…On peut toujours decentraliser le gouvernment avec des postes de secretairerie d’etat dans les provinces…

Yahoo! Status Checker by Techya