Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

L’ONU craint un génocide en Centrafrique

QuestCinq.com

Bangui-Tous les éléments sont réunis pour un génocide en Centrafrique, a averti jeudi l’ONU, appelant à une stabilisation politique à Bangui marquée par de nouvelles violences, où le parlement doit élire un nouveau président capable de ramener la paix.

«Il y a tous les éléments que nous avons vus dans des endroits comme le Rwanda, la Bosnie, les éléments sont là pour un génocide. Cela ne fait pas de doute», a déclaré le chef des opérations humanitaires de l’ONU, John Ging, lors d’une conférence de presse à Genève, au retour d’une mission en Centrafrique.

«Des atrocités sont commises de façon continue», a-t-il rappelé, soulignant que «les communautés ont peur. Les gens ont peur des autres communautés».

Au moins sept personnes ont été tuées dans la nuit au cours de plusieurs incidents violents dans un quartier nord de Bangui, où la tension restait très vive à la mi-journée, selon des sources militaires et humanitaires.

Trois cadavres, dont un jeune d’une quinzaine d’années, tué par balle, étaient entreposés à la mosquée du quartier Bégoua 3, à la sortie nord de Bangui, ont constaté des journalistes de l’AFP. La Croix-Rouge centrafricaine a indiqué avoir ramassé les cadavres de quatre hommes chrétiens, tués à l’arme blanche.

Des habitants du quartier ont accusé les militaires français de l’opération Sangaris d’avoir tiré sur les trois hommes lors d’une opération de fouille. L’armée a confirmé un accrochage, mais démenti toute responsabilité pour les morts.

Dans la matinée, un nouveau convoi de civils musulmans, protégé par des soldats tchadiens, quittait la ville et ses violences.

«Il y a tous les éléments que nous avons vus dans des endroits comme le Rwanda, la Bosnie, les éléments sont là pour un génocide. Cela ne fait pas de doute.»

John Ging
chef des opérations humanitaires de l’ONU

«Critères d’éligibilité»

«Ce n’est pas un conflit interreligieux pour l’instant, mais cela pourrait le devenir. Nous devons créer les conditions pour que la peur disparaisse», a alerté M. Ging. «Les conséquences vont être dramatiques si nous n’agissons pas immédiatement», a-t-il ajouté, constatant l’«effondrement» complet du pays.

Pendant ce temps, les parlementaires devaient parvenir à un accord sur les critères d’éligibilité du président de transition, selon des sources parlementaires.

Le principal point d’achoppement porte sur la demande officielle de la communauté internationale d’exclure de la candidature les 135 membres du Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire), afin de marquer une rupture avec la période Djotodia.

Pour les partenaires occidentaux et africains de Bangui, qui interviennent militairement dans le pays et financent un État quasiment failli, l’élu doit être «un président technique» s’appuyant sur «des responsables compétents à la tête des ministères régaliens», selon un diplomate occidental.

L’ex-président Michel Djotodia, porté au pouvoir en mars 2013 par une rébellion hétéroclite, la Séléka, a été contraint au départ vendredi par les dirigeants d’Afrique centrale – soutenus par la France – excédés par son incompétence et son incapacité à mettre fin aux tueries interreligieuses qui ont ensanglanté la Centrafrique depuis des mois.

Une fois les critères d’éligibilité définis, le CNT enregistrera et validera les candidatures, à partir de vendredi, puis élira le nouveau chef d’État de transition, ce week-end ou peut-être lundi, selon Léa Kouyassoum Doumta, qui dirige les débats.

Population entassée dans des camps de fortune

Car le temps presse. Le feu couve toujours à Bangui, quadrillée par les forces internationales, même si la capitale présente chaque jour un peu plus une apparence de retour à une forme de normalité.

Les fonctionnaires – impayés depuis septembre – reprennent le chemin des administrations, totalement à l’arrêt depuis début décembre, l’activité commerciale reprend elle aussi.

Mais les centaines de milliers de déplacés des violences ne rentrent pas chez eux. À Bangui, qui compte 800 000 habitants, la moitié de la population vit entassée dans des camps de fortune.

Le reste du pays reste essentiellement livré à lui-même.

Sur les 4,6 millions de Centrafricains, environ un million ont été chassés de chez eux par les violences et la moitié de la population est directement touchée par la crise, selon des sources humanitaires.

Cette crise est sans précédent dans un pays à l’histoire particulièrement troublée depuis son indépendance de la France en 1960 et qui figure parmi les plus démunis du continent, malgré son potentiel agricole et minier.

Pour sécuriser le pays, l’Union africaine a appelé une nouvelle fois à renforcer la MISCA pour atteindre 6000 soldats sur le terrain.

La MISCA compte actuellement environ 4500 hommes, mais elle va recevoir ce jeudi le renfort d’un bataillon rwandais de 850 hommes, a annoncé Kigali. La France a envoyé depuis début décembre 1600 soldats dans le cadre de son opération Sangaris.

Dans le cadre d’une future mission militaire européenne, l’Estonie s’est dite prête à envoyer 55 soldats à Bangui.

Source: AFP/CHRISTIAN PANIKACÉCILE FEUILLATRE

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya