Latest News:

ZILE PAM NAN -

Friday, July 20, 2018

A government lawyer acknowledged Monday that the Trump administration will miss its first court-imposed deadline to reunite about 100 immigrant children under age 5 with their parents. Department of Justice attorney Sarah Fabian said during a court hearing that federal authorities reunited two families and expect to reunite an additional 59 by Tuesday’s deadline. She said the other cases are more complicated, including parents who have been deported or are in prison facing criminal charges, and would require more time to complete reunions. U.S. District Judge Dana Sabraw, who ordered the administration to reunite families separated as part of President Donald Trump’s “zero tolerance” immigration policy, said he will hold another hearing Tuesday morning to get an update on the remaining cases. He said he was encouraged to see “real progress” in the complicated reunification process after a busy weekend when officials from multiple federal agencies tried to sync up parents and children who are spread across the country. STORY FROM LENDINGTREE Crush your mortgage interest with a 15 yr fixed “Tomorrow is the deadline. I do recognize that there are some groups of parents who are going to fall into a category where it’s impossible to reunite by tomorrow,” he said. “I am very encouraged by the progress. I’m optimistic.” Lee Gelernt, an American Civil Liberties Union attorney who leads a lawsuit against the federal government, sounded more skeptical. When asked by the judge if he believed the government was in full compliance of the court order, Gelernt said there was much more work to be done. “Let me put it this way: I think the government in the last 48 hours has taken significant steps,” he said. “We just don’t know how much effort the government has made to find released parents. I don’t think there’s been full compliance.” U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. (Photo: U.S. District Court) The difficulty in reuniting the first 100 children shows the challenge that lies ahead as the Trump administration braces for another deadline in two weeks to reunite nearly 3,000 older children – up to age 17 – with their parents. The process is complicated because of all the different situations that emerged over the weekend. The government initially identified 102 children under age 5 who needed to be reunited but removed three children from that list because investigations into their cases revealed that those children came with adults who were not their parents, Fabian said. Twelve parents were found to be in federal and state custody on criminal charges, making a reunification impossible since the government can’t transfer minors to state and local prisons to protect the well-being of the child. Nine parents were deported, and the government established contact with only four of them, Fabian said. Four children had been scheduled to be released from government custody to relatives who weren’t their parents, leading the government to question whether to allow that process to be completed or to redirect the child back to a parent. Gelernt said he understood many of the hurdles but urged the judge to force the government to scrap its time-consuming investigation into every single case and start a 48-hour clock to reunify families that remain separated by Tuesday. Sabraw said he would decide that during Tuesday’s hearing. Fabian said one of the silver linings of the busy weekend is that her office worked closely with its challengers at the ACLU to share information on each child’s case, to ensure that representatives from immigration advocacy groups and volunteer organizations could be present during each reunification. Gelernt said they’re doing that to help the parents, who are often released from custody with no money and nowhere to go. Fabian said that coordination has led to a more formalized process between government agencies and with the immigrants’ lawyers that should make reunifications go more smoothly in the coming weeks. “I think this process over the weekend helped us see what information, and in what form, is the most useful to share,” she said. “I’d like to make that as efficient a process as possible.” -

Monday, July 9, 2018

Trump denies US opposition to WHO breastfeeding resolution -

Monday, July 9, 2018

Havana plane crash leaves more than 100 dead -

Saturday, May 19, 2018

Shia cleric Moqtada Sadr bloc wins Iraq elections -

Saturday, May 19, 2018

Texas Gov. Greg Abbott: ‘We need to do more than just pray for the victims and their families’ -

Saturday, May 19, 2018

Donald Trump says he will meet North Korea’s Kim Jong Un on June 12 in Singapore -

Thursday, May 10, 2018

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

La dernière chance!

Serge H. Moise

QuestCinq.com

 Par Serge H. Moïse av. Barreau de Port -au-Prince

« La dernière chance »

Dans ce singulier petit pays pays où plus ça change plus c’est pareil, il est impossible d’éviter les redites même quand elles deviennent fades et rebutantes.

En effet, depuis l’ignoble assassinat de l’Empereur qui a eu la mauvaise fortune d’oser exiger que ceux dont les pères sont en Afrique aient les mêmes droits que les autres, la révolution inachevée bat de l’aile et la perle des antilles symbolise aujourd’hui encore le pays le plus corrompu et le plus pauvre de l’hémisphère.

Les analystes de la scène politique haïtienne sont unanimes à reconnaître que le pays a raté tous les virages qui lui auraient permis de s’épanouir et de se développer au même titre que son voisin de l’Est et d’autres petites nations plus ou moins comparables.

Déjà deux siècles d’histoire de peuple dit indépendant et nous pouvons hélas nous demander bien candidement : Sommes-nous une nation?

Nous avons évidemment un territoire, un peuple, une langue commune, un drapeau, un gouvernement et apparemment tout ce qui répond à la définition acceptée de ce que représente une nation. Pourtant, force est de reconnaître que mises à part quelques rares éclaircies, notre trajectoire en tant que collectivité, constitue un retentissant échec qui explique et justifie le bourbier dans lequel nous vautrons avec une apparente indifférence.

La méconnaissance de notre histoire et ce déficit identitaire qui nous caractérisent en sont sans le moindre doute les causes profondes mais pis encore, le refus d’en prendre conscience, individuellement et collectivement n’augure rien de bien bon pour l’avenir immédiat.

Nous avons été éduqués, pardon dressés,  pour être tout sauf des Haïtiens à part entière. Il demeure donc compréhensible que certains de nos congénères se révèlent,  sur le plan personnel des réussites dont nous sommes certes très fiers. Ils ont été formés pour performer dans leurs encadrements respectifs mais, quid de l’alma mater?

S’il est vrai, selon René Dumont, que le développement durable d’une société passe par ses créneaux culturels, il s’avère très peu probable que les modèles importés puissent nous conduire à bon port. Hélas, tout porte à croire que nos experts ne jurent que par les théories ou principes à partir desquels ils ont été formés et demeurent incapables d’appréhender le réel haïtien afin de concevoir des modèles qui soient en adéquation avec cette réalité dans ce qu’elle recèle de spécificités propres.

La loi se définit comme étant l’émanation de la volonté populaire,  ce qui est l’essence même de la démocratie. Jetons donc un coup d’œil sur nos vingt-deux constitutions et l’ensemble des lois qui nous régissent. La malice populaire exprime en termes clairs notre culture de non droit et avec son humour caustique proclame : « Constitution sé papier, baïonnette sé fè ».

Au cours de ce dialogue en perspective, souhaitons que nos dignes politiciens et autres leaders réalisent l’impérieuse nécessité de doter le pays d’une Commission Nationale de la Réforme Judiciaire « CNRJ » si tant est qu’ils veulent vraiment, comme le réclame le peuple haïtien, depuis la chute de la dictature, l’avènement d’un véritable État de droit dans ce petit pays qui est le nôtre.

Les saupoudrages auxquels nous avons eu droit depuis la nuit des temps, ont eu pour conséquence, ce que nous constatons avec tout le monde d’ailleurs, n’en déplaise à ceux qui font l’autruche : Le pouvoir judiciaire est vassalisé maintenant plus que jamais auparavant.

Et ce n’est point une invention de ce gouvernement, nous en convenons aisément, cela fait partie de ce fameux héritage qu’il avait d’ailleurs promis d’oblitérer. Hélas, les faits parlent d’eux-mêmes, la montagne a accouché d’une souris.

Faut-il encore une fois, souligner à l’eau forte, qu’aucun progrès n’est réalisable en dehors d’un pouvoir judiciaire efficace et efficient? Il s’agit d’une vulgaire lapalissade qui nous porte à déduire en toute logique, que cette carence relève de la mauvaise foi collective.

Il n’appartient qu’à nous d’arrêter de bluffer en reconnaissant tout simplement  que notre deuxième priorité n’est autre que  la « création d’emplois » dans les dix départements de la république.

Aussi, compter presqu’uniquement sur les investissements étrangers pour relancer l’économie du pays s’avère un leurre grossier et malhonnête.

Le médecin s’attaque à la maladie de son patient pour soigner ce dernier, l’avocat se rend au tribunal pour plaider et gagner la cause de son client, l’investisseur se lance en affaires pour gagner des profits substantiels et non pour faire du social, encore moins de la charité. Nos économistes ne le savent que trop et qui pis est, l’économie néolibérale qui domine le monde ne peut que maintenir le pays dans son état de corruption et d’extrême pauvreté. Il faut donc penser sérieusement à l’économie sociale à l’instar de l’Inde, de la Chine, du Brésil, du Venezuela, pour ne citer que ceux-là.

Oui, la création d’emplois, en encourageant de manière scientifique l’entreprenariat au niveau des petites et moyennes entreprises et pour ce faire, le « FHS » Fonds Haïtien de Solidarité, réunit tous les critères du développement endogène susceptible de contribuer à la renaissance du pays.

Nous devons donc jumeler création d’emplois et formation afin de cesser d’exporter nos diplômés qui ne pourront revenir au pays toujours faute d’emplois.

A cette croisée des chemins, le constat est fait, nous sommes un État failli et s’il est est vrai que nous comptons parmi nous des femmes et des hommes intègres, honnêtes et compétents, nous devrions, à la faveur de ce dialogue en perspective, nous prouver à nous-mêmes et au reste du monde qui nous guette, que nous avons la capacité de nous reprendre en main, de nous gouverner et ainsi faire mentir les propos de Gobineau une fois pour toutes.

Le temps presse évidemment, les éternels chômeurs et ceux qui croupissent sous les tentes le savent mieux que quiconque. Un ultime effort vers la transcendance pour un dialogue inclusif, franc, ouvert et constructif, cette fois-ci, dans l’intérêt supérieur de la nation tout entière demeure le paradigme impérieux et incontournable.

Il subsiste toutefois une zone d’ombre au tableau. En effet un large secteur de la scène politique estime que les conditions objectives ne sont pas réunies pour faire œuvre qui vaille et en conséquence s’abstient de toute participation à cet exercice. La confiance, élément indispensable au dialogue et à la négociation n’est donc pas au rendez-vous.

La diaspora quant à elle, brille de tous ses feux par son absence !

C’est le moment plus que jamais pour que « tout moun ladan’l » devienne une profession de foi. Que la volonté de Dieu, le « Grand Mèt » se manifeste sur la terre d’Haïti en inspirant nos dignes représentants tout au cours de ce dialogue qui pourrait fort bien se révéler celui de la dernière chance.

Les pensées exprimées dans ce texte sont celles de Me Serge H. Moïse.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya