Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Violences meurtrières à Kiev

QuestCinq.com

Kiev-Les policiers antiémeute cernaient mardi soir le Maïdan, la place de Kiev où se sont rassemblés plus de 20 000 manifestants hostiles au président Viktor Ianoukovitch, après des affrontements avec la police qui ont fait sept morts.

À l’expiration à 11h00 (heure de Montréal) de l’ultimatum fixé par les autorités pour mettre fin aux violences, les principaux responsables de l’opposition prenaient la parole à tour de rôle devant la foule rassemblée sur le Maïdan, la place de l’Indépendance, haut lieu de la contestation depuis près de trois mois entourée de barricades.

Les affrontements ont cessé, mais le calme est précaire: les redoutables unités antiémeutes Berkout contrôlaient les abords du Maïdan, appuyés en deuxième ligne par des policiers armés de fusils d’assaut kalachnikov.

«Ne tirez pas sur les Ukrainiens», proclamait l’un des orateurs, tandis qu’un des dirigeants de l’opposition, l’ancien champion de boxe Vitali Klitschko, a appelé les femmes et les enfants à évacuer la place.

«Nous ne pouvons pas exclure un assaut des forces de l’ordre», a-t-il reconnu.

Cinq civils ont été tués dans les violences mardi, a annoncé la police de Kiev, qui a ensuite indiqué que deux policiers avaient aussi perdu la vie.

L’opposition avait auparavant annoncé la mort de trois manifestants, «tués par balles». Selon le Parti des régions du président Viktor Ianoukovitch, le corps d’un des employés a été retrouvé au siège du mouvement, pris d’assaut et brièvement contrôlé par les contestataires.

Au moins 150 manifestants ont aussi été blessés mardi, dont 30 grièvement – l’un ayant eu la main arrachée en ramassant une grenade assourdissante -, selon Oleg Moussiï, chef du service médical de l’opposition.

Quarante-sept policiers ont été blessés selon une source officielle.

«Nous mettons en garde les têtes chaudes au sein de l’opposition: le pouvoir a les moyens de rétablir l’ordre (…). Nous serons obligés d’avoir recours à des mesures de la plus grande fermeté si les troubles ne cessent pas d’ici à 18h00 (11h00, heure de Montréal)», avaient menacé le ministère de l’Intérieur et les services spéciaux (SBU) dans une déclaration commune.

Balles en caoutchouc et cocktails molotov

Ces violences surviennent après plusieurs semaines d’accalmie dans la contestation, qui dure depuis près de trois mois, et alors que l’opposition avait promis une «offensive pacifique» pour mettre la pression sur les députés, rassemblant plus de 20 000 personnes pour un défilé qui a dégénéré dans la matinée.

Les forces de l’ordre postées devant les accès au parlement ont utilisé du gaz lacrymogène, jeté des grenades assourdissantes et tiré des balles de caoutchouc sur les manifestants jetant pavés et cocktails Molotov.

Il s’agit des premiers affrontements à Kiev depuis ceux de la fin janvier qui avaient fait quatre morts, dont deux tués par balles réelles et plus de 500 blessés.

Dans la matinée, plus de 200 manifestants ont brièvement pris le contrôle du siège du Parti des régions du président Viktor Ianoukovitch non loin du parlement. Les locaux ont été partiellement incendiés par des jets de cocktails molotov.

La Russie a aussitôt condamné ce regain de violences en Ukraine, qu’elle a attribué à la politique des Occidentaux, «qui ferment les yeux sur les actes agressifs des forces radicales en Ukraine, encourageant de fait l’escalade et les provocations envers le pouvoir légal».

L’Occident inquiet

De son côté, Washington s’est dit «consterné par les violences» et a appelé le président Ianoukovitch à «mettre fin aux affrontements» et à renouer le dialogue avec l’opposition.

La responsable de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, a, elle aussi, «condamné tout usage de la violence» exhortant Kiev «à s’attaquer aux racines de la crise».

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a, pour sa part, dénoncé un «usage indiscriminé de la force».

Le premier ministre polonais, Donald Tusk a, lui, réitéré son aide pour trouver un compromis en Ukraine afin d’éviter «une guerre civile à petite ou grande échelle».

L’opposition à Kiev accuse le pouvoir ukrainien de céder aux pressions de Moscou, depuis que M. Ianoukovitch a renoncé en novembre à signer un accord d’association avec l’Union européenne.

La Russie a octroyé à Kiev en décembre un crédit de 15 milliards de dollars, dont 3 milliards ont déjà été versés, et un important rabais sur le prix du gaz. Moscou devait verser «cette semaine» une nouvelle tranche de 2 milliards à l’Ukraine, en manque de liquidités et au bord d’un défaut de paiement.

Mais l’opposition s’impatiente, alors que les négociations avec le pouvoir sont au point mort qu’il s’agisse d’une réforme constitutionnelle réduisant les pouvoirs du président ou la formation d’un nouveau gouvernement.

Née de la volte-face du pouvoir ukrainien fin novembre à l’égard de l’UE, la contestation s’est transformée en un rejet du régime de Viktor Ianoukovitch.

Source:THIBAULD MALTERREOLEKSANDR SAVOCHENKO,AFP

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya