Latest News:

ZILE PAM NAN -

Friday, July 20, 2018

A government lawyer acknowledged Monday that the Trump administration will miss its first court-imposed deadline to reunite about 100 immigrant children under age 5 with their parents. Department of Justice attorney Sarah Fabian said during a court hearing that federal authorities reunited two families and expect to reunite an additional 59 by Tuesday’s deadline. She said the other cases are more complicated, including parents who have been deported or are in prison facing criminal charges, and would require more time to complete reunions. U.S. District Judge Dana Sabraw, who ordered the administration to reunite families separated as part of President Donald Trump’s “zero tolerance” immigration policy, said he will hold another hearing Tuesday morning to get an update on the remaining cases. He said he was encouraged to see “real progress” in the complicated reunification process after a busy weekend when officials from multiple federal agencies tried to sync up parents and children who are spread across the country. STORY FROM LENDINGTREE Crush your mortgage interest with a 15 yr fixed “Tomorrow is the deadline. I do recognize that there are some groups of parents who are going to fall into a category where it’s impossible to reunite by tomorrow,” he said. “I am very encouraged by the progress. I’m optimistic.” Lee Gelernt, an American Civil Liberties Union attorney who leads a lawsuit against the federal government, sounded more skeptical. When asked by the judge if he believed the government was in full compliance of the court order, Gelernt said there was much more work to be done. “Let me put it this way: I think the government in the last 48 hours has taken significant steps,” he said. “We just don’t know how much effort the government has made to find released parents. I don’t think there’s been full compliance.” U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. U.S. District Judge Dana Sabraw, based in San Diego. (Photo: U.S. District Court) The difficulty in reuniting the first 100 children shows the challenge that lies ahead as the Trump administration braces for another deadline in two weeks to reunite nearly 3,000 older children – up to age 17 – with their parents. The process is complicated because of all the different situations that emerged over the weekend. The government initially identified 102 children under age 5 who needed to be reunited but removed three children from that list because investigations into their cases revealed that those children came with adults who were not their parents, Fabian said. Twelve parents were found to be in federal and state custody on criminal charges, making a reunification impossible since the government can’t transfer minors to state and local prisons to protect the well-being of the child. Nine parents were deported, and the government established contact with only four of them, Fabian said. Four children had been scheduled to be released from government custody to relatives who weren’t their parents, leading the government to question whether to allow that process to be completed or to redirect the child back to a parent. Gelernt said he understood many of the hurdles but urged the judge to force the government to scrap its time-consuming investigation into every single case and start a 48-hour clock to reunify families that remain separated by Tuesday. Sabraw said he would decide that during Tuesday’s hearing. Fabian said one of the silver linings of the busy weekend is that her office worked closely with its challengers at the ACLU to share information on each child’s case, to ensure that representatives from immigration advocacy groups and volunteer organizations could be present during each reunification. Gelernt said they’re doing that to help the parents, who are often released from custody with no money and nowhere to go. Fabian said that coordination has led to a more formalized process between government agencies and with the immigrants’ lawyers that should make reunifications go more smoothly in the coming weeks. “I think this process over the weekend helped us see what information, and in what form, is the most useful to share,” she said. “I’d like to make that as efficient a process as possible.” -

Monday, July 9, 2018

Trump denies US opposition to WHO breastfeeding resolution -

Monday, July 9, 2018

Havana plane crash leaves more than 100 dead -

Saturday, May 19, 2018

Shia cleric Moqtada Sadr bloc wins Iraq elections -

Saturday, May 19, 2018

Texas Gov. Greg Abbott: ‘We need to do more than just pray for the victims and their families’ -

Saturday, May 19, 2018

Donald Trump says he will meet North Korea’s Kim Jong Un on June 12 in Singapore -

Thursday, May 10, 2018

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

“Justice & Réconciliation”, en Haiti!

Serge H. Moise

QuestCinq.com/Opinion

Par Serge H. Moïse av.

“Les défaites du droit sont toujours provisoires”. L’arrêt de la Cour d’Appel de Port-au-Prince, présidée par l’honorable Jean-Joseph Lebrun confirme, si besoin était, cette maxime juridique trop souvent oubliée ou simplement ignorée des prédateurs, petits ou grands.

En effet, le jeudi vingt février en cours, soit deux ans après celle du juge Carvès Jean, concluant contre toute attente que « le crime contre l’humanité n’existait pas en droit haïtien », l’ordonnance de la Cour d’Appel, dans un souci de justice et d’équité a renversé la vapeur et remis la pendule à la bonne heure.

L’honorable Juge Durin Duret j’ai connu pour sa compétence et son intégrité est désormais en charge de la poursuite de l’instruction, en attendant bien sûr la décision de la Cour de Cassation puisque le défenseur de l’ex-dictateur a décidé de s’y pourvoir. Dilatoire ou pas, c’est de bonne guerre, la loi le lui permet, il fait donc feu de tout bois, ne serait-ce que pour gagner du temps en espérant un quelconque imprévu en faveur de son client. Ne sommes-nous pas le pays où l’impossible devient possible?

Nous saluons au passage la présence d’une femme remarquable au sein de la composition de cette section de la cour d’appel, en l’occurrence Me Marie-Jocelyne Casimir.

Il aura fallu quand même attendre deux longues années. On a beau convenir qu’il s’agit-là d’un pas dans la bonne direction mais, pendant combien de temps faudra-t-il aiguiser sa patience pour que l’instance suprême dise le mot du droit opposable à tous.

Parler à n’en plus finir de démocratie et/ou d’État de droit et vouloir museler le pouvoir judiciaire c’est requérir le beurre et l’argent du beurre. C’est hélas ce qui se passe dans notre singulier petit pays depuis toujours, ce qui explique, sans le moindre doute, que nous soyons le pays le plus corrompu et le plus pauvre de l’hémisphère.

Que nos codes soient désuets et obsolètes, les juristes s’en plaignent depuis belle lurette, la population aussi, n’empêche que les gouvernements successifs et leurs thuriféraires ont toujours fait la sourde oreille, si bien qu’aujourd’hui encore, nous n’avons toujours pas une commission nationale de la réforme judiciaire, l’une de nos deux priorités incontournables. Nous réclamons cette commission depuis une vingtaine d’années mais nos « p-h-d » perroquets-hâbleurs-délirants ont toujours eu d’autres chats à fouetter.

Culture de non-droit, laxisme, magouille et impunité caractérisent la gouvernance de la jeune république. Les choix nocifs pour l’avenir de la nation ne sont pas dus uniquement à l’ignorance de nos élites. Ces dernières, toutes strates confondues, ont sciemment décidé, pour satisfaire leurs intérêts personnels et mesquins d’être, ce que l’ambassadeur américain John Curry appelle « the most repugnant elites », les élites les plus répugnantes. Et cela ne dérange personne pourvu que la déesse dollar demeure sonnante et trébuchante.

Plus d’un parlent de réconciliation nationale mais du bout des lèvres, ignorant ou faisant semblant d’ignorer qu’il ne saurait y avoir de réconciliation en dehors de la « Justice » qui doit être une pour tous.

Il est dans l’intérêt de monsieur Jean-Claude Duvalier, lui-même, de sa famille, des victimes, de leurs parents et amis, de la société haïtienne tout entière, que ce procès ait lieu de manière juste et équitable au nom de la morale et du bon droit.

En effet, si à l’issue d’un tel procès, l’accusé est renvoyé hors des liens de la prévention, faute de preuve ou autrement, ce dernier recouvre la pleine jouissance de ses droits civils et politiques, il est donc réhabilité aux yeux de tous. Dans le cas contraire, il encourt sa sanction, les consciences sont apaisées et à partir de ce moment, puisque force est restée à la loi, la réconciliation tant souhaitée devient possible.

Il en est de même pour tous ceux qui ont des comptes à rendre conformément à la constitution et aux lois de la république.

Dans l’état actuel des choses, un tel procès est-il réalisable dans des conditions optimales? Nous avons encore en mémoire le procès de la consolidation, celui des timbres et plusieurs autres simulacres dont regorgent nos annales judiciaires, sans oublier les innombrables procès qui n’ont pas pu avoir lieu jusqu’à nos jours et dont on ne parle même plus : l’assassinat de Me Mireille Durocher Bertin, celui du journaliste Brignole Lindor, celui de Me Albert Mecklembourg, du célèbre journaliste Jacques Roche, du député en fonction Yvon Feuillé, du directeur de la banque nationale de crédit, l’économiste Guiteau Toussaint, le leader du PDCH Sylvio Claude, l’inoubliable Jean Dominique ainsi que son gardien Jean-Claude Louissaint, pour ne citer que ces cas-là auxquels la malice populaire fait référence en chuchotant : l’enquête se poursuit!

N’oublions pas qu’il y a différentes écoles de pensée en droit. Nous rejoignons celle de Bentham qui veut que le droit soit fils de la morale et qui stipule clairement que le droit et la morale ont le même centre mais pas la même circonférence. Il y a les autres qu’il n’est pas opportun d’énumérer ici, sauf à préciser et à souligner à l’eau forte, le distinguo qui doit être fait entre les « technicalités juridiques » et la « Justice », au sens le plus noble du terme et qui a permis le développement de la théorie des circonstances exceptionnelles.

De plus, vouloir circonscrire ce cas d’espèce, qualifié de violation des droits humains et crime contre l’humanité, au niveau strictement du droit interne, c’est cautionner volontairement ou nom l’arrêt inique 168/13 de la cour constitutionnelle dominicaine.

Le pouvoir judiciaire qui est en principe l’ultime rempart de la démocratie, saura-t-il se montrer à la hauteur de sa mission historique et paver la voie à cette réconciliation nationale, paradigme d’ailleurs incontournable pour la renaissance du pays? Il n’est que d’attendre et d’espérer diront les désabusés.

Et bien non, la population tout entière et ses vrais leaders doivent demeurer vigilants et mobilisés plus que jamais, avec en tête et dans le cœur, les intérêts supérieurs de la nation afin que cette dernière puisse panser ses plaies et redevenir petit à petit, souveraine, belle et prospère.

Les commentaires exprimés dans cet texte sont ceux de Me Serge H. Moise.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya