Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Venezuela: un dialogue national sans le chef de l’opposition

Agence France-Presse
Caracas-Confronté à trois semaines de protestation contre sa gestion et de manifestations étudiantes émaillées de violences, le président vénézuélien Nicolas Maduro doit ouvrir mercredi un dialogue national dont le grand absent sera le chef de file de l’opposition, Henrique Capriles.

Les modalités de cette conférence «pour la paix», à laquelle «tous les courants sociaux, politiques, corporatistes, religieux» ont été invités, n’ont toutefois pas été précisées par l’héritier politique d’Hugo Chavez, élu il y a 11 mois. La réunion doit avoir lieu dans l’après-midi au palais présidentiel.

Henrique Capriles, battu d’un cheveu par M. Maduro à l’élection présidentielle d’avril, a déjà annoncé qu’il n’y participerait pas, dénonçant les exactions des forces de l’ordre contre les manifestants.

Je ne ferai pas «partie de la clique, ce que nous voulons, c’est avancer (…) Le gouvernement parle de dialogue, parle de paix, mais il ne doit pas s’agir d’un appel dans le vide, (…) d’aller au palais (présidentiel) de Miraflores pour se faire prendre en photo», a-t-il déclaré mercredi sur une radio locale.

De son côté, la Table de l’unité démocratique (MUD), principale coalition de l’opposition dont le parti de M. Capriles est membre, doit se prononcer à la mi-journée sur sa participation.

En décembre, M. Maduro avait déjà appelé les maires et gouverneurs d’opposition à un dialogue sur le thème de l’insécurité, auquel il n’a jamais donné suite.

Mais le président affirme être convaincu que «de grands accords vont être conclus» au cours de cette conférence. Le patronat, très critique envers le gouvernement, et l’épiscopat ont déjà confirmé leur participation. En revanche, les leaders étudiants et les recteurs des universités ne semblaient pas avoir été invités, selon des informations recueillies par l’AFP.

Cette initiative intervient au lendemain d’une nouvelle marche à l’appel des étudiants vénézuéliens qui a faiblement mobilisé, illustrant un certain essoufflement du mouvement lancé le 4 février pour protester contre la gestion de l’héritier politique d’Hugo Chavez (1999-2013).

Le calme régnait mercredi à Caracas après une nuit seulement émaillée de quelques incidents. Des marches pro et anti-gouvernement étaient toutefois prévues dans le centre-ville. Les autorités ont appelé les paysans à se mobiliser alors que la députée de l’opposition Maria Machado devait mener un défilé de femmes en blanc.

Mardi, de nouvelles barricades et des heurts entre jeunes gens masqués et forces de l’ordre ont été signalés par les autorités dans certaines villes des États d’Aragua (centre), de Zulia et de Tachira (ouest). C’est à San Cristobal, capitale du Tachira et berceau du mouvement, que les heurts entre manifestants et forces de l’ordre ont été les plus fréquents.

Le bilan des violences survenues depuis le début du mouvement est de 14 morts, dont au moins huit par balle, et de 140 blessés. Le ministère public a ouvert une douzaine d’enquêtes sur des cas d’abus présumés, et a écroué neuf militaires et policiers.

Le pape, Washington et l’OEA préoccupés

Mercredi à Rome, le pape François a lancé un appel aux responsables politiques et au peuple vénézuélien, très majoritairement catholique, pour que «le pardon réciproque et un dialogue sincère» l’emportent.

«J’espère vivement que cessent aussi vite que possible les violences et les hostilités et que tout le peuple vénézuélien, à commencer par les responsables politiques et institutionnels, se mobilise pour favoriser la réconciliation nationale», a ajouté le pape argentin.

Lundi soir, Washington avait déjà fait part de son «inquiétude» et appelé à un «dialogue authentique».

De son côté, l’OEA (organisation des États américains) a programmé jeudi une session extraordinaire de son Conseil permanent afin d’étudier une proposition panaméenne visant à convoquer un sommet ministériel régional sur le Venezuela.

Soutenu par une partie de l’opposition, le mouvement étudiant était initialement focalisé sur l’insécurité, critique dans cet État pétrolier, avant d’étendre ses revendications aux thèmes de la crise économique, des fréquentes pénuries de produits de première nécessité et de la répression policière.

Les étudiants protestataires réclament aussi la libération des personnes arrêtées en marge des violences, dont l’opposant radical Leopoldo Lopez, écroué depuis une semaine et accusé d’incitation à la violence.

Cette grogne a mobilisé un maximum de 50 000 personnes samedi à l’appel d’Henrique Capriles, alors que le pays compte officiellement 2,6 millions d’étudiants.

Reçu à la présidence lundi avec d’autres gouverneurs, l’opposant Henri Falcon, à la tête de l’État de Lara (nord-ouest), a exhorté M. Maduro à mettre fin à sa politique de confrontation et à reconnaître que «le Venezuela traverse une crise économique».

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya