Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Moscou va faire des contre-propositions aux Occidentaux

LUC PERROTOLGA NEDBAEVA À KIEVLILIA BOUDJOUROVA À SIMFÉROPOL
Agence France-Presse
Moscou

Moscou a lancé lundi une contre-offensive diplomatique sur l’Ukraine, promettant aux Occidentaux des propositions pour régler la crise dans l’ex-république soviétique où les russophones de Crimée menacent de faire sécession.

Alors que Kiev crie à l’«agression» et en appelle aux États-Unis dans ce conflit inédit depuis la fin de la Guerre froide, la Russie a annoncé qu’elle allait présenter «ses propres propositions» aux Occidentaux pour «ramener la situation dans le cadre du droit international».

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov n’a pas détaillé ces propositions, mais a semblé écarter le principe d’un groupe de contact réclamé par la chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Barack Obama.

Dans les propositions occidentales, «tout était formulé dans le sens d’un prétendu conflit entre la Russie et l’Ukraine», a déclaré M. Lavrov, insistant sur le fait que les nouvelles autorités ukrainiennes étaient issues d’un «coup d’État».

La Russie refuse catégoriquement de reconnaître toute légitimité aux nouveaux dirigeants pro-occidentaux de l’Ukraine, amenés au pouvoir par trois mois de manifestations qui ont débouché sur la fuite du président Viktor Ianoukovitch, au prix d’une centaine de morts en février.

Dans ce contexte tendu, le ministre ukrainien de la Défense Igor Tenioukh a indiqué qu’en conformité avec les instructions du président par intérim Olexandre Tourtchinov, les unités en état d’alerte «avaient rejoint les terrains militaires pour participer aux manoeuvres». «Les gens sont prêts à défendre leur État», a-t-il ajouté.

Et l’Otan a annoncé l’envoi d’avions-radars Awacs pour des missions de reconnaissance au dessus de la Pologne et de la Roumanie, dans le cadre de la crise en Ukraine voisine.

En Crimée, territoire occupé depuis fin février par des forces russes, les autorités séparatistes avancent à marche forcée vers le rattachement à la Russie, encouragées par le président russe Vladimir Poutine qui ignore les mises en garde occidentales.

Un référendum y est organisé le 16 mars et le Premier ministre de la Crimée Serguiï Axionov a annoncé lundi préparer l’entrée de la péninsule dans la zone rouble.

Agissant comme si elles avaient déjà été reconnues par la communauté internationale, les autorités séparatistes de Crimée ont par ailleurs invité pour le référendum les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Mais seul un État membre peut faire une demande, a rappelé l’OSCE.

Renforcement militaire russe 

Les forces russes consolident jour après jour leur position en Crimée. Des hommes armés ont notamment coupé le courant de l’état-major de la marine ukrainienne à Sébastopol, qu’ils encerclent depuis plusieurs jours, selon les militaires ukrainiens.

Après avoir coupé les chaînes hertziennes ukrainiennes, les séparatistes ont également coupé la radio militaire.

Les États-Unis ont appelé lundi la Russie à faire machine arrière.

Washington veut «que la Russie stoppe ses avancées militaires» et souhaite «l’arrêt d’une marche vers l’annexion de la Crimée et des actes de provocation», a affirmé la porte-parole du département d’État, Jennifer Psaki.

A Bruxelles, l’Union européenne s’est inquiétée de «l’absence de signes de désescalade».

«Il semble qu’il y ait des signes d’un renforcement militaire de la position russe» en Crimée et d’«un isolement croissant» de la péninsule, a déclaré Maja Kocijancic, la porte-parole de la chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton.

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk doit rencontrer mercredi aux États-Unis le président Obama.

Le Premier ministre britannique David Cameron, qui avait appelé dimanche M. Poutine pour l’exhorter à réduire la tension en Ukraine, a estimé que «la crise en Crimée était un test pour l’Europe», dans un entretien au quotidien allemand Bild à paraître mardi.

«Oui, nous sommes du côté du peuple ukrainien et de leur droit à décider de leur avenir. Et non, nous n’acceptons pas que la Russie bafoue la souveraineté de l’Ukraine et la piétine. Nous sommes unis, ensemble, pour les droits de l’Ukraine ! Et nous allons imposer de dures sanctions si Moscou ne change pas de cap», a affirmé M. Cameron.

Ianoukovitch va parler mardi 

Les Occidentaux ont appelé la semaine dernière à la création d’un groupe de contact pour régler la crise, mais «aucun progrès» n’a été fait, a reconnu la chancelière allemande Angela Merkel.

Pour sa part, le président ukrainien Viktor Ianoukovitch destitué qui s’est réfugié en Russie, s’exprimera mardi à Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie, ont indiqué les agences de presse russes.

M. Ianoukovitch avait donné dans cette ville une conférence de presse le 28 février, refusant de reconnaître sa destitution sans toutefois demander une aide militaire de la Russie.

Moscou a affirmé qu’il a fait cette demande le 1er mars.

La Banque mondiale (BM) a indiqué lundi être prête à apporter «jusqu’à 3 milliards de dollars» d’aide à l’Ukraine cette année pour lui permettre de faire face à ses graves difficultés financières.

«Le groupe de la Banque mondiale a reçu une demande d’aide du gouvernement intérimaire ukrainien et se tient prêt à venir en aide au peuple ukrainien», a indiqué l’institution dans un communiqué, ajoutant que l’assistance pourrait atteindre «jusqu’à 3 milliards de dollars».

Investies fin février après la destitution du président Viktor Ianoukovitch, les nouvelles autorités de Kiev ont déjà demandé l’assistance financière du Fonds monétaire international, dont elles attendent «au moins» 15 milliards de dollars, après avoir affirmé que les caisses de l’État «étaient vides».

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya