Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Crimée: le Premier ministre ukrainien jeudi à l’ONU

MIKE MAINVILLEDMITRO GORCHKOV À KIEVNAIRA DAVLACHYAN À ROSTOV-SUR-LE-DON
Agence France-Presse
Simféropol

La crise ukrainienne et le rattachement qui paraît inévitable de la Crimée à la Russie seront examinés jeudi au Conseil de sécurité de l’ONU qui doit recevoir le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk.

M. Iatseniouk s’adressera au Conseil, qui sera également informé de la situation en Ukraine par le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les affaires politiques, Jeffrey Feltman.

Cependant, l’adoption d’une position commune au Conseil semble improbable: Moscou y dispose d’un droit de veto.

Le rattachement attendu de la Crimée à la Russie, après un référendum prévu dimanche, ne sera que son «annexion» par Moscou, a jugé mardi la chancelière allemande, Angela Merkel, alors que séparatistes et troupes russes continuaient à renforcer leur contrôle de la péninsule ukrainienne.

Parallèlement, les Européens, Britanniques et Français en tête, ont évoqué de nouvelles sanctions.

Les autorités pro-russes de la région pour leur part ont adopté une «déclaration d’indépendance», ce qui devra permettre à la Crimée de demander en toute souveraineté à rejoindre la Russie, une fois annoncés les résultats du référendum, dont l’issue ne fait aucun doute.

Le document a été voté par 78 des 81 députés du parlement régional.

Le précédent du Kosovo

Les parlementaires ont notamment évoqué le précédent de l’indépendance du Kosovo, reconnue par l’ONU, pour justifier leur démarche au regard du droit international, alors que l’Occident juge le référendum illégitime et son résultat sans valeur.

La Russie a immédiatement adoubé la déclaration d’indépendance de la Crimée, la qualifiant d’«absolument légale».

Moscou en a profité pour retourner l’exemple de l’indépendance du Kosovo contre les Occidentaux en rappelant que la Cour internationale de justice avait considéré à l’époque «qu’une déclaration unilatérale d’indépendance d’une partie d’un État ne violait aucune norme du droit international».

Le vote des parlementaires intervient alors que les forces russes contrôlent désormais les points stratégiques de la péninsule ukrainienne. Tout est en place pour une sécession rapide de la péninsule: le «Premier ministre», Serguiï Axionov, s’est autoproclamé «chef des armées» et les 2 millions de Criméens, majoritairement russophones, ont vu les chaînes russes remplacer les chaînes ukrainiennes sur leur poste de télévision.

Des hommes en treillis fouillent tout voyageur arrivant à Simféropol en provenance du nord et seuls les vols en provenance de Moscou peuvent y atterrir.

La région est de facto interdite aux responsables et observateurs internationaux. Mardi, l’ONU a annoncé que son émissaire en Ukraine, Ivan Simonovic, avait renoncé pour le moment à s’y rendre.

Propositions russes et américaines concurrentes

A la veille d’un déplacement à Washington du Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, qui va chercher l’aide du président américain, Barack Obama, à cinq jours du référendum en Crimée, l’incompréhension est totale entre Russes et Occidentaux.

Le Premier ministre britannique, David Cameron, a averti qu’il y aurait des «sanctions sévères si Moscou ne change pas de cap». Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a agité la menace de nouvelles sanctions «dès cette semaine».

Mais, globalement, le dialogue de sourds qui a succédé à l’intense activité diplomatique de la semaine dernière ne laisse pas présager d’une possible sortie de crise.

Signe de détente cependant: Moscou a indiqué mardi que les chefs de la diplomatie des deux pays, Sergueï Lavrov et John Kerry, avaient discuté de leurs «propositions concrètes» visant à assurer «la paix» en Ukraine.

Ils «ont échangé leurs avis sur les propositions concrètes de la Russie et des États-Unis pour assurer la paix civile et la concorde dans ce pays», a indiqué le ministère dans un communiqué, sans  donner de détails.

Ianoukovitch espère rentrer à Kiev

Le président déchu, Viktor Ianoukovitch, réfugié en Russie depuis qu’il a été renversé en février après trois mois de contestation pro-occidentale, qui a fait une centaine de morts à Kiev, a réaffirmé être le président «légitime» de l’Ukraine.

L’ancien président est apparu devant les caméras pour la deuxième fois depuis sa chute. Se posant en seul président «légitime» de l’Ukraine, il a toutefois semblé en désaccord avec le Kremlin en disant regretter «que la Crimée se détache» de l’Ukraine.

«Dès que le permettront les circonstances — je suis certain qu’il ne faudra pas attendre longtemps — je reviendrai forcément à Kiev», a-t-il assuré, appelant la communauté internationale à cesser de «soutenir un coup d’État» perpétré par une «clique» composée d’«ultra-nationalistes et de néo-fascistes».

«Le pays va se ressaisir et retrouver son unité», a-t-il encore déclaré, alors que la direction russe a semblé appuyer la perspective d’une partition du pays et a estimé que M. Ianoukovitch n’avait plus d’avenir politique.

Pour sa part, Vladimir Poutine voit sa stratégie saluée par les Russes, selon les instituts de sondage qui donnent au président russe un record de popularité depuis sa réélection en 2012. Plus de deux tiers des Russes approuvent sa politique, alors qu’à Kiev il fait de plus en plus figure de bête noire, dénoncé par de nombreuses affiches dans les rues.

Manoeuvres  militaires

Sur le plan économique, la Banque mondiale (BM) a déclaré être prête à apporter «jusqu’à 3 milliards de dollars» d’aide à l’Ukraine cette année pour lui permettre de faire face à ses graves difficultés financières.

Et la Commission européenne a proposé de fortes réductions des tarifs douaniers, pour un montant évalué à quelque 500 millions d’euros par an. Cette facilité douanière s’ajoute au plan d’aide massif d’un montant d’au moins 11 milliards d’euros, sous forme de prêts, de dons et d’avantages commerciaux.

L’OSCE juge le référendum en Crimée «illégal»

Le président en exercice de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Didier Burkhalter, a estimé mardi que le référendum prévu dimanche en Crimée était «illégal».

«Dans sa forme actuelle, le référendum concernant la Crimée prévu pour le 16 mars n’est pas conforme à la Constitution ukrainienne et doit être considéré comme illégal», a indiqué M. Burkhalter, qui est de nationalité suisse, dans un communiqué. Il a également estimé que les conditions pour une mission d’observation du référendum par l’OSCE n’étaient pas remplies.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya