Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Poursuite de la répression au Venezuela, trois généraux arrêtés

SOFIA MISELEM
Agence France-Presse
Caracas

Le gouvernement vénézuélien a poursuivi sa politique de mise au pas de la contestation qu’il affronte depuis six semaines avec l’arrestation lundi soir de trois généraux accusés par le président Nicolas Maduro de «tentative de coup d’État».

«Nous avons arrêté hier (lundi) soir trois généraux de l’armée de l’Air qui faisaient l’objet d’une enquête (…) Trois généraux qui prétendaient se soulever contre un gouvernement légitimement constitué», a affirmé  M. Maduro lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union des nations sud-américaine (Unasur), à Caracas.

Ces militaires «ont des liens directs avec certains secteurs de l’opposition», a poursuivi le président socialiste, qui affronte depuis le 4 février un vague de protestation contre sa gestion, portant notamment sur l’insécurité, l’inflation, les pénuries ou encore la répression policière des manifestations.

Les trois hommes ont été présentés devant un tribunal militaire, selon le président ajoutant que «la tentative de coup d’État» avait été découverte grâce «à la conscience d’officiers» venus «dénoncer un appel» à prendre les armes.

«Ce groupe arrêté (…) disait que cette semaine serait la semaine décisive (…) C’est une guerre psychologique», a dénoncé le successeur contesté du charismatique Hugo Chavez, décédé en mars 2013.

Aucun détail n’a été fourni sur l’identité ni les fonctions des trois généraux.

Fernando Falcon, lieutenant-colonel à la retraite, a assuré à l’AFP que si l’information se confirmait, ce serait «la première fois que des généraux sont accusés de coup d’État» en 15 ans de gestion «chaviste».

En avril 2002, un bref coup d’État mené par des militaires soutenus par le monde des affaires et certains secteurs de l’opposition avait temporairement renversé le président Chavez (1998-2013), revenu au pouvoir sous la pression populaire quelques heures plus tard.

Des preuves pour ce coup d’État?

M. Maduro, au pouvoir depuis avril 2013 après avoir remporté de justesse la présidentielle, accuse régulièrement l’opposition de planifier des putschs contre son gouvernement, avec le soutien des États-Unis, dont il a expulsé plusieurs diplomates.

Le gouverneur Henrique Capriles, deux fois candidat à la présidentielle (octobre 2012 et avril 2013) et principale figure de l’opposition, avait enjoint en février le président de «présenter au pays les preuves de ce coup d’État» et demandé s’il ne s’agissait pas plutôt «d’un auto-coup d’État (…) par des membres du gouvernement».

Depuis février, le pouvoir a déjà fait arrêter le fondateur d’un parti politique, Leopoldo Lopez (Volonté Populaire, droite), deux maires – Daniel Ceballos (San Cristobal, ouest) et Enzo Scarano (San Diego, nord) -, et obtenu la destitution d’une députée d’opposition, Maria Corina Machado.

En déplacement à Lima, Mme Machado a indiqué mardi vouloir rentrer au Venezuela pour «continuer de lutter dans les rues sans relâche jusqu’à conquérir la démocratie et la liberté». Mais elle a fait part de sa crainte de se faire arrêter à son tour, car «au Venezuela, il n’y a pas d’État de droit».

A Caracas, Nicolas Maduro s’exprimait devant les ministres de l’Unasur réunis avec l’objectif de faciliter un dialogue entre le pouvoir et la société vénézuélienne pour mettre fin aux troubles agitant le pays avec un bilan officiel de 34 morts et plus de 400 blessés.

«Nous espérons que (…) nous pourrons tirer des conclusions qui aideront le Venezuela à renforcer la paix (…) et notre peuple à consolider tous les mécanismes de dialogue politico-social», a déclaré le président, avant la réunion à huis-clos.

Mais selon des analystes interrogés par l’AFP, les conditions ne sont pas réunies pour mener un dialogue.

«Le président appelle au dialogue mais dans le même temps harcèle ses adversaires. Ceci n’est pas un véritable appel au dialogue, les conditions n’existent pas pour» négocier, selon la politologue Carmen Beatriz Fernandez.

«Il place l’opposition dans une position de subordination, ainsi le dialogue est infiniment difficile, il n’y a aucun geste de bonne volonté au-delà d’une rhétorique appelant à la discussion», renchérit l’historienne Margarita Lopez Maya.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya