Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Kerry accuse Israël d’avoir entravé le processus de paix

NICOLAS REVISE
Agence France-Presse
Washington-Le secrétaire d’État américain John Kerry a accusé mardi Israël d’avoir entravé le processus de paix avec les Palestiniens, un dialogue sous médiation américaine qui se poursuit toutefois cahin-caha entre les deux camps.

Même s’il n’a pas épargné les Palestiniens, M. Kerry s’en est exceptionnellement pris à l’allié israélien, jugeant que l’annonce la semaine dernière de plus de 700 nouveaux logements à Jérusalem-Est et le refus de libérer des prisonniers palestiniens avaient précipité le processus de paix dans une impasse.

«Malheureusement, les prisonniers (palestiniens) n’ont pas été libérés le samedi (29 mars) où ils devaient l’être», a déploré le chef de la diplomatie américaine devant la commission des Affaires étrangères du Sénat.

«Puis, un jour, deux jours, trois jours sont passés et dans l’après-midi, quand ils (les Israéliens) pouvaient peut-être le faire, 700 logements de colonisation étaient annoncés à Jérusalem et +pouf+, voilà où nous en sommes», a-t-il regretté.

Le gouvernement israélien avait refusé de libérer le 29 mars comme prévu un quatrième et dernier contingent de prisonniers palestiniens, réclamant désormais une prolongation des négociations censées s’achever fin avril.

Le président palestinien Mahmoud Abbas avait réagi en signant le 1er avril les demandes d’adhésion de la Palestine à 15 conventions et traités internationaux, estimant que les nouvelles exigences posées par Israël pour ces libérations le déliaient de son engagement de s’abstenir de toute démarche auprès de la communauté internationale.

Cette décision est intervenue peu après un nouvel appel d’offres par Israël pour 708 logements dans le quartier de colonisation de Gilo, à Jérusalem-Est annexée.

M. Kerry était en tournée en Europe et au Proche-Orient durant cette crise la semaine dernière et il en est rentré vendredi exaspéré et pessimiste face à un dialogue de paix au bord de l’implosion.

Pour la première fois, il avait prévenu — et il l’a répété mardi — qu’il y avait «des limites au temps et aux efforts» de Washington «si les parties ne sont pas désireuses de faire des progrès».

M. Kerry se concertait mardi à la Maison Blanche avec le président Barack Obama et son vice-président Joe Biden sur la marche à suivre.

Israël réplique à Kerry 

Le ministre a remis sur les rails fin juillet 2013 le dialogue israélo-palestinien, après trois ans de gel, et a effectué plus d’une dizaine de navettes au Proche-Orient, avec des centaines d’heures d’entretiens avec leurs dirigeants.

La réaction d’Israël à la pique de M. Kerry ne s’est pas fait attendre. «J’ai entendu que le programme de construction à Jérusalem avait été défini par un +pouf+», a ironisé le ministre de l’Economie Naftali Bennett. «Israël ne présentera jamais ses excuses pour ses constructions à Jérusalem», a martelé ce chef du parti nationaliste religieux Foyer Juif.

Le département d’État a lui essayé d’éteindre l’incendie naissant entre les deux alliés: «John Kerry a dit très clairement que les parties avaient pris des mesures non constructives et à aucun moment il ne s’est livré à un jeu d’accusations», a défendu la porte-parole Jennifer Psaki.

De fait, M. Kerry a aussi fustigé les Palestiniens pour «ne pas avoir aidé en adhérant aux traités» internationaux.

Il a renvoyé les deux camps dos à dos, réaffirmant qu’il leur revenait de «prendre les décisions fondamentales».

«Ce n’est pas notre décision», a insisté M. Kerry.

Le secrétaire d’État a aussi été pris à partie par le sénateur républicain John McCain, pour qui le processus de paix «s’est arrêté». «Admettez la réalité!», lui-a-t-il lancé.

«Israéliens et Palestiniens ne l’ont pas déclaré mort. Ils veulent continuer de négocier», lui a répondu le secrétaire d’État.

Les rencontres se poursuivent effectivement depuis dimanche, sous médiation américaine, même si les désaccords persistent. «Il y a encore des divergences entre les positions israélienne et palestinienne et la partie américaine a fait de gros efforts pour surmonter ces difficultés», a dit à l’AFP une source palestinienne, après de nouveaux entretiens tripartites dans la nuit de lundi à mardi, sous les auspices de l’émissaire américain Martin Indyk. Ces rencontres reprendront après une réunion de la Ligue arabe mercredi.

Le département d’État a fait état «d’efforts intensifs pour aplanir les désaccords».

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya