Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Les Irakiens aux urnes malgré les violences

Agence France-Presse
KIRKOUK et BAGDAD

Au moins deux membres de la commission électorale irakienne ont été tués dans un attentat mercredi dans le nord du pays, a indiqué l’armée, alors que les Irakiens élisent leur Parlement.

Les deux explosions ont eu lieu dans un village au nord-ouest de la ville de Kirkouk (nord), et ont également fait deux blessés, a précisé le général Mohammed Khalaf al-Dulaimi.

Les Irakiens ont défié les violences mercredi pour élire leurs députés à l’occasion des premières législatives depuis le retrait américain à la fin 2011, le premier ministre sortant Nouri al-Maliki se disant «sûr de sa victoire».

Un flot régulier d’électeurs arrive depuis 7 h locales (minuit, heure de Montréal) dans les bureaux de vote, qui fermeront à 18 h locales. Quelque 20 millions d’électeurs sont appelés à se rendre aux urnes pour choisir 328 députés parmi plus de 9000 candidats.

Le scrutin a déjà été marqué par des violences : obus de mortier, bombes et grenades assourdissantes ont explosé à travers le pays.

Outre les deux travailleurs électoraux tués dans le nord du pays, au moins deux femmes sont mortes au nord de Bagdad, un policier a été tué lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser à l’entrée d’un bureau de vote tandis qu’un autre bureau de vote a été totalement détruit, sans faire de victime.

M. Maliki, qui brigue un troisième mandat, a voté vers 7 h 30 à l’hôtel Rachid, au coeur de la «zone verte», un secteur fortifié de Bagdad.

Confiant dans son costume gris perle, il a déclaré aux journalistes être «sûr de la victoire».

Ce scrutin est «encore plus réussi que le précédent, car il n’y a plus de soldats américains sur le sol irakien», a-t-il également dit, appelant les Irakiens à voter en nombre.

Le premier ministre sortant est donné favori, malgré un bilan très critiqué et les violences, qui tuent en moyenne 25 Irakiens par jour depuis le début de l’année.

Son premier mandat (2006-2010) avait été marqué par une diminution des violences, mais son second a vu le nombre d’attentats augmenter, et n’a rien résolu des problèmes des Irakiens : chômage, corruption et piètres services publics.

«Tous des voleurs»

«Il faut chasser la plupart des politiciens, parce qu’ils n’ont rien fait à part se disputer depuis des années», lance Abou Achraf, 67 ans, venu voter dans le secteur de Mansour, dans l’ouest de Bagdad.

Âgé de 91 ans, Jawad Saïd Kamaleddine est venu, appuyé sur ses béquilles, voter dans l’espoir que «tous les politiciens changent. Ce sont tous des voleurs, qui détournent l’argent du pays».

Les forces de sécurité sont déployées en nombre pour prévenir tout attentat, les voitures ont interdiction de circuler dans Bagdad, et un couvre-feu a été instauré mardi à 22 h. «Les insurgés ne vont pas rester tranquillement assis et dire au gouvernement “Allez-y, organisez vos élections”. Ils vont frapper fort» de voter, explique John Drake, spécialiste de sécurité pour AKE group, une société de consultants.

Pour convaincre les électeurs de voter, les 9039 candidats ont tapissé le pays d’affiches, sur lesquelles chacun joue sur son appartenance ethnique et confessionnelle, plus que sur son programme.

Les tensions entre chiites et sunnites sont devenues un argument politique instrumentalisé tant par M. Maliki que par les djihadistes. Elles alimentent les violences, qui en avril seulement ont tué plus de 750 personnes.

Les insurgés, dont des djihadistes de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), tiennent depuis début janvier Fallouja, à moins de 100 km de Bagdad, et plusieurs quartiers de Ramadi, dans la même province sunnite d’Al-Anbar.

Maliki favori

M. Maliki a su tirer parti de cette crise pour focaliser l’attention sur la lutte contre les insurgés, tentant de faire oublier son bilan plus que mitigé.

Seul point positif au crédit du premier ministre, la production de pétrole a augmenté pour atteindre 3,5 millions de barils par jour. Mais cela ne suffit pas à apaiser la colère des Irakiens, qui n’ont presque pas vu la couleur de l’or noir dans un pays rongé par la corruption.

M. Maliki semble cependant quasiment assuré de l’emporter.

Selon une règle non écrite, le poste de premier ministre revient à un chiite, les Kurdes détiennent la présidence et les sunnites la tête du Parlement. Or M. Maliki reste le seul chiite ayant la carrure pour le poste.

Sa coalition, l’Alliance pour l’État de droit, a donc de bonnes chances de remporter plusieurs des 328 sièges en jeu. Elle n’est toutefois pas assurée d’obtenir une majorité, d’autres partis chiites venant la défier dans ses bastions du centre et du sud.

Les négociations pour former un gouvernement risquent donc de prendre de longs mois. Après les élections de mars 2010, le gouvernement avait finalement prêté serment en décembre.

-Avec Camille Bouissou

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya