Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

L’Ukraine en alerte face à l’insurrection pro-russe

GALINA KORBA
Agence France-Presse
KIEV-L’Ukraine a mis ses forces armées en état d’alerte maximum pour tenter d’empêcher une propagation de l’insurrection pro-russe à d’autres régions se trouvant potentiellement, selon elle, dans le viseur de la Russie, alors que le chaos gagnait du terrain dans l’Est.

Les forces armées ukrainiennes se trouvent en «état d’alerte total» pour le combat face à la menace d’une intervention russe, a annoncé mercredi le président par intérim Olexandre Tourtchinov.

La Russie a aussitôt réagi en sommant Kiev d’arrêter «immédiatement la rhétorique belliqueuse qui vise à intimider sa propre population».

Au cours d’un entretien téléphonique, le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre britannique David Cameron ont convenu que la crise ukrainienne ne pourrait être résolue «qu’avec des moyens pacifiques», a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

A Kiev, M. Tourtchinov a déclaré que l’«objectif numéro un (était) d’empêcher le terrorisme de s’étendre» des régions de Donetsk et de Lougansk, en proie à une insurrection pro-russe armée, à d’autres régions.

«Il y a des tentatives de déstabiliser la situation à Kharkiv (est), Odessa (sud), Dnipropetrovsk (est), Zaporijjia (sud-est), Kherson et Mykolaïev (sud)», a-t-il dit.

Ensemble, ces huit régions constitueraient une large zone contiguë de la Russie et des territoires séparatistes de Crimée (rattachée à la Russie en mars) et de Transdniestrie en Moldavie, que Moscou contrôle de fait déjà.

M. Tourtchinov a déclaré craindre des «actes de sabotages» de la part de la Russie pendant les fêtes de début mai.

Les rebelles pro-russes ont continué ces derniers jours d’étendre leur emprise sur une série de villes de l’Est ukrainien. Ils contrôlent actuellement des sites stratégiques (mairie, siège de la police et des services de sécurité) dans plus d’une douzaine de villes.

c’est le cas de Gorlivka depuis mercredi matin. Selon des médias ukrainiens, quelques dizaines de militants pro-russes ont également occupé mercredi la mairie d’Altchevsk (110.000 habitants), proche de Lougansk.

Les rebelles se sont aussi emparés mardi de la plupart des bâtiments officiels de Lougansk, chef-lieu régional d’environ un demi-million d’habitants. Les rebelles, appuyés par des hommes armés de kalachnikovs et de lance-roquettes, ont obtenu la démission du chef de la police au terme d’un siège du bâtiment mardi soir, se retirant ensuite.

Un rassemblement pour la défense de l’unité de l’Ukraine, prévu mercredi soir à Donetsk, a été annulé. Une manifestation similaire lundi avait été attaquée par des militants pro-russes, et il y avait eu une douzaine de blessés.

«L’Ukraine est attaquée. La Russie a lancé une guerre non déclarée contre notre pays dans l’Est», a affirmé mercredi Ioulia Timochenko, ex-Premier ministre et candidate à l’élection présidentielle anticipée prévue le 25 mai.

«Je n’ai aucun doute sur le fait que le but de M. Poutine est d’avoir le contrôle total de l’Ukraine», a pour sa part déclaré mercredi le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Sur le plan émotionnel comme intellectuel, «les dirigeants russes, et manifestement le président Poutine, n’ont pas accepté l’indépendance de l’Ukraine et pensent qu’elle devrait faire partie de la Russie», a dit M. Barroso lors d’une conférence à Washington.

Incertitude pour les observateurs de l’OSCE 

Le sort des observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) retenus depuis vendredi par des rebelles pro-russes à Slaviansk, bastion rebelle de l’Est ukrainien, demeurait par ailleurs incertain.

«Le dialogue est constructif, on se comprend les uns les autres», a déclaré mercredi le leader séparatiste de Slaviansk, Viatcheslav Ponomarev, qui a promis de «renvoyer (les observateurs) chez eux à la première occasion».

Les négociations se prolongent pour des «raisons techniques», a-t-il ajouté sans préciser davantage la nature de ces raisons.

«Ils sont en bonne santé», a déclaré à Donetsk un porte-parole de l’OSCE, Michael Bociurkiw, qui n’a pas donné d’indications sur l’état des négociations. L’un des huit observateurs initialement retenus, un Suédois, a été autorisé à partir dimanche pour raison de santé.

«C’est un bon signe que l’inspecteur suédois ait été libéré. Malheureusement, nous ne percevons pas ces derniers jours de signes encourageants de Slaviansk que les gens là-bas veulent se dépêcher de libérer les inspecteurs», a auparavant déclaré à Vienne l’ambassadeur ukrainien auprès de l’OSCE, Igor Prokoptchouk. Les observateurs sont «des otages», a-t-il estimé.

Le président Poutine avait déclaré mardi soir «espérer» la libération prochaine de la mission de l’OSCE, sept étrangers et quatre Ukrainiens.

La Russie déjà en récession 

Russes et Occidentaux continuaient par ailleurs de s’accuser mutuellement de l’aggravation de la crise en Ukraine.

«Si cela continue, nous allons bien entendu devoir repenser la manière de travailler (des sociétés étrangères) en Russie» notamment dans le secteur énergétique, a mis en garde M. Poutine.

Le secrétaire d’État américain John Kerry avait peu auparavant accusé la Russie de «chercher à modifier l’architecture de la sécurité de l’Europe de l’Est» en «déstabilisant» l’Ukraine.

Pour M. Poutine, ce sont les États-Unis qui pilotent en sous-main depuis des mois les événements en Ukraine. Il n’y a selon lui «ni formateurs russes, ni unités spéciales, ni troupes» russes dans le pays.

Mardi, Moscou avait vigoureusement dénoncé les nouvelles sanctions imposées par les pays du G7, évoquant le retour au «Rideau de Fer» et de possibles conséquences pour les astronautes américains embarqués à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Selon le Fonds monétaire international (FMI), la crise ukrainienne a déjà plongé la Russie en récession en raison de la chute des investissements liée aux sanctions occidentales.

L’Ukraine, pour sa part, a vu son produit intérieur brut (PIB) chuter fortement de 2% au premier trimestre 2014 par rapport au précédent. Le gouvernement compte sur une aide du FMI pour éviter la faillite. Ce dernier doit se prononcer mercredi sur un plan d’aide prévoyant un crédit compris entre 14 et 18 milliards de dollars sur deux ans.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya