Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Slaviansk: les soldats ukrainiens se rapprochent, les rebelles résistent

Bertrand DE SAISSET Agence France-Presse SLAVIANSK

Au lendemain du déclenchement d’une opération sans précédent à Slaviansk, les forces ukrainiennes consolidaient samedi leurs positions aux abords de ce bastion de la rébellion armée. Mais, malgré les revers subis, les insurgés restaient déterminés à résister.

Les miliciens pro-russes, qui ont, selon les sources, perdu vendredi entre cinq et une dizaine de leurs postes de contrôle à la périphérie de cette ville située dans l’est de l’Ukraine, ont même revendiqué une petite «victoire» remportée le soir même, une colonne de huit ou neuf blindés ayant dû rebrousser chemin.

De fait, à Andriïvka, à cinq kilomètres au sud de Slaviansk, les rebelles étaient de retour à l’endroit précis où, la veille, une unité de parachutistes avait neutralisé un de leurs barrages, a constaté l’AFP.

Ils y ont érigé un nouveau mur de pneus sur la chaussée maculée d’huile noirâtre, de douilles, parfois d’assez grosse taille, que des adolescents ramassent, et de taches de sang, tandis que, cent mètres en arrière, une locomotive verte est immobilisée sur une voie ferrée, empêchant la circulation automobile.

Vitali, un ouvrier du BTP, observe à la jumelle la tour de la télévision perchée au sommet d’une colline toute proche et autour de laquelle, assure-t-il, les militaires ukrainiens se sont repliés.

Vers un encerclement total?

Le cadavre recouvert d’une bâche en plastique d’un homme gît à proximité, sur un des bas-côtés.

Un membre de la milice d’«autodéfense» explique que les ambulances n’ont pas encore eu le temps d’emporter ce corps, celui d’un des sept «civils pacifiques» ayant, dit-il, perdu la vie dans les violences de vendredi à Andriïvka.

Les circonstances dans lesquelles ces personnes ont péri demeurent excessivement confuses.

La version de Kiev, à supposer qu’il s’agisse bien de cet incident, est qu’«un groupe d’extrémistes armés a attaqué les militaires ukrainiens de la 95e brigade aéroportée et (que) deux soldats ukrainiens sont morts».

En revanche, pour Vitali, le milicien, «des villageois ont bloqué des deux côtés le convoi», l’immobilisant. Puis soudain, poursuit un autre «témoin», Guennadi, «des provocateurs ont jeté des cocktails Molotov sur les blindés».

Nul ne parvient néanmoins à raconter clairement la suite des événements.

Également à cinq kilomètres de Slaviansk, mais vers le nord cette fois, le détachement ukrainien qui a installé vendredi un avant-poste sur les cendres de celui que les insurgés avaient construit est en revanche toujours en place.

Deux blindés légers sont garés, un drapeau ukrainien jaune et bleu est planté et on aperçoit sur les toits de l’usine voisine Kombikorm, qui produit des aliments pour le bétail, un tireur d’élite debout.

«Vous ne pouvez pas passer, une opération antiterroriste est en cours», lâche un soldat encagoulé en uniforme noir.

Les troupes ukrainiennes se sont en outre emparées samedi, avant d’en repartir, d’une position des rebelles sur le seul axe majeur qu’elles ne bloquent pas actuellement dans les environs et qui mène à Donetsk, la principale agglomération de la région, tentant de parachever une manoeuvre d’encerclement complet, a vu l’AFP.

Poursuivant le même objectif, «cette nuit, les forces participant à l’opération antiterroriste à Kramatorsk (à 17 km, également au sud) ont pris le contrôle de la tour de télévision qui était auparavant aux mains des terroristes», a annoncé le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsen Avakov.

Dans le centre de Slaviansk, où des détonations sourdes et des tirs d’armes automatiques entendus au loin ont ponctué la nuit, les magasins ont rouvert.

Les passants déambulent tranquillement sous le soleil et les deux blindés, dont un surmonté d’un grand drapeau russe, dépêchés vendredi par les insurgés sur la place de la mairie en ont disparu.

En fin de matinée, les inspecteurs de l’Organisation pour la sécurité et de la coopération en Europe (OSCE) détenus depuis huit jours par les rebelles ont quitté libres ce bâtiment, accompagnés de Viatcheslav Ponomarev, le chef de la rébellion armée, et de l’envoyé du Kremlin, Vladimir Loukine.

Quant aux barricades de fortune érigées à la hâte 24 heures plus tôt pour, de manière un peu dérisoire, faire obstacle à une éventuelle arrivée des militaires ukrainiens, elles continuent à obliger les voitures à grimper sur les trottoirs pour les contourner.

Sur l’une d’elles repose un vieux cadre avec le portrait de Lénine…

Inspecteurs libérés: Kerry «satisfait», mais Moscou doit faire plus

Les États-Unis sont «satisfaits» de la libération des inspecteurs de l’OSCE détenus en Ukraine, a déclaré samedi le secrétaire d’État américain John Kerry, exhortant la Russie à en faire davantage pour «faire baisser la tension».

«Nous sommes évidemment très satisfaits que les (…) inspecteurs de l’OSCE aient été libérés aujourd’hui. C’est une avancée, mais il y en a d’autres qui doivent être franchies pour pouvoir faire baisser la tension», a déclaré M. Kerry à la presse à son arrivée à Kinshasa, en provenance d’Addis Abeba.

«J’ai parlé cet après-midi au ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov de ces étapes supplémentaires et je lui ai redit» ce dont sont convenus le président américain Barack Obama et la chancelière allemande Angela Markel, à savoir qu’«il est important que la Russie retire son soutien aux séparatistes et qu’elle contribue à faire sortir ces gens» des bâtiments qu’ils occupent dans l’est de l’Ukraine, a ajouté M. Kerry.

«Le président Obama a dit clairement que si ceux qui sont soutenus par la Russie continuent de s’ingérer dans l’élection présidentielle ukrainienne anticipée prévue pour le 25 mai, il faudra prendre des sanctions différentes» de celles qui ont été prises jusqu’à présent, a encore dit M. Kerry, parlant d’éventuelles «sanctions sectorielles».

«Mais M. Lavrov et moi avons effectivement discuté de ce qu’il convient de faire pour trouver une éventuelle solution sur ce point. Nous resterons tous deux en contact», a ajouté le chef de la diplomatie américaine.

«Profond soulagement» des inspecteurs de l’OSCE libérés

Le chef des inspecteurs militaires de l’OSCE qui étaient détenus par des insurgés pro-russes dans l’est de l’Ukraine a exprimé samedi son «profond soulagement» après leur libération à l’issue de plus d’une semaine de captivité.

«Nous sommes heureux, c’est un profond soulagement», a déclaré le colonel allemand Axel Schneider à des journalistes sur la route en dehors de la ville de Donetsk, capitale régionale.

Depuis Donetsk, les observateurs étrangers – quatre Allemands, un Danois, un Tchèque, un Polonais – doivent prendre l’avion que l’Allemagne leur a envoyé pour les amener à Berlin où ils seront accueillis par les diplomates de leurs pays respectifs.

Les observateurs capturés le 25 avril ont été détenus à Slaviansk, bastion pro-russe dans l’est de l’Ukraine, où les rebelles les avaient «présentés» deux jours après à la presse, entourés de gardes armés.

L’un des inspecteurs, un Suédois souffrant de diabète léger avait été relâché le 27 avril.

Le leader séparatiste de Slaviansk Viatcheslav Ponomarev avait affirmé qu’ils étaient ses «invités» et «non pas des otages» après les avoir aussi qualifiés de «prisonniers de guerre».

«C’était très tendu les deux dernières nuits» en raison du lancement le 2 mai d’un assaut des forces ukrainiennes sur Slaviansk, a dit Axel Schneider.

«Chaque minute est devenue plus longue», a-t-il poursuivi.

«Finalement, grâce à la coopération de tous les acteurs clé, ça s’est déroulé à la perfection», a-t-il conclu.

Les observateurs n’ont pas fourni de détails sur les conditions de leur détention.

Selon le gouverneur de la région de Donetsk, Serguiï Tarouta, quatre Ukrainiens qui faisaient également partie de l’équipe OSCE libérée vont se rendre à Kiev et l’un restera dans la région pour des raisons médicales.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya