Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Inde: majorité absolue pour les nationalistes de Modi

BHUVAN BAGGAABHAYA SRIVASTAVA
Agence France-Presse
NEW DELHI

Le parti nationaliste hindou de Narendra Modi célébrait vendredi une victoire écrasante aux législatives en Inde, promettant une «nouvelle ère» fondée sur la relance de l’économie après dix ans de pouvoir du parti du Congrès.

Les résultats provisoires donnaient en début d’après-midi une majorité absolue au Parlement pour le Bharatiya Janata Party (BJP) de Modi, une première depuis 30 ans pour un parti seul.

«L’Inde a gagné. Les beaux jours arrivent», a réagi Modi dans un tweet.

Ces premiers résultats dépassent toutes les prévisions des sondeurs. Dans les locaux du BJP de toute l’Inde, les festivités battent leur plein depuis le matin, avec distributions de confiserie et lancers de pétards.

Ce triomphe du BJP remodèle le paysage politique indien, transformant le parti nationaliste hindou en puissance politique nationale au détriment d’un parti du Congrès de la dynastie Gandhi-Nehru réduit à la portion congrue, dur revers pour une formation habituée à diriger le pays.

«C’est le début du changement, la révolution d’un peuple et le début d’une nouvelle ère», a déclaré à l’AFP un dirigeant du BJP, Prakash Javadekar, depuis le siège du parti à New Delhi.

Les attentes sont fortes au sein de la population indienne qui veut croire que le nouvel homme fort de l’Inde pourra reproduire les recettes économiques testées dans son État du Gujarat, qu’il dirige depuis 2001.

Modi, fils d’un vendeur de thé, 63 ans, a monopolisé l’attention pendant toute la campagne électorale, promettant d’incarner un pouvoir fort à même de relancer l’économie indienne tout en gommant son passé de leader nationaliste hindou controversé.

Les Gandhi responsables de la défaite

Les dirigeants du parti du Congrès, Rahul et Sonia Gandhi, ont endossé vendredi la responsabilité de la lourde défaite subie par leur formation aux législatives, après dix ans de pouvoir en Inde.

«Nous respectons cette décision. J’endosse la responsabilité pour cette défaite», a dit Sonia Gandhi, présidente du parti, dans des termes semblables à ceux de son fils Rahul qui conduisait la campagne.

Le dirigeant du BJP est regardé avec méfiance par la minorité musulmane depuis les émeutes de 2002 dans le Gujarat.

À l’opposé, le parti du Congrès sort usé par dix ans de pouvoir, des scandales de corruption à répétition et puni pour son incapacité à relancer la croissance et à juguler l’inflation. Il a rapidement reconnu sa défaite qui pourrait être la plus cinglante de son histoire.

«Nous acceptons la défaite. Nous sommes prêts à siéger dans les rangs de l’opposition», a dit le porte-parole et dirigeant du parti, Rajeev Shukla, devant les journalistes au siège du parti.

«Modi a promis monts et merveilles à la population. Les gens ont acheté ce rêve», a-t-il ajouté.

Selon les projections, le BJP dépasserait la majorité absolue des 272 sièges sur 543, et aurait plus de 300 sièges avec ses alliés.

Le premier ministre Manmohan Singh, qui avait estimé en janvier que Modi serait un «désastre pour le pays» a appelé son probable successeur pour le féliciter.

Économie, une tâche gigantesque

Les marchés boursiers indiens, après avoir bondi en matinée dans la perspective d’une nette victoire de Modi, étaient à l’équilibre vendredi après une hausse de 5 % depuis le début de semaine. Les investisseurs font preuve d’un optimisme, que certains jugent exagéré, sur sa capacité à sortir l’Inde de ses difficultés : infrastructures défaillantes, inflation galopante, etc.

«Il a devant lui une tâche gigantesque qui va prendre du temps, car les problèmes économiques sont vraiment aigus. Il n’a pas de baguette magique», a estimé D.K. Joshi, chef économiste de l’agence de notation Crisil, auprès de l’AFP.

Les grands industriels du pays soutiennent le dirigeant du BJP en raison du bon accueil reçu par les entreprises sur ses terres du Gujarat tandis que son ascension sociale a convaincu une partie de la population qu’il pourrait incarner un pouvoir fort et efficace.

Au-delà des nationalistes hindous, Modi a réussi à rallier une partie des plus pauvres qui votaient traditionnellement pour le Congrès et ses programmes sociaux.

«Modi est arrivé au bon moment, alors que la population est gagnée par l’abattement», estime Mohan Guruswamy, du think tank Centre for Policy Alternatives.

La nette défaite devrait chambouler le Congrès et poser la question de la capacité de la famille Gandhi à diriger le pays. À 43 ans, Rahul Gandhi a conduit une campagne jugée terne, incapable de lui donner un élan et les résultats préliminaires ne lui donnaient qu’une faible avance dans sa circonscription.

L’arrivée de Modi au pouvoir constituera un changement radical pour les grands pays occidentaux qui ont boycotté le dirigeant indien pendant près de dix ans après les émeutes qui ont ensanglanté le Gujarat en 2002.

Plus de 1000 personnes ont été tuées dans ces émeutes, essentiellement des musulmans. Modi a été accusé d’avoir encouragé les violences.

Pendant la campagne, il s’est abstenu de mettre en avant les revendications nationalistes les plus radicales du programme du BJP.

«Il sera jugé sur l’économie. Et s’il échoue à relancer l’économie? Le plan B pourrait être l’hindutva», à savoir le nationalisme hindou, estime Christophe Jaffrelot, chercheur à Sciences Po à Paris et au King’s College de Londres.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya