Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Les forces irakiennes se préparent à une contre-offensive

MOHAMAD ALI HARISSI
Agence France-Presse
BAGDAD

Les forces de sécurité irakiennes ont repris aux jihadistes trois villes proches de Bagdad et se préparaient samedi à une contre-offensive dans le nord du pays, où de larges territoires ont été conquis cette semaine par les insurgés.

Signe de l’inquiétude grandissante de l’étranger face à cette offensive fulgurante, l’Iran, dont les relations se sont récemment détendues avec les États-Unis après des années de froid, a affirmé ne pas exclure une coopération avec Washington pour stopper les jihadistes qui ambitionnent de créer un État islamique à la frontière irako-syrienne.

Le président américain Barack Obama avait dit vendredi étudier «toutes les options», sauf l’envoi de troupes au sol.

En l’espace de trois jours, les combattants de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont pris Mossoul et sa province Ninive (nord), Tikrit et d’autres régions de la province de Salaheddine, ainsi que des secteurs des provinces de Diyala (est) et de Kirkouk (nord), rencontrant très peu de résistance des forces de sécurité.

Leur objectif est à présent la capitale, où les rues étaient samedi quasi-désertes et les commerces fermés.

«Pouvoirs illimités» pour Maliki

Alors que le gouvernement a annoncé avoir mis en place un plan de sécurité pour défendre Bagdad, le premier ministre Nouri al-Maliki, commandant en chef des forces armées, a indiqué que son gouvernement lui avait octroyé des «pouvoirs illimités» pour combattre les insurgés.

Sur le terrain, les forces de sécurité et des combattants de tribus ont repris samedi aux jihadistes les localités d’Ishaqi et à Muatassam, des villes de la province de Salaheddine proches de Bagdad, a indiqué le général Sabah al-Fatlawi.

Un responsable de la police a indiqué que les corps brûlés de 12 policiers avaient été découverts à Ishaqi.

Selon des témoins, la police et des habitants étaient déjà parvenus vendredi, un peu plus au sud, à chasser les insurgés de Dhoulouiya, qui avaient mis les jihadistes à 90 km de la capitale.

Des renforts de la police et de l’armée, arrivés vendredi à Samarra (110 km au nord de Bagdad), s’apprêtaient par ailleurs à lancer une contre-offensive un peu plus au nord, selon un des commandants responsables de la sécurité locale.

Selon lui, l’objectif est de reprendre Tikrit, chef-lieu de la province de Salaheddine, ainsi que Dour et Baiji.

Samarra, une ville majoritairement sunnite, abrite l’un des grands lieux saints chiites d’Irak, le mausolée des imams Ali al-Hadi et Hassan al-Askari. Et c’est un attentat en 2006 contre ce mausolée qui avait déclenché une guerre confessionnelle meurtrière pendant deux ans.

Signe de l’importance de Samarra, M. Maliki s’y est rendu vendredi pour une réunion de sécurité, alors que des témoins ont indiqué que les jihadistes s’apprêtaient à lancer un nouvel assaut sur la ville après une première repoussée mercredi.

M. Maliki, haï par les jihadistes, est accusé par la minorité sunnite de la marginaliser et la persécuter.

Vendredi, le plus influent dignitaire chiite d’Irak, le grand Ayatollah Ali Sistani, avait appelé la population à prendre les armes pour stopper l’avancée des jihadistes vers Bagdad.

Quelques milliers de volontaires ont déjà répondu à un appel similaire lancé par le gouvernement.

Coopération américano-iranienne?

Les experts expliquent la débandade des forces de sécurité notamment par un entraînement lacunaire, la corruption et le climat pesant du confessionnalisme.

À l’étranger, le président iranien Hassan Rohani a indiqué samedi que son pays pourrait envisager une coopération avec les États-Unis «si nous voyons que les États-Unis agissent contre les groupes terroristes».

«Nous ne renverrons pas de troupes américaines au combat en Irak», avait indiqué la veille M. Obama, rappelant les «sacrifices extraordinaires» de troupes américaines dans ce pays où elles ont été stationnées de 2003 à 2011.

M. Obama a dit examiner «un éventail d’options pour soutenir les forces de sécurité irakiennes», précisant qu’il ne fallait pas s’attendre à une action américaine «du jour au lendemain». Il a également déclaré que «sans effort politique, toute action militaire sera vouée à l’échec».

La haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Mme Navi Pillay, s’est pour sa part alarmée après que l’ONU a reçu des informations selon lesquelles des «soldats irakiens ont été sommairement exécutés durant la prise de Mossoul».

L’EIIL est réputé pour ses exactions, rapts et exécutions, en particulier en Syrie où le groupe est très actif.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déjà fait état de la fuite d’environ 40 000 personnes de Tikrit et Samarra, et de plus de 500 000 de Mossoul.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya