Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Déluge de feu à Gaza, proposition palestinienne de trêve

MAI YAGHINASSER ABOU BAKER
Agence France-Presse
Gaza et Ramallah

La bande de Gaza restait mardi sous les bombes israéliennes, le conflit dévastateur dont personne ne voit l’issue entrant dans sa quatrième semaine, même si la direction palestinienne a assuré que le Hamas était prêt à une trêve de 24 heures.

Des dizaines de Palestiniens, dont des femmes et des enfants, sont encore morts mardi dans l’enclave palestinienne, la communauté internationale ne parvenant pour l’heure à opposer que son horreur et des appels impuissants à un cessez-le-feu. Aucune issue diplomatique ne s’est pour l’heure dessinée.

Yasser Abed Rabbo, le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui chapeaute l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas, a affirmé que l’OLP, tout comme le Jihad islamique et le Hamas qui contrôle la bande de Gaza étaient «prêts à une trêve humanitaire de 24 heures».

Une délégation conjointe doit partir prochainement au Caire pour des discussions, selon le dirigeant de l’OLP. Le Hamas n’avait toutefois pas confirmé son accord en milieu d’après-midi.

Ces derniers jours, plusieurs annonces de trêve dans les combats, faites par le Hamas comme par Israël, n’avaient pas permis de mettre un terme au conflit.

Sourds aux suppliques, Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas semblent déterminés à poursuivre leur conflit.

L’offensive israélienne déclenchée le 8 juillet pour tenter d’anéantir la capacité militaire du Hamas a fait plus de 1100 morts palestiniens, pour trois quarts des civils selon l’ONU.

Côté israélien, trois civils et 53 soldats ont été tués, le plus lourd bilan militaire depuis la guerre contre le Hezbollah libanais en 2006.

Centrale électrique bombardée 

Après une éphémère trêve de fait pour la fête du Fitr marquant la fin du ramadan lundi, un déluge de feu s’est abattu sur Gaza, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prévenant ses concitoyens qu’ils devaient se tenir prêts à une «longue campagne».

«Soudain, des missiles sont tombés comme la pluie», a raconté Mohamed al-Dalo, un habitant de Gaza. «Nous avons quitté nos maisons, certains couraient dans une direction, les autres à l’opposé. Les gens ne savaient pas où aller. Les gens criaient: Évacuation!»

Selon une estimation fournie mardi par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), plus de 215.000 habitants ont dû fuir leur foyer dans cette enclave sous blocus, pauvre et surpeuplée, soit près d’un Gazaoui sur huit.

Les raids aériens et les frappes se sont succédé à Gaza, avec les bombardements les plus violents depuis des jours, selon un journaliste de l’AFP. Dans l’après-midi, les bombes semblaient s’éloigner de la ville de Gaza et se déplacer plus au nord, vers la frontière, selon des journalistes de l’AFP.

L’unique centrale électrique du territoire, qui assure en temps normal 30% de ses besoins en électricité, a été bombardée et a cessé de fonctionner. Mardi en milieu d’après-midi, elle était toujours en flammes et dégageait un épais panache de fumée noire.

Dans le camp de réfugiés de Chati, la maison vide du chef du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a été touchée selon sa famille, de même que la télévision et la radio du Hamas, qui a néanmoins continué d’émettre.

Lourdes pertes de l’armée 

L’armée israélienne a affirmé avoir tué plus de 300 combattants du Hamas et frappé quelque 3.900 «sites terroristes» depuis le début du conflit, qui s’est étendu le 17 juillet à une opération terrestre.

Mais l’objectif affiché d’obtenir une «démilitarisation de Gaza» et de détruire l’arsenal de roquettes et les tunnels d’attaque du Hamas est loin d’être atteint.

Dans cette guerre asymétrique, le Hamas et ses alliés du Jihad islamique, qui s’étaient visiblement préparés à une offensive israélienne, parviennent à faire mal à leur adversaire.

Les sirènes d’alarme continuent de retentir dans les villes israéliennes, au rythme des tirs de roquettes.

Et dix soldats sont tombés ces dernières 24 heures dans des attaques revendiquées par le Hamas, dont cinq dans des combats avec un commando qui avait émergé d’un des tunnels du Hamas près du kibboutz de Nahal Oz (sud).

L’offensive israélienne «Bordure protectrice» lancée le 8 juillet sur Gaza a déjà duré aussi longtemps que «Plomb Durci» en 2008/2009, qui était aussi destinée à faire cesser les tirs de roquettes du Hamas et fut pour les Palestiniens (1440 morts) la plus meurtrière des quatre confrontations majeures depuis le retrait israélien de Gaza en 2005.

«Au nom de l’humanité, la violence doit s’arrêter», a lancé dans une énième exhortation le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon. Le président américain Barack Obama avait exigé dimanche en vain un cessez-le-feu «immédiat et sans conditions».

Les Occidentaux ont affirmé leur volonté d’«augmenter» la «pression» pour arracher un arrêt des combats, mais sans proposition concrète.

Selon l’Unicef, au moins 239 enfants ont été tués dans cette bande de terre de 40 km sur 10, où la moitié des quelque 1,8 million d’habitants a moins de 18 ans.

«Des enfants sont tués, blessés, mutilés, brûlés en plus d’être absolument terrifiés», s’est indignée la responsable de l’Unicef à Gaza, Pernille Ironside.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya