Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Mort de Litvinenko: Moscou au coeur de la nouvelle enquête

MAUREEN COFFLARDKATHERINE HADDON
Agence France-Presse
LONDRES

Le rôle de l’État russe dans la mort de l’opposant russe Alexandre Litvinenko est «d’une importance centrale dans mon investigation», a affirmé jeudi, à l’ouverture de l’«enquête publique» le magistrat instructeur avant d’ajourner l’audience au 5 septembre.

«En prenant en compte les seuls éléments du gouvernement, et dans la mesure où ils sont pertinents, se pose de prime abord la question de la culpabilité de l’État russe dans la mort de M. Litvinenko», a déclaré jeudi le magistrat chargé de cette enquête, Robert Owen.

Après avoir suspendu officiellement l’enquête judiciaire ou «inquest» qui était en cours, le magistrat a ouvert l’«enquête publique» devant la Royal Court of Justice de Londres.

«Le plus important dans cette enquête» sur le décès de l’ex-agent russe, empoisonné en 2006 à Londres au polonium, une substance radioactive, est «qu’elle va me permettre d’étudier à huis clos des preuves et de mener également à huis clos des auditions», a-t-il ajouté.

Reconnaissant qu’il est «inévitable qu’au moins une partie de (s)on rapport final soit maintenu secret», Robert Owen a tenu à préciser qu’il avait «l’intention de rendre publiques (s)es conclusions finales sur la question de la responsabilité de l’État russe».

Il a ensuite ajourné l’audience jusqu’au 5 septembre, date à laquelle auront lieu des auditions de procédure avant de véritablement entrer dans le vif du sujet en janvier 2015.

Cette «enquête publique» qui doit durer jusqu’à la fin 2015, s’ouvre au lendemain de l’annonce de nouvelles sanctions américaines et européennes contre la Russie en raison de son implication dans la guerre en Ukraine.

«Un jour très spécial» pour Marina Litvinenko 

Downing Street avait cependant assuré la semaine dernière qu’il n’y avait «absolument aucun lien» entre cette annonce et les tensions actuelles autour de l’Ukraine.

L’ambassadeur de Russie à Londres, Alexander Yakovenko, avait quant à lui indiqué que Moscou n’accepterait pas les conclusions de cette enquête si des preuves étaient présentées à huis clos.

«C’est un jour très spécial», a déclaré jeudi Marina Litvinenko. «C’est important parce que les questions de savoir pourquoi et qui a tué mon mari n’ont pas obtenu de réponse», a-t-elle ajouté devant le tribunal.

Alexandre Litvinenko, 43 ans, un transfuge du FSB (services de renseignement russes) réfugié au Royaume-Uni, avait bu un thé en novembre 2006 avec Andreï Lougovoï, un agent secret russe, et l’homme d’affaires Dmitri Kovtoun, dans un hôtel londonien.

Il avait succombé peu après à un empoisonnement au polonium.

Le gouvernement britannique avait jusqu’à présent refusé d’ordonner une telle enquête, la ministre britannique de l’Intérieur Theresa May voulant initialement attendre les résultats d’une enquête judiciaire («inquest») sur ce décès.

Le magistrat chargé de l’inquest avait en 2013 regretté être dans l’impossibilité d’examiner le rôle éventuel de l’État russe, et plaidé auprès du gouvernement, sans succès, pour le déclenchement d’une enquête publique pour ce faire.

Après le refus du gouvernement, Marina Litvinenko avait introduit un recours devant la Haute Cour, qui avait estimé en février que la ministre de l’Intérieur devait reconsidérer sa décision.

L’affaire Litvinenko est un sujet de contentieux entre Londres et Moscou, en raison du refus de la Russie d’extrader Andreï Lougovoï, considéré par les enquêteurs britanniques comme étant le principal suspect dans cet assassinat.

Ce dernier a d’ores et déjà annoncé qu’il ne participerait pas à cette investigation.

Le Royaume-Uni avait également émis un mandat d’arrêt international contre l’autre suspect, Dmitri Kovtoun, sans succès.

Les relations entre les deux pays s’étaient cependant améliorées à la suite d’une visite du premier ministre britannique David Cameron en Russie en 2011.

En juillet 2013, Theresa May avait reconnu que la diplomatie avait été l’un des «facteurs» dans la décision de Londres de renoncer à une enquête publique.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya