Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Turquie: Erdogan dit «au revoir» à l’AKP

BURAK AKINCI
Agence France-Presse
ANKARA

Le président élu turc Recep Tayyip Erdogan a abandonné mercredi la direction du parti islamo-conservateur au pouvoir, mais promis que son dauphin désigné et futur premier ministre Ahmet Davutoglu poursuivrait la même politique, sous son autorité.

À la veille de son investiture à la tête de l’État, l’homme fort du pays a conclu son règne de onze ans à la tête du gouvernement et du Parti de la justice et du développement (AKP) devant quelque 40 000 partisans rassemblés dans une salle des sports surchauffée d’Ankara pour introniser son successeur.

Lors d’un discours de plus de deux heures, M. Erdogan, dénoncé comme un autocrate par ses adversaires, a assuré que son parti n’était pas celui «d’un seul homme» et que M. Davutoglu ne serait pas sa marionnette.

«Les noms n’ont pas d’importance. Les noms changent aujourd’hui, mais l’essence, la mission, l’esprit, les objectifs et les idéaux (que nous défendons) restent», a-t-il lancé.

Cofondateur de l’AKP en 2001, le président élu a conclu son propos sur une note d’émotion, accueillie par les larmes de nombreux militants.

«L’AKP est mon cinquième enfant. Le temps de dire au revoir est arrivé. Vous savez combien il est difficile pour moi de partir», a-t-il déclaré, «mais je vais rester en contact avec vous, peut-être moins fréquemment qu’avant».

Dès son arrivée au congrès de son parti, M. Erdogan a confirmé sa volonté de garder les rênes du pays. «Ce n’est pas un adieu. Nous allons continuer à servir notre peuple, d’Edirne (ouest) à Hakkari (est)», avait-il dit.

À la tête du gouvernement depuis 2003, M. Erdogan, 60 ans, a été élu haut la main président de la République le 10 août en recueillant 52 % des voix dès le premier tour d’un scrutin disputé pour la première fois au suffrage universel direct.

Contraint d’abandonner son poste de premier ministre en juin 2015 en raison d’une règle de l’AKP qui interdit à ses élus de faire plus de trois mandats, M. Erdogan a répété qu’il comptait garder les rênes du pouvoir en modifiant la Constitution et en renforçant les pouvoirs de sa fonction, jusque-là essentiellement protocolaires.

Allégeance

Cet objectif, dénoncé par l’opposition comme une nouvelle preuve de la dérive «autoritaire» et «islamiste» de M. Erdogan, passe par une très large victoire de l’AKP aux législatives de 2015. La majorité des deux tiers (367 sièges sur 550) est nécessaire pour modifier la loi fondamentale. L’AKP n’en dispose «que» de 313 aujourd’hui.

«Les élections de 2015 sont très importantes pour nous, parce que nous voulons changer la Constitution», a-t-il souligné mercredi.

Âgé de 55 ans, M. Davutoglu est depuis 2003 l’un des plus proches collaborateurs de M. Erdogan. D’abord conseiller diplomatique puis ministre des Affaires étrangères (2009), cet universitaire a théorisé puis mis en oeuvre une diplomatie active qui a refait de la Turquie un acteur de poids sur la scène internationale.

Cette politique «néo-ottomane» résumée par la formule «zéro problème avec les voisins» a toutefois subi des revers depuis les «printemps arabes» et mis la Turquie en difficulté dans les conflits qui secouent ses voisins syriens et irakiens.

Sitôt nommé à sa succession, M. Davutoglu, un musulman intransigeant, a fait acte d’allégeance et de fidélité à M. Erdogan.

«Je vais continuer le mouvement de restauration engagé il y a douze ans (…) aucune graine de discorde ne peut être plantée entre nous», avait-il assuré la semaine dernière.

Répondant aux critiques de l’opposition, M. Erdogan s’est défendu mercredi de vouloir exercer toute autorité sur son successeur.

«Je voudrais insister là-dessus», a-t-il souligné, «Davutoglu n’est pas un intérimaire. Tout le monde doit le savoir».

Le nouveau premier ministre devrait être formellement nommé dès jeudi et, ainsi que l’a précisé M. Erdogan, former un nouveau gouvernement vendredi.

Selon les indiscrétions parues dans la presse turque, la nouvelle équipe ministérielle doit conserver les actuels responsables de sa politique économique pour rassurer les marchés. Elle doit surtout faire la part belle aux fidèles de M. Erdogan, qualifié de «maître» sur les banderoles déployées mercredi à Ankara.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya