Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Le nouveau président afghan tend la main aux talibans

BEN SHEPPARD
Agence France-Presse
KABOUL

Le nouveau président afghan Ashraf Ghani a appelé lundi les talibans à la paix en succédant à Hamid Karzaï, seul homme à avoir dirigé l’Afghanistan depuis l’intervention occidentale de 2001, consacrant ainsi la première transition démocratique de l’histoire d’un pays toujours déchiré par la guerre à l’approche du retrait de l’OTAN.

«Aujourd’hui, après 13 ans à la tête du gouvernement, je suis fier de transférer le pouvoir à un nouveau président», a déclaré lors d’une cérémonie officielle M. Karzaï, après avoir vécu au plus près la «longue guerre» toujours en cours des États-Unis contre les talibans.

«Nous demandons aux opposants, et plus spécifiquement aux talibans et au Hezb-e-Islami, d’entamer des pourparlers politiques», a déclaré M. Ghani, 65 ans, un ex-cadre de la Banque mondiale et ancien ministre des Finances dans le premier gouvernement de Hamid Karzaï, qui tente de stabiliser le pays.

«Pour chacun des griefs des talibans, nous trouverons une solution… Nous demandons aux villageois de demander la paix et aux imams de conseiller les talibans, et s’ils n’écoutent pas, de couper les ponts avec eux», a ajouté M. Ghani peu après son assermentation accueillie par un nouvel attentat meurtrier des insurgés.

«Un kamikaze s’est fait exploser près de l’aéroport tuant quatre personnes et en blessant deux», a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police de la capitale, placée sous haute surveillance pour cette investiture suivie par des dignitaires venus des États-Unis, mais aussi de Chine, d’Inde et du Pakistan, des puissances régionales.

Le kamikaze «visait des soldats afghans et étrangers», a indiqué le porte-parole officiel des talibans, Zabiullah Mujahid, en revendiquant ce nouvel attentat dans la capitale.

L’ex-président Karzaï avait convié à de nombreuses reprises les rebelles islamistes à des pourparlers de paix afin de stabiliser le pays au terme de la mission des forces de l’OTAN qui prend fin cette année.

Mais les insurgés avaient chaque fois refusé de prendre langue directement avec M. Karzaï, qu’ils accusaient d’être une «marionnette» de Washington. Or les talibans ont récemment qualifié M. Ghani «d’employé» des États-Unis, laissant présager des relations houleuses entre le pouvoir et les insurgés.

Surtout que l’investiture de M. Ghani ouvre la voie à la signature, prévue mardi, d’un accord autorisant le maintien d’une force résiduelle de 12 500 soldats étrangers pour épauler et former les forces afghanes après le retrait, d’ici la fin de l’année, de l’essentiel des 41 000 militaires de l’OTAN.

Or les talibans s’opposent obstinément au maintien de cette force résiduelle et exigent le départ de l’ensemble des soldats étrangers comme condition au dialogue.

Nouvelle union à Kaboul

Cette transition démocratique met officiellement fin à trois mois d’une crise politique née des résultats contestés du second tour de la présidentielle, le 14 juin dernier, qui a fragilisé davantage le pays.

Ashraf Ghani et son rival Abdullah Abdullah revendiquaient tous deux la victoire lors de ce scrutin marqué par des fraudes massives. M. Ghani concentre ses appuis chez les Pachtounes du Sud, et M. Abdullah chez les Tadjiks du Nord, ce qui faisait craindre un embrasement, voire la partition de facto de l’Afghanistan.

Sous la pression de l’ONU et des États-Unis, les deux rivaux ont accepté la semaine dernière de former un gouvernement d’union nationale dans lequel M. Abdullah héritera d’un rôle semblable à celui d’un premier ministre. Et M. Ghani a été déclaré vainqueur de l’élection avec un peu plus de 55 % des voix à l’issue d’un audit inédit et laborieux des huit millions de bulletins de vote déposés dans les urnes lors du scrutin.

Mais les talibans ont profité de cette saga politique à Kaboul pour progresser dans la campagne afghane. Une offensive talibane au cours de la dernière semaine dans la province de Ghazni a ainsi fait une centaine de morts, dont une douzaine par décapitation.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya