Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Kenyatta, premier chef d’État à comparaître devant la CPI

NICOLAS DELAUNAY
Agence France-Presse
La Haye

Le président kényan Uhuru Kenyatta est devenu mercredi le premier chef d’État à comparaître en cours de mandat devant la Cour pénale internationale où sa défense a demandé l’abandon des poursuites pour crimes contre l’humanité.

Soutenant que Nairobi ne coopère pas à l’enquête et que des témoins se sont rétractés après avoir été intimidés, l’accusation reconnaît elle-même ne pas avoir assez de preuves pour un procès contre M. Kenyatta.

Il est poursuivi pour son rôle présumé dans les violences postélectorales qui ont déchiré le Kenya fin 2007 et début 2008, faisant plus de 1000 morts et plus de 600 000 déplacés.

«Cette affaire a échoué, elle a échoué à un point tel qu’il n’y a plus la moindre possibilité d’aller de l’avant», a soutenu l’avocat de M. Kenyatta, Steven Kay, lors d’une audience à La Haye, où siège la CPI.

«Ce serait une insulte au bon sens de dire que nous ne méritons pas un acquittement», a-t-il poursuivi, sous le regard de son client.

M. Kenyatta avait déjà comparu une fois devant la Cour, mais avant son élection en mars 2013. Vêtu d’un costume gris foncé sur une cravate bleue et une chemise claire, il a semblé détendu.

Il a délégué ses pouvoirs à son vice-président William Ruto pour la durée de son séjour à La Haye, où il a été convoqué pour une audience technique, mais considérée comme un «stade crucial» de la procédure.

La procureure de la CPI, la Gambienne Fatou Bensouda, était elle aussi présente à l’audience.

«Si l’accusation ne le fait pas elle-même, vous devez intervenir et mettre un terme» à ces poursuites, a lancé Me Kay aux juges.

La galerie du public était remplie de dizaines de partisans de M. Kenyatta, dont des députés venus de Nairobi.

La juge Kuniko Ozaki a notifié à M. Kenyatta : «Vous pouvez parler uniquement en votre capacité d’accusé».

Pas assez de preuves

Le procès du président kényan devait initialement débuter en septembre 2013, mais a été reporté à de nombreuses reprises. La probabilité qu’il s’ouvre un jour n’a cessé de se réduire au fil des mois, surtout depuis que l’accusation a demandé son report sine die, faute de preuves suffisantes.

Fatou Bensouda accuse Nairobi de refuser de lui transmettre des relevés bancaires ou téléphoniques. Ces derniers pourraient prouver, selon elle, la culpabilité de M. Kenyatta.

L’accusation avait demandé mardi à la CPI de sanctionner Nairobi, qui soutient pour sa part que ses efforts de coopération sont freinés par la bureaucratie du pays.

M. Kenyatta, en tant que président, «a un important devoir constitutionnel en vue de s’assurer que ces obstructions n’aient pas lieu», a fait valoir l’accusation.

L’audience de mercredi, dite «Conférence de mise en état», doit examiner la requête de report de la procureure, ainsi que la demande formulée en réponse par la défense — un abandon des poursuites contre le président.

Si les juges établissent que le Kenya ne coopère pas, la question pourrait être soumise à l’Assemblée des États parties à la CPI, qui rassemble les pays ayant ratifié le Statut de Rome, traité fondateur de la cour en 1998.

Seuls des Africains sont poursuivis

M. Kenyatta a été accueilli devant le tribunal par une cinquantaine de partisans qui criaient, chantaient et dansaient, arborant les couleurs nationales.

Le vice-président Ruto fait l’objet lui aussi d’un procès pour crimes contre l’humanité devant la CPI, depuis septembre 2013.

L’Union africaine et les députés kényans ont demandé le retrait des charges contre M. Kenyatta, accusant la CPI de ne poursuivre que des Africains.

La réélection contestée du président sortant Mwai Kibaki en 2007 avait provoqué la pire vague de violences au Kenya depuis l’indépendance du pays.

Devenus alliés après avoir été rivaux, MM. Kenyatta et Ruto se sont présentés sur un ticket commun à l’élection présidentielle de 2013, qu’ils avaient remportée.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya