Latest News:

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

Journée noire à Jérusalem

PHOTO AHMAD GHARABLI, AFP
SARAH BENHAIDA
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Jérusalem a connu mercredi une de ses pires flambées de violence récentes avec une nouvelle attaque à la voiture bélier qui a fait un mort et des heurts sur l’ultra-sensible esplanade des Mosquées.

Un policier israélien a été tué et une dizaine de personnes blessées quand un Palestinien a percuté avec sa fourgonnette des piétons sur une artère séparant Jérusalem-Ouest et Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la Ville sainte occupée et annexée par Israël.

L’auteur de l’attaque a été abattu par les policiers après être sorti de son véhicule pour attaquer les passants avec une barre de fer.

Le même mode opératoire avait été utilisé lors d’une attaque perpétrée il y a deux semaines à quelques centaines de mètres de là.

L’auteur de l’attaque a été identifié comme un Palestinien de 38 ans du camp de réfugiés de Chouafat, l’un des quartiers de Jérusalem-Est théâtre depuis quelques mois de tensions qui font craindre une troisième Intifada.

Sans revendiquer explicitement l’attentat, l’organisation islamiste Hamas s’en est félicitée, assurant que son auteur, identifié comme Ibrahim al-Akari, était l’un de ses membres.

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a vu dans son geste «la conséquence directe des agissements d’Abou Mazen (le président palestinien Mahmoud Abbas) et de ses partenaires du Hamas qui excitent les esprits».

Les policiers israéliens dans Al-Aqsa

Le 22 octobre déjà, un Palestinien originaire de Silwan, autre point chaud de Jérusalem-Est, avait percuté un groupe de passagers descendant du tramway, tuant un bébé israélo-américain et une Équatorienne. L’auteur avait été abattu.

Plus tôt dans la matinée, jeunes Palestiniens et policiers israéliens se sont violemment affrontés sur l’esplanade des Mosquées, où la visite d’une centaine d’extrémistes juifs réclamant le droit de prier sur le troisième lieu saint de l’islam a attisé les braises.

Des Palestiniens s’étaient retranchés dans la nuit sur l’esplanade. Quand la porte des Maghrébins par laquelle passent les non-musulmans s’est ouverte, des manifestants masqués ont lancé des pierres et des pétards sur les policiers israéliens venus pour protéger le groupe, toujours selon la police.

Les policiers ont pénétré sur l’esplanade et repoussé les Palestiniens à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa, selon des témoins. Fait exceptionnel, les policiers sont entrés dans la très vénérée mosquée. Dans le climat acrimonieux qui règne à Jérusalem-Est, cette incursion a été ressentie comme une grave provocation.

Jamais ils n’avaient poussé aussi loin dans l’édifice, a dit à l’AFP Adnane al-Husseini, gouverneur de Jérusalem-Est.

Dans l’édifice, des tapis calcinés témoignaient de début d’incendies provoqués par les grenades lancées par les policiers.

Les incidents se sont propagés aux alentours immédiats de l’esplanade dans la Vieille ville, transformée en camp retranché gardé par des centaines de policiers.

À plusieurs reprises, les policiers ont tiré des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des projectiles en caoutchouc pour éloigner les groupes qui s’étaient attroupés aux portes de l’esplanade et dans lesquels se trouvaient de nombreux enfants.

Poursuite des heurts

Après une accalmie en fin de matinée, des incidents ont à nouveau mis aux prises Palestiniens et policiers israéliens aux abords de la Vieille ville, ainsi que dans le camp de réfugiés de Chouafat et dans les quartiers d’Issaouiya et al-Tor.

Ce nouvel accès de fièvre faisait suite à l’appel lancé mardi par des extrémistes juifs à se rendre massivement mercredi sur l’esplanade en soutien à Yehuda Glick, une figure de la droite ultranationaliste juive qui milite pour le droit des juifs à prier sur l’esplanade.

M. Glick avait été grièvement blessé par balle la semaine passée et son agresseur présumé, un Palestinien, avait été abattu le lendemain par des policiers israéliens.

Également sacrée pour les juifs, l’esplanade est sous le régime d’un statu quo qui prévoit que les juifs ne peuvent y prier. Au cours des derniers mois cependant, les activistes juifs se sont faits plus bruyants pour obtenir ce droit.

Les musulmans s’alarment de l’éventualité que le gouvernement israélien cède aux pressions des ultras et accède à leur requête.

Le premier ministre israélien a plusieurs fois affirmé n’avoir aucune intention de changer le statu quo.

Les tensions à Jérusalem-Est sont causées par une conjonction de facteurs, mais pour les Palestiniens, Al-Aqsa est une «ligne rouge».

La Jordanie, l’un des deux seuls pays arabes à avoir un traité de paix avec Israël, a rappelé son ambassadeur pour protester contre les «violations israéliennes répétées» à Jérusalem. La direction palestinienne a appelé le Conseil de sécurité à se réunir urgemment.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya