Latest News:

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

Poutine attendu de pied ferme au G20 australien

PHOTO PETER PARKS, AFP
BENOIT FINCK
Agence France-Presse
BRISBANE

Grande-Bretagne et Australie ont vivement critiqué vendredi l’action de la Russie dans la crise ukrainienne, avant un G20 aux accents de Guerre froide, avec des navires russes au large de l’Australie et un ultimatum de Moscou à la France pour qu’elle livre les Mistral.

Le premier ministre britannique, David Cameron, a ainsi averti dans un discours devant le Parlement australien à Canberra que la Russie s’exposait à de nouvelles sanctions occidentales si elle ne s’engageait pas à résoudre le conflit ukrainien.

M. Cameron, comme son homologue australien Tony Abbott, hôte du G20, ont employé des mots très fermes contre Vladimir Poutine, attendu en Australie.

La Russie se comporte comme un «grand État agressant de plus petits États en Europe», a lancé le chef du gouvernement britannique avant de se rendre à Brisbane pour ce sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays les plus puissants du monde, samedi et dimanche.

M. Abbott a dénoncé l’accroissement des activités militaires tous azimuts de la Russie, citant en particulier l’apparition de plusieurs navires de la marine russe cette semaine au nord des côtes australiennes.

«Qu’il s’agisse d’agresser l’Ukraine, qu’il s’agisse de l’intensification des vols d’avions militaires dans l’espace aérien du Japon, des pays européens, qu’il s’agisse de la force navale qui est maintenant dans le Pacifique Sud, la Russie est beaucoup plus sûre d’elle maintenant qu’elle ne l’a été depuis longtemps», a lancé M. Abbott.

«La Russie serait beaucoup plus attrayante si elle aspirait à être une super puissance pour la paix, la liberté et la prospérité, au lieu d’essayer de recréer la gloire perdue du tsarisme ou de l’Union soviétique», a-t-il ajouté.

M. Poutine est arrivé vendredi dans la soirée à Brisbane (vers 11 h 30 GMT, 6 h 30 à Montréal), tombant la veste sur le tarmac dans la chaleur australienne.

Auparavant, il avait martelé son opposition à la formation d’éventuels «nouveaux blocs» au sein du G20 : «Il me semble que cela serait vraiment mauvais si on se mettait à créer des blocs à nouveau. Ce n’est pas du tout constructif et même nuisible à l’économie mondiale», a-t-il dit à l’agence officielle TASS, précisant qu’il avait «plusieurs rencontres» prévues à Brisbane, notamment avec la chancelière allemande Angela Merkel.

L’OTAN a confirmé cette semaine les affirmations de Kiev accusant la Russie d’avoir déployé des troupes et des équipements militaires russes dans les régions de l’est de l’Ukraine contrôlées par des rebelles prorusses, ce que Moscou a farouchement nié.

Vendredi, une fillette de cinq ans a été tuée par un tir de mortier dans la région séparatiste de Lougansk, selon Kiev qui a accusé les rebelles d’être à l’origine des tirs.

Deux semaines

Moscou a de son côté fait entrer la France dans cette danse musclée en lançant un ultimatum à Paris.

Une source russe «haut placée» a déclaré à l’agence Ria Novosti que Paris avait jusqu’à fin novembre pour livrer un premier navire de guerre Mistral à la Russie si elle ne voulait pas s’exposer à de «sérieuses» demandes de compensation.

Ce sujet sensible devrait être abordé samedi lors d’une rencontre bilatérale en marge du G20, à 18 h locales (3 h dimanche matin à Montréal), entre Vladimir Poutine et son homologue français, François Hollande.

Interrogé par l’AFP, l’Élysée a renvoyé aux déclarations du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui avait indiqué mercredi qu’«aucune date de livraison» ne pouvait «être fixée à ce stade».

Les Mistral, des bâtiments de projection et de commandement vendus par la France à la Russie en juin 2011 pour 1,2 milliard d’euros (1,7 milliard de dollars), sont au centre d’un imbroglio diplomatico-militaire depuis la décision du président François Hollande, le 4 septembre, de lier leur livraison au règlement politique de la crise en Ukraine où la situation s’est dégradée.

La crise ukrainienne et la controverse autour des Mistral risquent de peser lourd dans les débats au G20, un forum habituellement dominé par les questions économiques entre des pays représentant 85 % de la richesse mondiale.

Et ce, d’autant que les relations entre la Russie et le pays organisateur, l’Australie se sont brusquement dégradées depuis l’écrasement de l’avion de la Malaysia Airlines (vol MH17), abattu en juillet dans une zone contrôlée par des rebelles prorusses dans l’est de l’Ukraine, faisant 298 morts parmi lesquels 38 Australiens.

Ne mâchant pas ses mots à l’égard de M. Poutine concernant cette catastrophe aérienne, M. Abbott a demandé à M. Poutine de «faire son mea culpa».

L’avion a été abattu par un missile fourni par la Russie, selon l’Ukraine et les Occidentaux, ce que Moscou dément en accusant les troupes de Kiev d’être à l’origine du tir.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya