Latest News:

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

Les négociations sur le nucléaire iranien prolongées jusqu’à l’été

PHOTO LEONHARD FOEGER, REUTERS
CHRISTOPHE SCHMIDTNICOLAS REVISE
Agence France-Presse
VIENNE

Après une semaine de discussions acharnées, Téhéran et les grandes puissances n’ont pas réussi à s’entendre lundi à Vienne sur le programme nucléaire iranien et se sont donné jusqu’à l’été 2015 pour sceller un accord international.

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif et son homologue américain John Kerry se sont tout de même réunis une nouvelle fois lundi à Vienne, un ultime face-à-face malgré l’échec d’un accord international sur le programme nucléaire de Téhéran, a dit un diplomate américain.

Les deux hommes, qui affichent une bonne entente, se sont retrouvés pour la septième fois depuis jeudi soir, pour des dernières discussions qui ont duré une heure, selon ce responsable du département d’État.

M. Kerry devait s’adresser en fin d’après-midi aux centaines de journalistes réunis dans la capitale autrichienne depuis le 18 novembre pour le dernier cycle des négociations entre le groupe «5+1» (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) et l’Iran.

Cette prolongation, un échec par rapport à l’ambition de conclure lundi soir, préserve les chances du dialogue. Mais cela pourrait aussi susciter une levée de boucliers chez les durs à Washington et à Téhéran contre le président américain Barack Obama et son homologue iranien, le modéré Hassan Rohani.

Selon le chef de la diplomatie britannique Philip Hammond, l’accord intérimaire de Genève du 24 novembre 2013, sous l’égide duquel a lieu la négociation, sera prolongé de sept mois.

«Il n’a pas été possible d’obtenir un accord à la date limite» de lundi soir, a reconnu M. Hammond devant des journalistes. «Nous avons en conséquence prolongé (les négociations) jusqu’au 30 juin 2015», a-t-il annoncé.

Une première réunion serait programmée en décembre, en un lieu et à un niveau restant à préciser.

«Accord politique au 1er mars 2015»

Un diplomate occidental a expliqué à l’AFP que les discussions seraient échelonnées entre une partie proprement politique, jusqu’au «1er mars 2015», les quatre mois suivants étant consacrés à l’affinage des détails, jusqu’au «1er juillet» prochain.

L’Iran va bénéficier d’un dégel de ses avoirs à hauteur de 700 millions de dollars par mois pendant cette période, et s’abstiendra en échange d’une partie de ses activités nucléaires.

Les discussions se poursuivaient lundi après-midi à Vienne, selon M. Hammond, portant sur la formulation précise du texte de cette nouvelle prolongation.

Le groupe «5+1» (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) et l’Iran tentent de mettre fin à 12 ans de tensions internationales sur le programme nucléaire controversé de Téhéran.

Les grandes puissances exigent que l’Iran réduise ses capacités nucléaires, afin d’exclure tout débouché militaire. Téhéran, qui soutient que son programme nucléaire est strictement pacifique, revendique son droit à une filière nucléaire civile complète et demande la levée des sanctions économiques occidentales qui l’asphyxient.

Un accord complet lundi soir aurait redonné du souffle à l’économie iranienne, grâce à la levée de l’embargo occidental sur le pétrole. Il offrirait des perspectives de normalisation entre l’Iran et l’Occident, voire des coopérations sur l’Irak et la Syrie.

Sept jours de pourparlers frénétiques dans la capitale autrichienne entre les sept pays concernés, sous l’égide de la négociatrice de l’Union européenne Catherine Ashton, n’ont pas permis de rapprocher totalement les positions sur l’enrichissement d’uranium par l’Iran et les sanctions occidentales contre Téhéran.

Ce sont les deux points clés d’un règlement politique complet.

Lundi, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif et ses homologues américain John Kerry, chinois Wang Yi, français Laurent Fabius, britannique Philip Hammond, russe Sergueï Lavrov et allemand Frank-Walter Steinmeier – étaient tous rassemblés pour la première fois depuis une semaine à Vienne.

Mais leur réunion n’a servi qu’à entériner l’échec de leurs efforts.

Scénarios pour la suite

Hassan Rohani doit s’exprimer à la télévision à 18 h GMT (13 h à Montréal). La prolongation des pourparlers sera délicate politiquement pour lui-même et Barack Obama, tous deux aux prises avec ce que l’analyste Kelsey Davenport, interrogée par l’AFP, appelle «les durs qui, à Washington comme à Téhéran, veulent saboter l’accord».

Des élus américains sont favorables à de nouvelles sanctions contre Téhéran. Et à partir de janvier, les opposants républicains à Barack Obama contrôleront le Congrès, entravant la marge de manoeuvre du président démocrate.

En Israël, le premier ministre Benyamin Nétanyahou s’est félicité de l’absence d’un accord, dans une interview à la BBC.

M. Rohani joue, pour sa part, une grande partie de sa crédibilité sur cette tentative d’ouverture en direction des grandes puissances.

Dans les mois qui viennent, «les négociateurs vont devoir se montrer flexibles, et prendre des décisions politiques difficiles sur l’enrichissement et les sanctions», a commenté Mme Davenport.

Selon la spécialiste en non-prolifération de l’Arms Control Association, «le fait que les négociateurs n’aient pas pu résoudre ces difficultés restantes est une déception», après un an de discussions acharnées. «Mais un accord complet reste le meilleur résultat envisageable, et la seule façon de résoudre la crise nucléaire iranienne, comme de supprimer les sanctions.»

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya