Latest News:

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Saturday Sports! -

Saturday, October 24, 2015

Five things to watch in Tuesday night’s Democratic debate -

Tuesday, October 13, 2015

Sports Plus: Soccer and the rest! -

Tuesday, October 13, 2015

Fifa: Sepp Blatter, Michel Platini & Jerome Valcke suspended -

Thursday, October 8, 2015

Les négociations sur le nucléaire iranien prolongées jusqu’à l’été

CHRISTOPHE SCHMIDTNICOLAS REVISE
Agence France-Presse
VIENNE

Après une semaine de discussions acharnées, Téhéran et les grandes puissances n’ont pas réussi à s’entendre lundi à Vienne sur le programme nucléaire iranien et se sont donné jusqu’à l’été 2015 pour sceller un accord international.

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif et son homologue américain John Kerry se sont tout de même réunis une nouvelle fois lundi à Vienne, un ultime face-à-face malgré l’échec d’un accord international sur le programme nucléaire de Téhéran, a dit un diplomate américain.

Les deux hommes, qui affichent une bonne entente, se sont retrouvés pour la septième fois depuis jeudi soir, pour des dernières discussions qui ont duré une heure, selon ce responsable du département d’État.

M. Kerry devait s’adresser en fin d’après-midi aux centaines de journalistes réunis dans la capitale autrichienne depuis le 18 novembre pour le dernier cycle des négociations entre le groupe «5+1» (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) et l’Iran.

Cette prolongation, un échec par rapport à l’ambition de conclure lundi soir, préserve les chances du dialogue. Mais cela pourrait aussi susciter une levée de boucliers chez les durs à Washington et à Téhéran contre le président américain Barack Obama et son homologue iranien, le modéré Hassan Rohani.

Selon le chef de la diplomatie britannique Philip Hammond, l’accord intérimaire de Genève du 24 novembre 2013, sous l’égide duquel a lieu la négociation, sera prolongé de sept mois.

«Il n’a pas été possible d’obtenir un accord à la date limite» de lundi soir, a reconnu M. Hammond devant des journalistes. «Nous avons en conséquence prolongé (les négociations) jusqu’au 30 juin 2015», a-t-il annoncé.

Une première réunion serait programmée en décembre, en un lieu et à un niveau restant à préciser.

«Accord politique au 1er mars 2015»

Un diplomate occidental a expliqué à l’AFP que les discussions seraient échelonnées entre une partie proprement politique, jusqu’au «1er mars 2015», les quatre mois suivants étant consacrés à l’affinage des détails, jusqu’au «1er juillet» prochain.

L’Iran va bénéficier d’un dégel de ses avoirs à hauteur de 700 millions de dollars par mois pendant cette période, et s’abstiendra en échange d’une partie de ses activités nucléaires.

Les discussions se poursuivaient lundi après-midi à Vienne, selon M. Hammond, portant sur la formulation précise du texte de cette nouvelle prolongation.

Le groupe «5+1» (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) et l’Iran tentent de mettre fin à 12 ans de tensions internationales sur le programme nucléaire controversé de Téhéran.

Les grandes puissances exigent que l’Iran réduise ses capacités nucléaires, afin d’exclure tout débouché militaire. Téhéran, qui soutient que son programme nucléaire est strictement pacifique, revendique son droit à une filière nucléaire civile complète et demande la levée des sanctions économiques occidentales qui l’asphyxient.

Un accord complet lundi soir aurait redonné du souffle à l’économie iranienne, grâce à la levée de l’embargo occidental sur le pétrole. Il offrirait des perspectives de normalisation entre l’Iran et l’Occident, voire des coopérations sur l’Irak et la Syrie.

Sept jours de pourparlers frénétiques dans la capitale autrichienne entre les sept pays concernés, sous l’égide de la négociatrice de l’Union européenne Catherine Ashton, n’ont pas permis de rapprocher totalement les positions sur l’enrichissement d’uranium par l’Iran et les sanctions occidentales contre Téhéran.

Ce sont les deux points clés d’un règlement politique complet.

Lundi, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif et ses homologues américain John Kerry, chinois Wang Yi, français Laurent Fabius, britannique Philip Hammond, russe Sergueï Lavrov et allemand Frank-Walter Steinmeier – étaient tous rassemblés pour la première fois depuis une semaine à Vienne.

Mais leur réunion n’a servi qu’à entériner l’échec de leurs efforts.

Scénarios pour la suite

Hassan Rohani doit s’exprimer à la télévision à 18 h GMT (13 h à Montréal). La prolongation des pourparlers sera délicate politiquement pour lui-même et Barack Obama, tous deux aux prises avec ce que l’analyste Kelsey Davenport, interrogée par l’AFP, appelle «les durs qui, à Washington comme à Téhéran, veulent saboter l’accord».

Des élus américains sont favorables à de nouvelles sanctions contre Téhéran. Et à partir de janvier, les opposants républicains à Barack Obama contrôleront le Congrès, entravant la marge de manoeuvre du président démocrate.

En Israël, le premier ministre Benyamin Nétanyahou s’est félicité de l’absence d’un accord, dans une interview à la BBC.

M. Rohani joue, pour sa part, une grande partie de sa crédibilité sur cette tentative d’ouverture en direction des grandes puissances.

Dans les mois qui viennent, «les négociateurs vont devoir se montrer flexibles, et prendre des décisions politiques difficiles sur l’enrichissement et les sanctions», a commenté Mme Davenport.

Selon la spécialiste en non-prolifération de l’Arms Control Association, «le fait que les négociateurs n’aient pas pu résoudre ces difficultés restantes est une déception», après un an de discussions acharnées. «Mais un accord complet reste le meilleur résultat envisageable, et la seule façon de résoudre la crise nucléaire iranienne, comme de supprimer les sanctions.»

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya