Latest News:

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

Trump’s army secretary nominee Vincent Viola withdraws as candidate -

Saturday, February 4, 2017

State Dept reverses revocation of 60K visas -

Saturday, February 4, 2017

DHS suspends ‘any and all actions’ on Trump travel ban -

Saturday, February 4, 2017

Trump immigration curbs cause worldwide chaos, panic, anger -

Saturday, January 28, 2017

Serena Williams beats Venus Williams to set Grand Slam record -

Saturday, January 28, 2017

Threat of investigations hangs over Clinton and Trump -

Saturday, November 5, 2016

Brazil vs South Africa,Mexico vs Germany,Portugal vs Argentina -

Thursday, August 4, 2016

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points -

Thursday, July 28, 2016

US partners with Costa Rica to protect Central American refugees -

Tuesday, July 26, 2016

Sanders seeks unity at Democratic national convention after chair resigns -

Monday, July 25, 2016

Nuit d’émeutes à Ferguson

PHOTO STEPHEN LAM, REUTERS
JENNIE MATTHEW
Agence France-Presse
FERGUSON

Immeubles incendiés, policiers pris pour cibles, commerces pillés : la ville de Ferguson a connu une nuit d’émeutes et de violences après l’annonce lundi soir qu’aucune poursuite ne serait intentée à l’encontre d’un policier blanc ayant tué en août un jeune Noir désarmé.

Dès l’annonce du verdict prononcé par le grand jury – un jury populaire -, les violences ont éclaté dans la petite ville du Missouri tandis que, de Seattle à New York en passant par Chicago et Los Angeles, des milliers d’Américains descendaient dans les rues pour dénoncer «le racisme qui tue».

> Réagissez sur le blogue à Rcihard Hétu

À Ferguson, où la mort de Michael Brown, abattu à 18 ans de six balles par le policier Darren Wilson le 9 août, avait déjà déclenché de graves émeutes raciales cet été, les échauffourées ont opposé les manifestants aux forces de l’ordre, d’abord devant le commissariat de police avant de s’étendre dans la ville.

«Pas de justice, pas de paix», scandaient les manifestants en colère, sourds aux appels au calme lancés un peu plus tôt par le président Barack Obama et la famille Brown.

Selon le chef de la police du comté de Saint-Louis Jon Belmar les forces de l’ordre ont été la cible de nombreux tirs – 150, selon son propre décompte -, qui n’ont pas fait de victime.

Les policiers, qui avaient reçu des renforts de la Garde nationale et du FBI, ont riposté à coups de gaz lacrymogènes, matraques, et grenades aveuglantes pendant que dans certaines rues se déroulaient de véritables batailles rangées au coeur de cette banlieue de Saint-Louis, sillonnée par des véhicules blindés.

De nombreux commerces ont été pillés, des véhicules et bâtiments incendiés. À 2 h 30 locales, douze immeubles étaient en flammes, a précisé Jon Belmar, lors d’une conférence de presse. Quelque 29 manifestants ont été arrêtés.

Le gouverneur du Missouri Jay Nixon, qui avait décrété l’état d’urgence dans la crainte de violences, a demandé de nouveaux renforts de la garde nationale.

Une cravate à l'effigie de Michael Brown portée... (Photo: AP) - image 2.0

Agrandir

Une cravate à l’effigie de Michael Brown portée par un de ses proches lors de ses funérailles, le 25 août.

PHOTO: AP

Légitime défense

Après trois mois de délibérations, le procureur du comté de Saint-Louis a annoncé lundi soir que l’agent de police, Darren Wilson, ne serait pas inculpé, le jury ayant considéré qu’il avait agi en état de légitime défense après une «altercation».

«Il n’y a pas de doute que l’agent Wilson a causé la mort» de Michael Brown, a déclaré à la presse le procureur Robert McCulloch, parlant de «décès tragique». Mais les douze jurés, neuf Blancs et trois Noirs, qui ont mené une instruction «complète et profonde», «ont déterminé qu’il n’y a pas de raison suffisante pour intenter des poursuites contre l’officier Wilson».

«Le devoir d’un grand jury est de séparer les faits de la fiction», a-t-il insisté, rappelant que les jurés avaient entendu une soixantaine de témoins 70 heures durant, examiné des centaines de photos et d’éléments à charge et écouté trois médecins légistes.

«C’est une chose qu’ils ont toujours faite. J’ai 63 ans, j’ai vu cela à l’époque de Martin Luther King. Ils n’ont pas changé et ne changeront jamais», déclarait un homme interrogé par l’AFP dans une rue de Ferguson.

Pat Bailey, une habitante de Saint-Louis à la retraite, s’attendait elle aussi à cette décision : «J’ai vécu suffisamment longtemps pour savoir que les Afro-Américains ne sont pas considérés comme des êtres humains».

Peu après l’annonce de la décision, le président Obama et la famille de Michael Brown ont exhorté la foule à manifester dans le calme et la police à faire preuve de «retenue».

Défiance entre policiers et noirs

Devant la Maison-Blanche, la foule brandissait des pancartes réclamant «Justice pour Mike Brown» et scandait «les mains en l’air, ne tirez pas».

Le ministre de la Justice Eric Holder a rappelé que l’enquête fédérale se poursuivait. «Elle est indépendante de l’enquête locale depuis le début et le restera», a-t-il déclaré, assurant que les autorités fédérales se garderaient de tirer des «conclusions hâtives».

La famille du jeune Noir s’est dite «profondément déçue que le tueur de (leur) enfant ne soit pas confronté aux conséquences de ses actions».

La mort de Michael Brown en août a ravivé le débat sur l’attitude des forces de l’ordre et les relations raciales aux États-Unis, vingt-deux ans après l’affaire Rodney King et les émeutes qui avaient embrasé Los Angeles après l’acquittement de quatre policiers blancs filmés en train de passer à tabac un automobiliste noir.

Dans son message, le président Obama a d’ailleurs mis en garde contre la tentation de «dissimuler les problèmes» liés au racisme aux États-Unis. «Dans trop de régions du pays, il existe une profonde défiance entre les forces de l’ordre et les communautés de couleur», a-t-il souligné.

Michael Brown, qui n’était pas armé, a été tué par Darren Wilson d’au moins six balles en plein jour dans une rue de Ferguson, le 9 août.

Une vingtaine de minutes auparavant, le jeune homme avait été filmé dans un magasin en train de voler une boîte de cigarillos.

Des témoins avaient affirmé qu’il avait les mains en l’air au moment où le policier a fait feu. Mais, selon le procureur, plusieurs témoins oculaires se sont rétractés devant le grand jury ou ont été contredits par les indices matériels.

Le procureur a annoncé que la quasi-totalité des éléments examinés par les jurés serait publiée.

Darren Wilson... - image 3.0

Agrandir

Darren Wilson

Défiance entre policiers et noirs

Devant la Maison-Blanche, la foule brandissait des pancartes réclamant «Justice pour Mike Brown» et scandait «les mains en l’air, ne tirez pas».

Le ministre de la Justice Eric Holder a rappelé que l’enquête fédérale se poursuivait. «Elle est indépendante de l’enquête locale depuis le début et le restera», a-t-il déclaré, assurant que les autorités fédérales se garderaient de tirer des «conclusions hâtives».

La famille du jeune Noir s’est dite «profondément déçue que le tueur de (leur) enfant ne soit pas confronté aux conséquences de ses actions».

La mort de Michael Brown en août a ravivé le débat sur l’attitude des forces de l’ordre et les relations raciales aux États-Unis, douze ans après l’affaire Rodney King et les émeutes qui avaient embrasé Los Angeles après l’acquittement de quatre policiers blancs filmés en train de passer à tabac un automobiliste noir.

Dans son message, le président Obama a d’ailleurs mis en garde contre la tentation de «dissimuler les problèmes» liés au racisme aux États-Unis. «Dans trop de régions du pays, il existe une profonde défiance entre les forces de l’ordre et les communautés de couleur», a-t-il souligné.

Michael Brown, qui n’était pas armé, a été tué par Darren Wilson d’au moins six balles en plein jour dans une rue de Ferguson le 9 août.

Une vingtaine de minutes auparavant, le jeune homme avait été filmé dans une supérette en train de voler une boîte de cigarillos.

Des témoins avaient affirmé qu’il avait les mains en l’air au moment où le policier a fait feu. Mais, selon le procureur, plusieurs témoins oculaires se sont rétractés devant le grand jury ou ont été contredits par les indices matériels.

Le procureur a annoncé que la quasi-totalité des éléments examinés par les jurés serait publiée.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya