Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Athènes veut un «New Deal paneuropéen»

Agence France-Presse
ATHÈNES

La Grèce souhaite un «New Deal paneuropéen» pour aider l’Europe «à la reprise», a indiqué mercredi le nouveau ministre grec des Finances Yanis Varoufakis.

Le nouveau gouvernement d’Alexis Tsipras, chef de la gauche radicale Syriza qui a remporté les législatives dimanche, souhaite «un New Deal paneuropéen pour la reprise», a indiqué M. Varoufakis lors de la passation des pouvoirs avec son prédécesseur Guikas Hardouvelis. Il a réitéré que le pays va «tourner la page de la politique d’austérité».

Prêt à «verser son sang»

Un gouvernement de «salut national», prêt à «verser son sang» pour les Grecs sans toutefois aller à «une rupture désastreuse» avec l’UE : le premier ministre grec Alexis Tsipras a fixé à son équipe mercredi une ligne de conduite double qui a suscité l’inquiétude des marchés.

Toujours sans cravate, comme la majorité des ministres de ce gouvernement issu de la gauche radicale, mais très grave, M. Tsipras a affirmé dans une déclaration liminaire d’une vingtaine de minutes qu’il était à la tête d’un gouvernement «de salut national», prêt à «verser son sang» pour rétablir «la dignité des Grecs».

Cette perte de «dignité» a régulièrement été imputée par Syriza aux contraintes auxquelles la Grèce a dû se plier depuis l’entrée en vigueur des programmes d’aide, en 2010, et dont le nouveau gouvernement prétend s’affranchir, tout comme il exige une renégociation de la dette du pays.

«Parmi nos priorités, a réitéré M. Tsipras, figure une nouvelle renégociation avec nos partenaires pour trouver une solution juste, viable et mutuellement utile». Il a assuré vouloir à la fois éviter «une rupture désastreuse réciproque» avec les partenaires de la Grèce et mettre fin à «la politique de soumission» du pays.

Cette juxtaposition d’un fond raisonnable et d’une forme emphatique a complètement désarçonné les marchés. L’obligation à dix ans de la Grèce repartait très nettement au-dessus de 10 %, comme cela a été le cas début janvier, à des niveaux plus vus depuis septembre 2013.

Au-delà des mondanités

D’autant que le gouvernement a commencé tambour battant à mettre en oeuvre les engagements de Syriza : l’arrêt de la privatisation du port du Pirée a ainsi été confirmé mercredi matin par le ministre concerné, ainsi que l’arrêt de celle de la compagnie nationale d’électricité, DEI.

Le gouvernement Tsipras a également l’intention de faire passer très vite une loi destinée à améliorer le niveau de vie des Grecs, notamment en relevant le salaire minimum et en mettant fin à l’obligation de mobilité dans les services publics imposée par la troïka des créanciers du pays (UE, BCE, FMI).

Autant de décisions qui devraient faire froncer les sourcils à la troïka, avant même que le gouvernement n’évoque le grand point de confrontation avec l’UE, son exigence de réduction de l’énorme dette grecque.

Tout cela arrive de surcroît au moment où l’UE a prévu de verser fin février à la Grèce les 7 derniers milliards d’euros (près de 10 milliards de dollars) prévus par son plan d’aide, mais à la condition expresse que les réformes en cours aient abouti et que la Grèce observe un strict régime budgétaire.

Martin Schulz, le président du Parlement européen, devait être le premier dignitaire étranger à venir rencontrer M. Tsipras, jeudi. Mais toute l’attention se porte désormais sur la visite qu’effectuera vendredi Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe (ministre des Finances de la zone euro).

Sa porte-parole a indiqué mardi que cette visite avait surtout pour but d’«apprendre à se connaître». Mais visiblement, Alexis Tsipras souhaite aller très vite au-delà des mondanités. Il a prédit mercredi que les discussions de vendredi seraient «très cruciales et productives».

Devant le risque d’emballement, le commissaire européen aux Finances Pierre Moscovici a exclu mardi toute rupture à venir avec la Grèce. «La Commission aide et veut continuer à aider la Grèce. Il n’est pas question que, de ce point de vue là, il y ait une rupture», a-t-il souligné.

-Avec Odile Duperry

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya