Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Accord-cadre trouvé sur le nucléaire iranien

CÉCILE FEUILLATRESIAVOSH GHAZI
Agence France-Presse
LAUSANNE

Les grandes puissances et l’Iran ont conclu jeudi à Lausanne un accord-cadre pour résoudre le dossier du nucléaire iranien, une étape qualifiée d’«historique» en vue d’un accord final d’ici au 30 juin mais assortie de nombreuses mises en garde de la part des Occidentaux.

Selon les premiers éléments divulgués de ce préaccord, la capacité d’enrichissement d’uranium de l’Iran devra être réduite des deux tiers (ses centrifugeuses passant de 19 000 à 6000), et Téhéran obtiendrait en échange la levée des sanctions qui étranglent son économie depuis une dizaine d’années.

Intervenant à la Maison-Blanche, le président américain Obama a salué une «entente historique avec l’Iran qui, si elle est pleinement appliquée, l’empêchera d’obtenir l’arme nucléaire».  Mais il a immédiatement souligné que tout accord ferait l’objet de «vérifications sans précédent» quant à son application. Si l’Iran triche, «le monde le saura», a-t-il ajouté.

C’est sur twitter que les Occidentaux et Iraniens, dont le président Hassan Rohani en personne, ont tous annoncé qu’un accord-cadre avait été conclu à l’issue de plusieurs journées de négociations marathon.

«Des solutions sur les paramètres clés du dossier nucléaire de l’Iran ont été trouvées. L’écriture (d’un accord final) doit commencer immédiatement, pour être terminée d’ici le 30 juin», a écrit M. Rohani.

On a «maintenant les paramètres» pour résoudre les principales questions, a confirmé le secrétaire d’Etat américain John Kerry. «Grand jour (…) Retour au travail bientôt sur un accord final», a-t-il tweeté.

C’est un «accord d’étape» positif, mais «il reste du travail à faire», a insisté pour sa part le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Les sanctions occidentales seront levées en fonction du respect des engagements de l’Iran, a immédiatement prévenu l’Union européenne. Et elles seront rétablies «si l’accord n’est pas appliqué», a mis en garde la présidence française dans un communiqué.

Tout accord final devra être endossé par le Conseil de sécurité de l’ONU, a en outre souligné la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Federica Mogherini, qui a été au coeur des discussions à Lausanne.

Montée au créneau d’Israël

Cette annonce couronne huit jours d’un incroyable marathon diplomatique, où les négociateurs ont discuté jour et nuit.

Toute la nuit de mercredi à jeudi, et toute la journée de jeudi après une courte pause à l’aube, les représentants des P5+1 et de l’Iran ont négocié «ligne par ligne» les contours d’un accord d’étape, selon des sources proches des négociations.

Comme tous les jours depuis dimanche, Israël, l’un des plus virulents opposants à tout compromis avec l’Iran, est monté au créneau jeudi. Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exigé que tout accord «réduise considérablement» les capacités nucléaires de Téhéran.

Barack Obama a assuré jeudi, après la conlusion des discussions à Lausanne, qu’il allait téléphoner à M. Netanyahu.

Le ministre israélien des Renseignements Youval Steinitz a affirmé que l’option militaire restait sur la table pour son pays face à la menace d’un Iran doté de l’arme nucléaire.

La communauté internationale veut brider le programme nucléaire iranien et le contrôler étroitement pour s’assurer que Téhéran ne se dotera jamais de la bombe atomique.

Mais la négociation, relancée en 2013 après des années de crise, butait depuis des mois sur des points clés: la durée d’un accord, que les grandes puissances voulaient initialement voir en vigueur pendant 15 ans, le nombre de centrifugeuses, machines qui permettent d’enrichir l’uranium, et les modalités de levée des sanctions.

Comme l’ont souligné jeudi les Occidentaux, le compromis de jeudi ne marquera donc pas la fin de l’histoire.

En effet, même si les négociateurs ont pu s’entendre sur les grands «paramètres» et fixer des orientations assez précises tous les détails techniques de ce dossier extraordinairement complexe devront être éclaircis et finalisés pour le 30 juin.

«Arriver à un accord d’ici fin juin sera un travail difficile et immense», a d’ailleurs prévenu M. Zarif jeudi matin.

MM. Kerry et Zarif, impliqués depuis un an et demi dans ces tractations laborieuses, avaient besoin d’un accord d’étape substantiel qui puisse leur permettre de tenir le cap et d’acheter du temps face à leurs faucons respectifs et aux puissances régionales hostiles à tout compromis.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya