Latest News:

Democratic National Convention: What to watch for at Biden’s nomination party -

Monday, August 17, 2020

Republicans dismiss Trump proposal to delay election -

Thursday, July 30, 2020

Obama calls filibuster ‘Jim Crow relic,’ backs new Voting Rights Act bill -

Thursday, July 30, 2020

Donald Trump suggests delay to 2020 US presidential election -

Thursday, July 30, 2020

US teenager wins $3m playing computer game Fortnite -

Sunday, July 28, 2019

Dozens of mourners ‘killed by Boko Haram’ at a funeral in north Nigeria -

Sunday, July 28, 2019

Dan Coats, Trump’s top intel official, to depart White House -

Sunday, July 28, 2019

Donald Trump’s power dynamic with Nancy Pelosi will be on full display at the State of the Union -

Tuesday, February 5, 2019

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points – QuestCinq.com -

Thursday, July 28, 2016

Your Ports!! – QuestCinq.com -

Wednesday, July 13, 2016

In shadow of Brexit, NATO considers Russian deterrence – QuestCinq.com -

Wednesday, July 6, 2016

Italy vs Spain,England vs Iceland; Boston Red Sox vs Tampa Bay Rays – QuestCinq.com -

Monday, June 27, 2016

Foreign diplomats voicing alarm to U.S. officials about Trump – QuestCinq.com -

Monday, March 7, 2016

Trump grants press credentials to ‘pro-white’ radio show host – QuestCinq.com -

Wednesday, March 2, 2016

Supreme Court rejects Arizona sheriff’s appeal on immigration – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

Hawking: Humans at risk of lethal ‘own goal’ – QuestCinq.com -

Tuesday, January 19, 2016

ObamaCare supporters see wall of resistance cracking in South – QuestCinq.com -

Saturday, November 21, 2015

Attaque revendiquée par l’EI au Bangladesh: un mort et 80 blessés -

Saturday, October 24, 2015

Russia says wants Syria elections, ready to help Free Syrian Army -

Saturday, October 24, 2015

Hillary Clinton calls Republican’s impeachment vow ‘pathetic’ -

Saturday, October 24, 2015

Israël: course contre la montre pour former un gouvernement Nétanyahou

LAURENT LOZANO
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Le suspense devrait durer jusqu’au bout en Israël pour savoir si Benyamin Nétanyahou réunirait mercredi avant minuit une majorité gouvernementale qui s’annonce déjà, en cas de succès, étriquée et dépendante de partis religieux.

Sinon, il essuiera l’affront de voir le président Reuven Rivlin confier à un autre que lui – probablement le leader travailliste Isaac Herzog – la charge d’essayer à son tour de former un gouvernement.

La réussite ou l’échec de M. Nétanyahou est soumis au bon vouloir du chef du parti nationaliste religieux Foyer juif. Naftali Bennett fait monter les enchères pour monnayer en portefeuilles ministériels le soutien des huit députés de son parti.

Sans ce soutien, un prochain gouvernement de M. Nétanyahou, en poste depuis 2009 après un premier mandat de 1996 à 1999, ne verra pas le jour.

M. Nétanyahou n’a pas à soumettre au président un gouvernement dûment constitué. Il lui suffit de faire savoir avant l’échéance prévue à Reuven Rivlin qu’il dispose d’une majorité et d’annoncer ultérieurement la composition de son gouvernement.

Mais les dernières heures ont tourné à la guerre des nerfs entre MM. Nétanyahou et Bennett, deux hommes aux relations notoirement détestables. La presse faisait des gorges chaudes du fait que M. Bennett, ministre de l’Économie du gouvernement sortant, avait mis son portable en mode avion pour se rendre injoignable pendant plusieurs heures mardi.

Les commentateurs convenaient que MM. Nétanyahou et Bennett devraient finir par s’entendre. Les négociations de gouvernement courent traditionnellement jusqu’à la dernière minute en Israël.

Naftali Bennett... (PHOTO MENAHEM KAHANA, ARCHIVES AFP) - image 2.0

Agrandir

Naftali Bennett

PHOTO MENAHEM KAHANA, ARCHIVES AFP

«Général sans soldats»

Mais il y a loin entre le Nétanyahou grand vainqueur des législatives du 17 mars et le Nétanyahou soumis aux exigences de celui qui fut son chef de cabinet de 2006 à 2008 lorsque le premier ministre était dans l’opposition.

Avec le soutien des députés du Foyer juif, M. Nétanyahou, «général sans soldats» selon le quotidien Maariv, se retrouverait avec une majorité ténue de 61 sièges sur 120 dans la nouvelle Knesset. Elle serait à la merci du moindre de ses députés, et les commentateurs ne donnent pas cher de sa durée.

C’est pourtant pour en finir avec une instabilité politique chronique que M. Nétanyahou avait provoqué des législatives anticipées.

Après son triomphe inattendu aux élections, le président Rivlin lui a confié la tâche de former le prochain gouvernement.

Le projet de M. Nétanyahou de réunir autour du Likoud, son parti de droite fort de 30 mandats, cinq partis nationalistes et religieux pour constituer une majorité solide de 67 députés a volé en éclats lundi sous l’effet de la bombe lancée par Avigdor Lieberman, chef du parti nationaliste Israel Beiteinou.

Israel Beiteinou et ses six députés ne participeront pas à un gouvernement fondé sur «l’opportunisme et le conformisme», a proclamé M. Lieberman, qui était pourtant assuré de conserver le portefeuille des Affaires étrangères.

M. Nétanyahou n’a d’accord pour l’instant qu’avec deux partis ultra-orthodoxes et le parti de centre droit Koulanou, représentant au total 53 sièges. Le soutien du Foyer Juif lui est indispensable.

Explosion de rires

Le Likoud de M. Nétanyahou ne s’attendait pas à ce qu’avec la défection de M. Lieberman, M. Bennett se retrouve dans le rôle inattendu de faiseur de roi.

Les commentaires résonnaient mercredi de cris de «trahison» (contre M. Lieberman), d’«ultimatum» ou d’«extorsion» (contre M. Bennett). Ils s’étendaient volontiers sur le ressentiment que M. Nétanyahou a semé autour de lui, les humiliations éprouvées par beaucoup et leur soif de vengeance.

Après avoir fait la sourde oreille aux appels des envoyés de M. Nétanyahou, M. Bennett a exigé le portefeuille de la Justice pour Ayelet Shaked, numéro trois sur sa liste, en plus des concessions déjà accordées au Foyer juif: ministère de l’Éducation pour M. Bennett et de l’Agriculture, ainsi que poste de ministre adjoint de la Défense.

Les émissaires de M. Nétanyahou auraient «explosé de rire» il y a deux jours devant une telle demande, selon Maariv. Mais M. Nétanyahou semblait proche mercredi d’avaler une telle couleuvre, rapportaient les commentateurs.

«Que va-t-il rester de tout cela au bout du compte? M. Nétanyahou a de bonnes chances d’informer le président ce soir qu’il a un gouvernement. Un gouvernement qu’il ne souhaiterait pas à ses ennemis», résumait Maariv.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya