Latest News:

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

Trump’s army secretary nominee Vincent Viola withdraws as candidate -

Saturday, February 4, 2017

State Dept reverses revocation of 60K visas -

Saturday, February 4, 2017

DHS suspends ‘any and all actions’ on Trump travel ban -

Saturday, February 4, 2017

Trump immigration curbs cause worldwide chaos, panic, anger -

Saturday, January 28, 2017

Serena Williams beats Venus Williams to set Grand Slam record -

Saturday, January 28, 2017

Threat of investigations hangs over Clinton and Trump -

Saturday, November 5, 2016

Brazil vs South Africa,Mexico vs Germany,Portugal vs Argentina -

Thursday, August 4, 2016

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points -

Thursday, July 28, 2016

US partners with Costa Rica to protect Central American refugees -

Tuesday, July 26, 2016

Sanders seeks unity at Democratic national convention after chair resigns -

Monday, July 25, 2016

L’UE veut soutenir six pays de l’ex-URSS sans fâcher Moscou

PHOTO MARKUS SCHREIBER, AP
MICHEL VIATTEAUVALÉRIE LEROUX
Agence France-Presse
RIGA, Lettonie

La chancelière allemande Angela Merkel a appelé jeudi, avant un sommet à Riga, six pays de l’ex-URSS à ne pas nourrir de «fausses attentes» d’intégration européenne, et a assuré la Russie que leur rapprochement avec l’UE n’était pas dirigé contre elle.

Elle a fait ces déclarations au Bundestag à Berlin, à quelques heures de l’ouverture du sommet du Partenariat oriental à Riga où les dirigeants des 28 pays de l’UE doivent faire le point sur leur politique de rapprochement avec six pays de l’ex-URSS, bousculée par l’intervention de la Russie en Ukraine.

Le Partenariat oriental est une initiative destinée à renforcer la coopération économique et politique de l’UE avec l’Ukraine, la Moldavie, la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et le Belarus.

Il «n’est pas un instrument de la politique d’élargissement de l’Union européenne», a dit Angela Merkel. Il «n’est dirigé contre personne, notamment pas contre la Russie», a-t-elle insisté, tout en rappelant qu’un retour de la Russie au sein du G7, le club des pays les plus industrialisés, n’était «pas imaginable» pour l’instant, compte tenu du conflit ukrainien.

«Nous ne devons pas éveiller de fausses attentes que plus tard nous ne serons pas en mesure d’honorer», a-t-elle déclaré au Bundestag, douchant les espoirs d’adhésion des Ukrainiens, Moldaves et Géorgiens.

Paris est sur la même longueur d’onde. «La position française a toujours été et demeure que le Partenariat et le sommet lui-même ne doivent pas être dirigés contre Moscou», disait-on à la veille de la réunion dans l’entourage du président Hollande. «Il ne s’agit pas d’ériger de nouveaux murs de fer entre les partenaires orientaux et la Russie. Il s’agit de manière ouverte, dans un projet potentiellement ouvert à la Russie, de progresser techniquement sur différents dossiers.»

Ce conflit divise aussi les participants au sommet. Les discussions continuaient jeudi sur le texte de la déclaration finale qui doit être adoptée vendredi au dernier jour du sommet, deux pays participants, l’Arménie et le Belarus, qui restent très liés à la Russie, refusant qu’il condamne l’annexion de l’Ukraine par la Russie, selon des sources proches de délégations européennes.

«[Le Partenariat oriental) n’est dirigé contre personne, notamment pas contre la Russie.»

La chancelière allemande Angela Merkel

Un projet de déclaration officieux circulant dans les couloirs à Riga affirmait que les signataires «ne reconnaissent pas l’annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol, qui constitue une violation du droit international et un défi direct à la sécurité internationale».

Ce texte, quelle que soit sa forme finale, est le fruit d’un compromis entre plusieurs grands pays européens, l’Allemagne et la France notamment, cherchant un apaisement dans les rapports avec la Russie, d’une part, et leurs voisins orientaux, la Pologne et les pays baltes, craignant de se retrouver en première ligne face à la Russie et souhaitant appuyer plus énergiquement l’Ukraine.

Abolition de visas

Le chef de la diplomatie ukrainienne Pavel Klimkine a demandé, dans une interview au journal Die Welt parue jeudi, que l’Union ouvre à son pays une perspective claire d’adhésion et promette la suppression de visas pour l’Europe l’an prochain. «Nous voudrions recevoir l’assurance concrète à Riga que l’Ukraine est fondée à entrer un jour dans l’Union européenne», a-t-il dit.

L’UE laisse entendre que les visas de courte durée pourraient être abolis pour les Ukrainiens et les Géorgiens en 2016, mais ne compte pas l’annoncer officiellement à Riga, certaines conditions devant être encore remplies.

Il en va autrement pour l’entrée au club des 28. Ne pouvant ouvrir aux participants d’ex-URSS de perspectives d’adhésion, l’UE leur offre un soutien financier et la libéralisation des échanges.

L’Ukraine en sera la première bénéficiaire et un accord confirmant l’octroi d’aides européennes de 1,8 milliard d’euros (près de 2,45 milliards de dollars) doit être signé en marge du sommet.

Les rapports de l’UE avec ses partenaires seront désormais cousus sur mesure, selon le nouveau mot-clé en vogue: la «différenciation», en fonction des désirs et possibilités de chacun et de ses relations avec Moscou, a expliqué mercredi le commissaire européen à la politique de voisinage, Johannes Hahn.

Il a annoncé jeudi matin des subventions totalisant 200 millions d’euros (plus de 270 millions de dollars) destinées aux PME des trois pays ayant signé un accord d’association avec l’UE: l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya