Latest News:

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

L’Afrique donne le coup d’envoi à un marché commun « du Cap au Caire »

Wikipedia

Cecil Rhodes en rêvait : construire un continuum économique et politique en Afrique « du Cap au Caire ». Un siècle et quelques années plus tard, à Charm el-Cheikh, vingt-six dirigeants de pays d’Afrique ont, mercredi 10 juin, posé les bases d’un vaste marché unique courant de l’Afrique du Sud au Caire. Ce n’est plus, là, le mythe impérial d’un colonialiste anglais qui voulait relier, à la fin du dix-neuvième siècle, toutes les colonies de son pays, mais un projet porté par les Africains eux-mêmes, auxquels il reste nombre d’obstacles à surmonter avant d’accomplir ce rêve.

Sur le papier, ce projet, né après cinq ans de négociations, est séduisant. Par la fusion de trois organisations régionales – le Marché commun des états d’Afrique australe et de l’est (Comesa), la communauté des états d’Afrique de l’est (EAC) et la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) – la nouvelle Zone tripartite de libre-échange (TFTA) réunit 625 millions d’habitants, répartis dans 26 des 54 pays africains, cumulant un PIB de 1 000 milliards de dollars (900 milliards d’euros).

Cette « Tripartite » pourra compter sur la puissance des trois locomotives économiques d’Afrique de l’Est et du Nord : l’Egypte, le Kenya et l’Afrique du sud. Les promoteurs de ce projet – notamment l’Egypte, le Kenya et Maurice, les plus actifs lors des négociations – visent un triple objectif : libérer les échanges, développer les infrastructures et conduire des politiques industrielles communes.

Nouveaux marchés

« La volonté des dirigeants africains d’accélérer le processus d’intégration régionale par le biais du commerce signifie qu’ils ne veulent pas rater la période de changement que le continent connaît ces dernières années », explique Henri-Bernard Solignac-Lecomte, chef de l’Unité Europe, Moyen-Orient et Afrique au Centre de développement de l’OCDE.

La croissance économique moyenne qui dépasse les 5 % par an depuis quinze ans, très supérieure aux taux des années 1980, couplée à une forte vitalité démographique génèrent en effet de nouveaux marchés de consommation.

Les pays africains entendent profiter de ce gâteau, ne pas le laisser exclusivement à l’appétit des exportateurs ou investisseurs originaires des économies développées ou émergentes de plus en plus présentes sur le continent.

« Le lancement de la Tripartite est un message fort montrant que l’Afrique travaille à son intégration économique et à créer un environnement favorable au commerce et à l’investissement », s’était félicité le gouvernement sud-africain, quelques jours avant la signature de Charm el-Cheikh.

Les statistiques économiques montrent en effet le retard de l’Afrique, peu compétitive, dont la part dans les échanges mondiaux s’élève seulement à 2 % et portent essentiellement sur des matières premières brutes. Ce que les économistes appellent « la faible participation de l’Afrique aux chaînes de valeur mondiales ».

Lire aussi : L’Afrique attend encore ses « trente glorieuses »

Ce phénomène apparaît également au regard de l’activité intérieure africaine. En effet, seuls 12 % des échanges commerciaux ont lieu entre pays de ce continent, contre 55 % en Asie et 70 % en Europe.

Obstacles non tarifaires

Il y a plusieurs raisons à cela. D’une part, les économies africaines – où 80 % de la main-d’œuvre travaille dans l’agriculture et le secteur informel – pâtissent d’une faible complémentarité entre elles. Elles sont ainsi contraintes d’importer les produits introuvables sur le continent.

D’autre part, l’Afrique est handicapée par « l’épaisseur de ses frontières intérieures qui alourdissent les coûts commerciaux », rappelle Henri-Bernard Solignac-Lecomte. « Cette épaisseur » se mesure notamment par le nombre de documents qu’il faut produire pour l’importation et l’exportation – sept à huit papiers de douane en moyenne en Afrique, contre quatre ou cinq en Europe -, les délais et coûts de franchissement des frontières.

Dans un premier temps, la « Tripartite » devra donc identifier les obstacles non tarifaires au commerce et les éliminer. Il faudra ensuite faire preuve d’une volonté politique forte pour mettre en œuvre ces mesures destinées à faciliter la circulation des marchandises entre les pays avec un niveau de taxe inférieur à celui appliqué aux produits hors zone tripartite.
Source: Le Monde

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya