Latest News:

Trump tells FBI: ‘I have your back 100%’ -

Friday, December 15, 2017

Mueller requests emails from Trump campaign data firm: report -

Friday, December 15, 2017

GOP changes child tax credit in bid to win Rubio’s vote -

Friday, December 15, 2017

Trump Jr. is berated for tweet about ‘Obama’s FCC’ chair, net ‘neutality’ -

Friday, December 15, 2017

Prince Harry and Meghan Markle to marry on 19 May 2018 -

Friday, December 15, 2017

Walt Disney buys Murdoch’s Fox for $52.4bn -

Thursday, December 14, 2017

Roy Moore says Alabama election ‘tainted’ by outside groups -

Thursday, December 14, 2017

Eric Holder warns GOP: ‘Any attempt to remove Bob Mueller will not be tolerated’ -

Thursday, December 14, 2017

Former British prime minister: Trump attacks on press are ‘dangerous’ -

Thursday, December 14, 2017

China says war must not be allowed on Korean peninsula -

Thursday, December 14, 2017

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

Les députés de Hong Kong défient Pékin et rejettent sa réforme électorale

PHOTO KIN CHEUNG, AP
AARON TAM
Agence France-Presse
HONG KONG

Les députés prodémocratie de Hong Kong ont fait échec jeudi à un projet controversé de réforme électorale, un acte spectaculaire de défiance à l’égard de Pékin qui avait mis en garde contre la menace de «chaos» si le texte était rejeté.

Pas une voix n’a manqué au camp prodémocratie pour dire non à ce texte fixant les modalités de l’élection en 2017 du chef de l’exécutif de l’ancienne colonie britannique, revenue dans le giron de la Chine en 1997.

«Le message que nous envoyons au gouvernement central du peuple (le gouvernement chinois, NDLR) et au gouvernement de Hong Kong est que les Hongkongais n’acceptent pas la parodie de démocratie», a déclaré le président du Civic Party, Alan Leong.

«Ce résultat ne nous satisfait pas», a promptement réagi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang. La Chine veut «poursuivre le développement démocratique de Hong Kong» dans l’intérêt de sa stabilité et de sa prospérité, a-t-il ajouté.

La vice-chef de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, s’est de son côté déclarée «triste et déçue».

À l’extérieur du Parlement, une centaine de militants prodémocratie ont accueilli la victoire du «Non» par des cris de joie.

«Je suis super content!», s’est exclamé Ken Tsang, un informaticien de 30 ans, en fustigeant un texte «non démocratique» fait «pour ceux qui sont déjà au pouvoir».

Le texte devait recueillir la majorité des deux tiers des 70 voix au Conseil législatif (Legco, le Parlement local) pour avoir force de loi.

Comme ils l’avaient annoncé, les 27 députés prodémocratie ont voté contre, provoquant la colère d’une partie des parlementaires pro-Pékin qui ont aussitôt quitté l’hémicycle. Un député loyaliste a tourné casaque et également voté contre, seuls huit députés votant en faveur du texte.

Impasse politique

Les députés pro-Pékin sont sortis lorsque le président du Parlement a décidé de rejeter leur demande de suspension de séance.

Le projet de réforme prévoyait pour la première fois d’instaurer le suffrage universel alors que le chef du gouvernement local est actuellement désigné par un collège de grands électeurs loyal à Pékin.

Mais le Parti communiste chinois (PCC) se réservait le contrôle du processus puisque seuls deux ou trois candidats adoubés par un comité aux ordres auraient été autorisés à se présenter.

Les divisions politiques ont éclaté au grand jour à l’automne 2014 lorsque des dizaines de milliers de militants prodémocratie ont paralysé une partie de la ville plus de deux mois durant, donnant naissance au désormais célèbre «Mouvement des parapluies».

Ils dénoncent un travestissement de la démocratie, mais le gouvernement de Hong Kong a répété à maintes reprises que le projet était à prendre ou à laisser. Aucune nouvelle négociation n’étant envisagée à ce stade, l’impasse politique est totale.

De fait, pour Ivan Choy de l’Université chinoise de Hong Kong, «la réforme politique est désormais au point mort sans doute pour les deux ou trois ans».

Un risque calculé de la part des parlementaires prodémocratie.

«Même si nous n’obtenons pas un véritable suffrage universel, tant que nous n’abandonnons pas le combat, nous n’avons pas perdu», déclarait ainsi le député Gary Fan du mouvement des néo-démocrates avant le vote.

Complot présumé

Les députés pro-Pékin n’ont eu de cesse au contraire de faire valoir que ce projet représentait une avancée, que le rejeter priverait les Hongkongais de l’occasion de voter et serait un facteur de déstabilisation supplémentaire.

«Hong Kong avait une chance d’obtenir le suffrage universel, mais les démocrates l’ont torpillée», se lamentait Leung Ting-to, 63 ans, un militant pro-Pékin interrogé aux abords du Parlement.

Le vote s’est déroulé dans un climat troublé par l’annonce lundi de la mise en échec d’un complot présumé et l’arrestation de dix personnes dont l’une au moins, selon la police, revendiquait son appartenance à un «groupe radical local».

Six d’entre elles ont été inculpées de conspiration en vue de la fabrication d’explosifs, dont cinq ont été placées en détention provisoire.

La presse a évoqué un obscur groupuscule, le Parti national indépendant (PNI), né en janvier dans la mouvance dite «localiste» qui veut prendre ses distances avec Pékin.

Ces arrestations suscitent méfiance et perplexité au sein du camp prodémocratie qui craint un coup monté pour discréditer son combat.

D’après le quotidien South China Morning Post, les suspects ont accusé les policiers de les avoir passés à tabac ou menacés, lors de leur comparution devant la justice mercredi.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya