Latest News:

Megyn Kelly left Fox News in part due to O’Reilly: report -

Saturday, April 15, 2017

North Korea warns against U.S. ‘hysteria’ as it marks founder’s birth -

Friday, April 14, 2017

British spies were first to spot Trump team’s links with Russia -

Thursday, April 13, 2017

China warns against force as North Korea prepares celebration -

Thursday, April 13, 2017

U.S. drops ‘mother of all bombs’ on Islamic State in Afghanistan -

Thursday, April 13, 2017

Boris Johnson calls off Moscow visit over Syria -

Saturday, April 8, 2017

Los Angeles Clippers vs Utah Jazz,Atlanta Hawks vs Portland Blazers -

Tuesday, February 14, 2017

Trump national security aide Flynn resigns over Russian contacts -

Monday, February 13, 2017

Israel bars Peru’s fugitive ex-leader Alejandro Toledo -

Sunday, February 12, 2017

Germany president: Steinmeier chosen by lawmakers -

Sunday, February 12, 2017

Trump’s army secretary nominee Vincent Viola withdraws as candidate -

Saturday, February 4, 2017

State Dept reverses revocation of 60K visas -

Saturday, February 4, 2017

DHS suspends ‘any and all actions’ on Trump travel ban -

Saturday, February 4, 2017

Trump immigration curbs cause worldwide chaos, panic, anger -

Saturday, January 28, 2017

Serena Williams beats Venus Williams to set Grand Slam record -

Saturday, January 28, 2017

Threat of investigations hangs over Clinton and Trump -

Saturday, November 5, 2016

Brazil vs South Africa,Mexico vs Germany,Portugal vs Argentina -

Thursday, August 4, 2016

Pennsylvania poll: Clinton up by 9 points -

Thursday, July 28, 2016

US partners with Costa Rica to protect Central American refugees -

Tuesday, July 26, 2016

Sanders seeks unity at Democratic national convention after chair resigns -

Monday, July 25, 2016

Burkina Faso: le putschiste Diendéré s’installe et libère le président Kafando

AFP

OEuvrant dans les coulisses du pouvoir depuis 30 ans au Burkina et dans les conflits régionaux ouest-africains, ancien chef du RSP sous Compaoré, le général Diendéré a été porté jeudi par les putschistes à la tête de leur «Conseil national pour la démocratie»

PHOTO AHMED OUOBA, AFP

ROMARIC OLLO HIEN
Agence France-Presse
OUAGADOUGOU

Au lendemain du coup d’État au Burkina Faso, le général Diendéré, nouvel homme fort du pays et fidèle de l’ex-président Compaoré s’employait vendredi à asseoir son pouvoir et multipliait les gages de bonne volonté, ordonnant la réouverture des frontières après avoir libéré le président renversé.

Le chef des putschistes devait rencontrer dans la journée le président sénégalais Macky Sall, dirigeant en exercice de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CÉDÉAO), et son homologue béninois Thomas Boni Yayi, dans la capitale burkinabè où la nuit a été calme, le couvre-feu imposé par les putschistes n’ayant pas été bravé.

Macky Sall avait été l’émissaire de la CÉDÉAO lors du soulèvement populaire qui en octobre 2014 avait chassé du pouvoir le président Blaise Compaoré, après 27 ans à la tête du pays. Et M. Boni Yayi était le médiateur désigné par la CÉDÉAO pour les élections présidentielle et législatives qui étaient programmées le 11 octobre et devaient clore la période de transition ouverte avec la chute de l’ex-président.

«En signe d’apaisement», le nouveau régime a libéré jeudi soir le président du régime de transition Michel Kafando et deux de ses ministres, séquestrés aux premières heures du coup d’État mercredi après-midi par les soldats du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP). Ces libérations étaient réclamées par la communauté internationale, qui a fermement condamné le putsch.

Toutefois, le premier ministre et lieutenant-colonel Isaac Zida demeurait «en résidence surveillée», a annoncé à la presse le général Diendéré.

Le nouveau régime a également annoncé la réouverture des frontières terrestres et aériennes vendredi à 12 h locales et GMT (8 h à Montréal), 24 heures après les avoir fermées.

Dans la matinée, le général Diendéré avait déjà convoqué les secrétaires généraux des ministères pour leur demander d’assurer la continuité de leur mission. La veille, il avait rencontré des diplomates en poste à Ouagadougou.

Dans la capitale, les hommes du RSP ont de nouveau ouvert le feu vendredi pour disperser un attroupement place de la Révolution, qui avait concentré la plupart des manifestations d’octobre 2014.

De nombreux magasins restaient fermés et les rues peu fréquentées.

Les soldats avaient tiré jeudi pour disperser les attroupements, faisant au moins trois morts et une soixantaine de blessés, selon une source hospitalière.

Le président de l’Assemblée du régime renversé Cherif Sy a continué d’appeler la population à la mobilisation, tout comme le mouvement «Balai citoyen», en pointe dans le soulèvement populaire contre M. Compaoré l’an dernier.

«Il y a une condition qui est non négociable, c’est le départ de Diendéré», a déclaré vendredi l’AFP le porte-parole des organisations de la société civile, Me Guy-Hervé Kam, appelant à la formation d’un «front commun de résistance» avec les syndicats et partis politiques.

Dans plusieurs villes de province, des manifestants se sont rassemblés dans la nuit pour protester contre le putsch, notamment à Bobo Dioulasso (ouest), deuxième ville du pays, et Fada-Ngourma (est).

Le RSP, unité d’élite de l’armée forte de 1300, a pris le pouvoir en accusant les autorités d’avoir dévoyé la transition, notamment en excluant les partisans de l’ex-homme fort des élections d’octobre.

Deux jours avant le putsch, une commission avait aussi recommandé la dissolution du RSP, qui était la garde prétorienne de l’ex-président.

«On ne va pas s’éterniser»

Le Burkina Faso, «pays des hommes intègres», État sahélien pauvre de 17 millions d’habitants, a connu depuis son indépendance en 1960 de nombreux coups d’État militaires.

Le général Diendéré, homme de l’ombre et bras droit de l’ancien président, avait joué un rôle clé dans le putsch de 1987 qui avait porté au pouvoir «le beau Blaise» et s’était soldé par la mort du président Thomas Sankara.

Brusquement passé de l’ombre à la lumière, le général Diendéré a promis d’organiser «rapidement» des élections. «Nous n’avons pas l’intention de nous éterniser», a-t-il assuré.

OEuvrant dans les coulisses du pouvoir depuis 30 ans au Burkina et dans les conflits régionaux ouest-africains, ancien chef du RSP sous Compaoré, il a été porté jeudi par les putschistes à la tête de leur «Conseil national pour la démocratie» (CND). Mais il a récusé être téléguidé par Blaise Compaoré.

On ignore où se trouve l’ex-président, qui réside habituellement en Côte d’Ivoire voisine depuis son exil forcé.

Le putsch a été unanimement condamné par la communauté internationale et les principaux partenaires du pays : ONU, Union africaine, Union européenne, CÉDÉAO, ainsi que la France et les États-Unis.

La France, ancienne puissance coloniale, qui dispose d’un contingent de 220 soldats des forces spéciales françaises à Ouagadougou, dans le cadre de son opération antijdihadistes Barkhane, a assuré qu’elle n’interviendrait pas.

Comments are closed.

Yahoo! Status Checker by Techya